Pour Serveur Dédié et les Bons plans serveurs

Dans cet article, nous vous montrons comment utiliser le Rescue System de votre Serveur Dédié. Le Rescue System est un outil important pour le diagnostic et la réparation de votre installation de système.

Remarque

Si vous avez acheté un Serveur Dédié géré dans le Cloud Panel, reportez-vous aux articles suivants pour trouver des informations sur le Rescue System Linux de votre serveur :

Démarrer un Serveur Dédié dans le Rescue System Linux

Démarrer un Serveur Dédié dans le Windows Rescue System

Utiliser le Rescue System Linux (RAID Hardware)

Utiliser le Windows Rescue System sur un Serveur Dédié Windows

Informations importantes sur les Rescue Systems disponibles

Les Rescue Systems suivants sont disponibles pour les Serveurs Dédiés achetés dans le cadre des offres Bons plans serveurs :

  • Mini- Rescue System Linux 64 bits (debian/stable)

  • Rescue System Linux 64 bits (debian/oldstable)

  • Rescue System Linux 64 bits (debian/stable)


Rescue System

Avec le Rescue System , vous pouvez, entre autres choses :

  • Sauvegarder les données de votre serveur

  • Réparer un système de fichiers endommagé

  • Utiliser les fichiers journaux pour identifier les sources d'erreur

  • Attribuer un nouveau mot de passe root

  • Réparer la configuration réseau de votre serveur


Mini Rescue System

Le Mini Rescue System n'a pas tous les programmes que le Rescue system comporte. Par conséquent, n'utilisez le Mini Rescue System que si votre serveur a peu de RAM et ne peut pas démarrer.

Remarque

StorCLI, ERCCLI et ARCCONF CLI ne sont pas accessibles via le mini Rescue System.

Démarrer le serveur dans le Rescue System

La manière de démarrer votre serveur dans le Rescue System est expliquée ici :

Démarrer le serveur Linux dans le Rescue System

Déterminer le type de contrôleur matériel

Pour vérifier quel contrôleur matériel est installé sur votre serveur, vous pouvez utiliser le programme lshw. Ce programme affiche des informations détaillées sur les composants du matériel.

Afficher des informations sur le matériel avec lshw

Pour afficher un résumé des informations sur le matériel, entrez la commande suivante :

lshw -court

Pour sortir les informations sur le matériel dans un fichier texte, entrez la commande suivante :

lshw > lshw_output.txt

Programmes de gestion des contrôleurs RAID

Le logiciel nécessaire pour gérer chaque contrôleur RAID est installé par défaut. Si nécessaire, vous pouvez télécharger le logiciel pour le contrôleur concerné ici :


Contrôleur RAID Adaptec

https://storage.microsemi.com/en-us/downloads


Contrôleur RAID Broadcom

https://www.broadcom.com/support/download-search


Contrôleur RAID Dell

https://www.dell.com/support/home/de-de?app=products


Contrôleur RAID 3ware

https://www.broadcom.com/support/knowledgebase/1211161499498/operating-systems-supported-for-the-lsi-3ware-and-megaraid-contr


Contrôleurs RAID Areca

https://www.areca.com.tw/support/downloads.html

Vérifier l'état du RAID matériel

Utilisez les commandes énumérées ci-dessous pour accéder au RAID matériel et aux informations de configuration :

Contrôleur RAID Adaptec
COMMANDE EXPLICATION
arcconf GETCONFIG 1 Cette commande affiche des informations sur le contrôleur RAID, la configuration, les matrices RAID et les disques durs disponibles et leur état actuel.
arcconf getconfig 1 PD Cette commande affiche des informations sur les disques disponibles.
arcconf getlogs controller-number device ¦ dead ¦ event [clear ¦ tabular] Cette commande affiche les entrées du journal. Vous pouvez utiliser les paramètres suivants pour spécifier le type d'entrées de journal affichées :
Exemple : arcconf getlogs 1 device tabular DEVICE : affiche toutes les entrées de journal comportant des erreurs que le contrôleur pourrait détecter sur tous les appareils connectés.
  DEAD : indique toutes les entrées du journal où les pannes de périphériques et de disques ont été enregistrées.
  EVENT : affiche toutes les entrées du journal avec des informations sur les événements spéciaux (par exemple, les reconstructions, les MLD, etc.)
  Vous pouvez également spécifier les paramètres suivants :
  tabular : Affiche le journal sous forme de tableau.
  clear : Efface le journal du contrôleur spécifié.
arcconf getlogs controller-number device ¦ dead ¦ event [clear ¦ tabular] > FILENAME.log Cette commande écrit les entrées du journal dans un fichier.
Exemple : arcconf getlogs 1 device tabular > device.log  

