Utilisation du Rescue System Linux (RAID Software)

Cet article explique comment utiliser le Rescue System Linux de votre serveur dédié pour sauvegarder les données de votre serveur.

Remarque

L'article suivant explique comment démarrer votre serveur dans le Rescue System Linux :

Démarrer un serveur dédié dans le Rescue System Linux

Vérifiez l'état du RAID Software

Pour vérifier l'état du RAID Software, entrez la commande suivante dans le shell :

rescue:~# cat /proc/mdstat
Après avoir saisi la commande, les informations suivantes s'affichent, par exemple :rescue:~# cat /proc/mdstat
Personalities : [linear] [raid0] [raid1] [raid10] [raid6] [raid5] [raid4] [faulty]
md126 : active (auto-read-only) raid1 sda2[0] sdb2[2]
      29293440 blocks super 1.0 [2/2] [UU]

md127 : active (auto-read-only) raid1 sda4[0] sdb4[2]
      937699136 blocks super 1.0 [2/2] [UU]
      bitmap: 0/7 pages [0KB], 65536KB chunk

Dans l'exemple ci-dessus, md127 doit être monté.

Partitionnement de l'affichage

Pour lister les systèmes de fichiers et identifier le système de fichiers, entrez la commande df -h. L'abréviation df signifie "disk free". Avec le paramètre -h, vous pouvez afficher le nombre de blocs occupés sous forme lisible par la machine en giga, méga ou kilo octet.

rescue:~# df -h
Exemple :rescue:~# df -h
Filesystem      Size  Used Avail Use% Mounted on
/dev/root       630M  560M   71M  89% /
devtmpfs         16G     0   16G   0% /dev
tmpfs            16G     0   16G   0% /dev/shm
tmpfs            16G   14M   16G   1% /run
tmpfs           5.0M     0  5.0M   0% /run/lock
tmpfs            16G     0   16G   0% /sys/fs/cgroup

Pour lister les disques durs, partitions, volumes logiques et dispositifs multiples existants, entrez la commande fdisk -l. fdisk est un programme en ligne de commande pour le partitionnement des disques durs. Avec ce programme, vous pouvez afficher, créer ou supprimer des partitions.

rescue:~# fdisk -l

Remarque

Selon le type et le modèle de serveur, les partitions, les volumes logiques et les dispositifs multiples affichés peuvent différer.

L'exemple suivant répertorie les informations sur les disques, les partitions, les volumes logiques et les dispositifs multiples d'un serveur avec RAID Software :

rescue:~# fdisk -l
Disk /dev/ram0: 640 MiB, 671088640 bytes, 1310720 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/sda: 447.1 GiB, 480103981056 bytes, 937703088 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes
Disklabel type: gpt
Disk identifier: 857E5503-92EF-4576-B9E9-C1E9D6CB603F

Device        Start       End   Sectors   Size Type
/dev/sda1      2048      6143      4096     2M BIOS boot
/dev/sda2      6144  58593279  58587136    28G Linux RAID
/dev/sda3  58593280  78125055  19531776   9.3G Linux swap
/dev/sda4  78125056 937701375 859576320 409.9G Linux RAID

Disk /dev/sdb: 447.1 GiB, 480103981056 bytes, 937703088 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes
Disklabel type: gpt
Disk identifier: 3CDA280F-70D3-4EBF-AC09-1C94C23A3BB3

Device        Start       End   Sectors   Size Type
/dev/sdb1      2048      6143      4096     2M BIOS boot
/dev/sdb2      6144  58593279  58587136    28G Linux RAID
/dev/sdb3  58593280  78125055  19531776   9.3G Linux swap
/dev/sdb4  78125056 937701375 859576320 409.9G Linux RAID

Disk /dev/md127: 28 GiB, 29996482560 bytes, 58586880 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/md126: 409.9 GiB, 440102879232 bytes, 859575936 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/mapper/vg00-usr: 10 GiB, 10737418240 bytes, 20971520 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/mapper/vg00-var: 10 GiB, 10737418240 bytes, 20971520 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/mapper/vg00-home: 10 GiB, 10737418240 bytes, 20971520 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/ram12: 640 MiB, 671088640 bytes, 1310720 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/ram8: 640 MiB, 671088640 bytes, 1310720 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/ram4: 640 MiB, 671088640 bytes, 1310720 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/ram14: 640 MiB, 671088640 bytes, 1310720 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Disk /dev/ram1: 640 MiB, 671088640 bytes, 1310720 sectors
Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 4096 bytes
I/O size (minimum/optimal): 4096 bytes / 4096 bytes

Notez les chemins des volumes logiques ou des dispositifs multiples. Dans cet exemple, il s'agit de /dev/md127.