Vous trouverez de plus amples informations ici :

Guide de l'utilisateur ARCCONF Command Line Utility

Contrôleur RAID Broadcom
COMMANDE EXPLICATION
storcli64 /c0 show all Cette commande affiche des informations sur le contrôleur RAID et sa configuration.
storcli64 /c0/eall/sall show Cette commande affiche des informations sur les disques existants.
storcli64 /c0/eALL/sALL show all Cette commande affiche des informations sur les disques disponibles et leur état actuel (numéro de série, température, etc.).
storcli /cx show eventloginfo Cette commande affiche les entrées du journal.

Vous trouverez de plus amples informations ici :

Guide d'utilisation de MegaRAID Tri-Mode StorCLI 12Gb/s

Contrôleur DELL-PERC-RAID
COMMANDE EXPLICATION
perccli64 /c0/e32/s0 show all Cette commande affiche des informations sur le disque 0.
perccli64 /c0/e32/s1 show all Cette commande affiche des informations sur le disque 1.
perccli64 /c0 show Cette commande affiche des informations sur les disques durs disponibles.
perccli /c0 show Cette commande affiche les entrées du journal pour le contrôleur 0.

Vous trouverez de plus amples informations ici :

Guide de référence CLI du contrôleur RAID PowerEdge EMC Dell

Contrôleur RAID 3ware

Pour savoir comment utiliser tw_cli pour accéder au RAID matériel et aux informations de configuration, veuillez consulter l'article suivant :

Surveiller / Reconstruire le RAID matériel (Linux)

Pour plus d'informations sur l'installation, la configuration et l'application, reportez vous à la documentation 3ware :

https://www.broadcom.com/support/knowledgebase/1211161499541/lsi-3ware-user-documentation-downloads

Contrôleurs RAID Areca

Pour savoir comment utiliser l'interface de ligne de commande pour accéder au RAID matériel et aux informations de configuration, consultez l'article suivant :

Surveiller / reconstruire le RAID matériel (Linux)

Vous trouverez de plus amples informations sur l'interface de la ligne de commande ici :

https://areca.starline.de/RaidCards/Documents/Manual_Spec/Software

Vérifier l'état du RAID logiciel

Pour vérifier l'état du RAID logiciel, entrez la commande suivante dans le shell :

rescue:~# cat /proc/mdstat

Afficher le partitionnement

Dans le Rescue System, vous pouvez partitionner le disque dur interne, vérifier le système de fichiers et corriger les paramètres incorrects.

Pour lister les systèmes de fichiers et identifier le système de fichiers, entrez la commande df -h. L'abréviation df signifie "disk free" (sans disque). Avec le paramètre -h, vous pouvez afficher le nombre de blocs occupés sous forme lisible par machine en giga, méga ou kilo-octets.

rescue on 87.106.16.168:~$ df -h
Filesystem Size Used Avail Use% Mounted on
/dev/root 372M 356M 17M 96% /
devtmpfs 32G 0 32G 0% /dev
tmpfs 32G 0 32G 0% /dev/shm
tmpfs 32G 102M 32G 1% /run
tmpfs 5.0M 0 5.0M 0% /run/lock
tmpfs 32G 0 32G 0% /sys/fs/cgroup

Pour lister les disques, partitions et volumes logiques existants, entrez la commande fdisk -l. fdisk est un programme en ligne de commande pour le partitionnement des disques. Vous pouvez utiliser ce programme pour afficher, créer ou supprimer des partitions.

rescue:~# fdisk -l

L'exemple suivant donne des informations sur le partitionnement d'un serveur avec le RAID logiciel. Ces informations ont été appelées dans le Rescue-System.

Remarque

La sortie peut varier en fonction de la configuration et du modèle du serveur.

fdisk -l
Disk /dev/sda: 250.0 GB, 250059350016 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 30401 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes

Device Boot Start End Blocks Id System
/dev/sda1 1 123 987966 fd Linux raid autodetect
/dev/sda2 124 367 1959930 82 Linux swap / Solaris
/dev/sda4 368 30401 241248105 5 Extended
/dev/sda5 368 976 4891761 fd Linux raid autodetect
/dev/sda6 977 3409 19543041 fd Linux raid autodetect
/dev/sda7 3410 4018 4891761 fd Linux raid autodetect
/dev/sda8 4019 30401 211921416 fd Linux raid autodetect

Disk /dev/sdb: 250.0 GB, 250059350016 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 30401 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes

Device Boot Start End Blocks Id System
/dev/sdb1 1 123 987966 fd Linux raid autodetect
/dev/sdb2 124 367 1959930 82 Linux swap / Solaris
/dev/sdb4 368 30401 241248105 5 Extended
/dev/sdb5 368 976 4891761 fd Linux raid autodetect
/dev/sdb6 977 3409 19543041 fd Linux raid autodetect
/dev/sdb7 3410 4018 4891761 fd Linux raid autodetect
/dev/sdb8 4019 30401 211921416 fd Linux raid autodetect

Disk /dev/md8: 217.0 GB, 217007456256 bytes
2 heads, 4 sectors/track, 52980336 cylinders
Units = cylinders of 8 * 512 = 4096 bytes

Disk /dev/md8 doesn't contain a valid partition table

Disk /dev/md7: 5009 MB, 5009047552 bytes
2 heads, 4 sectors/track, 1222912 cylinders
Units = cylinders of 8 * 512 = 4096 bytes

Disk /dev/md7 doesn't contain a valid partition table

Disk /dev/md6: 20.0 GB, 20012007424 bytes
2 heads, 4 sectors/track, 4885744 cylinders
Units = cylinders of 8 * 512 = 4096 bytes

Disk /dev/md6 doesn't contain a valid partition table

Disk /dev/md5: 5009 MB, 5009047552 bytes
2 heads, 4 sectors/track, 1222912 cylinders
Units = cylinders of 8 * 512 = 4096 bytes

Disk /dev/md5 doesn't contain a valid partition table

Disk /dev/md1: 1011 MB, 1011548160 bytes
2 heads, 4 sectors/track, 246960 cylinders
Units = cylinders of 8 * 512 = 4096 bytes

Disk /dev/md1 doesn't contain a valid partition table

Si vous ne voyez pas de disques, de partitions et éventuellement de volumes logiques après avoir entré la commande fdisk -l, il se peut qu'il y ait un problème avec le contrôleur RAID, les disques ou le câblage. Dans ce cas, veuillez contacter le service client.

Vérification du système de fichiers

Avant de monter la partition ou le volume logique en question, vous devez vérifier la cohérence du système de fichiers à l'aide d'un Contrôle du système de fichiers (FSCK).

Attention

Une vérification du système de fichiers ne doit pas être effectuée avec des partitions montées et/ou cryptées, car cela peut entraîner une perte de données. Si vous vérifiez le système de fichiers d'un volume logique, celui-ci ne doit pas non plus être monté.

Par conséquent, assurez-vous que la partition ou le volume logique n'est pas monté ou crypté avant de vérifier le système de fichiers avec le File System Check.

Pour vérifier une partition ou un volume logique avec le File System Check, entrez la commande suivante :

fsck -f /dev/md1

Dans l'exemple suivant, le système de fichiers de la partition md1 est vérifié. La sortie montre que le système de fichiers est intact.

fsck -f /dev/md1
fsck 1.40-WIP (07-Apr-2007)
e2fsck 1.40-WIP (07-Apr-2007)
/: recovering journal
Pass 1: Checking inodes, blocks, and sizes
Pass 2: Checking directory structure
Pass 3: Checking directory connectivity
Pass 4: Checking reference counts
Pass 5: Checking group summary information