Démarrer la gestion du volume logique manuellement

Normalement, tous les volumes logiques sont lancés au démarrage du Rescue Systeme. Si ceux-ci ne sont pas actifs, vous pouvez lancer les volumes logiques manuellement. Pour ce faire, entrez les commandes suivantes :

rescue:~# pvscan
rescue:~# vgscan
rescue:~# vgchange -a y

Vérification du système de fichiers

Avant de monter le volume logique ou le dispositif multiple en question, vous devez vérifier la cohérence du système de fichiers avec un contrôle du système de fichiers (FSCK).

Attention

Une vérification du système de fichiers ne doit pas être effectuée avec des partitions montées et/ou chiffrées, car cela peut entraîner des pertes de données. Si vous vérifiez le système de fichiers d'un volume logique ou d'un dispositif multiple, il ne doit pas être monté non plus.

Par conséquent, assurez-vous que la partition, le volume logique ou le dispositif multiple n'est pas monté ou crypté avant de le vérifier avec la Vérification du Système de Fichiers.

Pour vérifier une partition, un volume logique ou un dispositif multiple avec la vérification du système de fichiers, entrez la commande suivante :

Partition

rescue:/# fsck -f /CHEMIN_DACCES/PARTITION
Volume logique

rescue:/# fsck -f /CHEMIN_DACCES/VOLUME_LOGIQUE
Dispositif multiple

rescue:/# fsck -f /CHEMIN_DACCES/DISPOSITIF_MULTIPLE
L'exemple suivant vérifie le système de fichiers de md127 :rescue:/# fsck -f /dev/md127
fsck from util-linux 2.29.2
e2fsck 1.43.4 (31-Jan-2017)
Pass 1: Checking inodes, blocks, and sizes
Pass 2: Checking directory structure
Pass 3: Checking directory connectivity
Pass 4: Checking reference counts
Pass 5: Checking group summary information
root: 4026/1831424 files (1.7% non-contiguous), 190579/7323360 blocks

Montage d'un dispositif multiple ou d'un volume logique

  • Pour créer le répertoire dans lequel monter le volume logique ou le dispositif multiple, entrez la commande suivante :
    rescue:/# mkdir /mnt/NOM_DU_REPERTOIRE Exemple :
    rescue:/# mkdir /mnt/md127

  • Pour monter le volume logique ou le dispositif multiple, entrez la commande suivante :
    rescue:/# mount /CHEMIN_DACCES/PARTITION /mnt/REPERTOIRE Exemple :
    rescue:/# mount /dev/md127 /mnt/md127

Fichiers de sauvegarde

Vous disposez des options suivantes pour sauvegarder les données de votre serveur :

  • Vous enregistrez les données sur votre ordinateur local en utilisant WinSCP.

  • Vous enregistrez les données sur un autre serveur à l'aide de Secure Copy.

Après avoir sauvegardé vos données, vous pouvez installer une nouvelle image sur le serveur ou restaurer une sauvegarde de votre système. Vous pouvez ensuite copier les données sauvegardées sur le serveur.


Sauvegarde des données sur un ordinateur local à l'aide de WinSCP

Si vous utilisez WinSCP pour sauvegarder vos données sur un ordinateur local, vous pouvez sélectionner les données souhaitées et les copier dans un répertoire de votre ordinateur local par glisser-déposer.


Copier des données sur un autre serveur à l'aide de Secure Copy

Secure Copy est un protocole de transmission cryptée de données basé sur Secure Shell. Pour transférer les données, entrez la commande suivante dans le shell :
scp -r /CHEMIN_DACCES /REPERTOIRE nom username@IP-ADRESSE:/CHEMIN_DACCES /REPERTOIRE_DE_DESTINATION
Exemple :
scp -r /mnt root@82.165.69.130:/home/backup

Démontage des systèmes de fichiers

Avant de redémarrer le serveur en mode normal, vous devez démonter les volumes logiques ou les dispositifs multiples montés. Utilisez la commande umount à cet effet.

Attention

Si vous redémarrez le serveur avec des systèmes de fichiers montés, des pertes de données peuvent se produire dans certaines circonstances !

Pour démonter les volumes logiques ou partitions montés, entrez la commande suivante :

rescue:/# umount /CHEMIN_DACCES/DISPOSITIF_MULTIPLE /mnt/REPERTOIRE
ou

rescue:/# umount /CHEMIN_DACCES/VOLUME_LOGIQUE /mnt/REPERTOIRE

Dans l'exemple suivant, un dispositif multiple est démonté :

rescue:/# mount /dev/md127 /mnt/md127