/: ***** FILE SYSTEM WAS MODIFIED *****
/: 7628/123648 files (0.5% non-contiguous), 83136/246960 blocks

Les partitions md5, md6 et md7 utilisent le système de fichiers XFS. Il n'est pas nécessaire de les vérifier. Si vous voulez quand même vérifier ces partitions, vous pouvez utiliser la commande suivante :

rescue:~# xfs_check /dev/mdX

Exemple :

rescue:~# xfs_check /dev/md5


Si vous recevez un message d'erreur lors de la vérification du système de fichiers avec le File System Check, montez et démontez la partition. Ensuite, lancez à nouveau le File System Check.

Voici un exemple de message d'erreur du File System Check :

xfs_check /dev/md5
ERROR: The filesystem has valuable metadata changes in a log which needs to
be replayed. Mount the filesystem to replay the log, and unmount it before
re-running xfs_check. If you are unable to mount the filesystem, then use
the xfs_repair -L option to destroy the log and attempt a repair.
Note that destroying the log may cause corruption -- please attempt a mount
of the filesystem before doing this.
mount /dev/md5 /mnt
umount /dev/md5
xfs_check /dev/md5

Si le File System Check après le montage et le démontage de la partition ne fonctionne pas correctement, la partition peut être réparée avec la commande suivante :

rescue:~# xfs_repair -L /dev/mdx

Attention

La réparation de la partition avec la commande xfs_repair -L /dev/mdx peut entraîner une perte de données. C'est pourquoi il faut toujours créer une sauvegarde avant de réparer une partition avec cette commande.

Monter le disque dur interne

Pour monter le disque dur interne dans le répertoire /mnt :

rescue:/# mount /CHEMIN_DACCES/partition /mnt

Exemple :

mount /dev/md1 /mnt

Remarque

Selon le type et le modèle de serveur, les partitions ou les volumes logiques affichés peuvent différer.

Consulter la liste des systèmes de fichiers

Pour visualiser les systèmes de fichiers disponibles, utilisez la liste fstab avec la commande suivante :

cat /mnt/etc/fstab
/dev/md1 / ext3 defaults 1 1
/dev/sda2 none swap sw
/dev/sdb2 none swap sw
/dev/vg00/usr /usr xfs defaults 0 2
/dev/vg00/var /var xfs defaults,usrquota 0 2
/dev/vg00/home /home xfs defaults,usrquota 0 2
devpts /dev/pts devpts gid=5,mode=620 0 0
none /proc proc defaults 0 0
none /tmp tmpfs defaults 0 0

Monter des systèmes de fichiers

Pour monter les systèmes de fichiers, entrez les commandes suivantes :

mount /dev/vg00/usr /mnt/usr
mount /dev/vg00/var /mnt/var
mount /dev/vg00/home /mnt/home
for f in proc sys dev ; do mount --bind /$f /mnt/$f ; done

Ensuite, passez au système qui s'y trouve.

Images sans LVM jusqu'en décembre 2010

Dans les tarifs des serveurs jusqu'en décembre 2010, pour les images qui n'utilisent pas de Logical Volume Manager, vous devez monter le disque dur interne dans le répertoire /mnt. Ensuite, passez directement qui s'y trouve. Exemple :

mount /dev/md1 /mnt
mount /dev/md5 /mnt/usr
mount /dev/md6 /mnt/var
mount /dev/md7 /mnt/home

Passer à l'environnement chroot

Après avoir monté les partitions, vous pouvez faire un chroot sur le système installé sur les disques durs. Le répertoire /mnt est alors le système de fichiers racine du shell et tous les programmes démarrés à partir de celui-ci. Après le passage à chroot, /mnt devient /, /mnt/var/log devient donc /var/log etc. Cela signifie que certains programmes du système normal fonctionnent également, puisque le point de référence / correspond à celui du système normal.

Pour utiliser le chroot afin de passer au système installé sur les disques, entrez la commande suivante :

chroot /mnt

Après avoir entré cette commande, vous pouvez accéder à l'ensemble de votre système pour réparer et/ou configurer votre système d'exploitation.

pwd
/
ll
total 112
drwxr-xr-x 2 root root 4096 Jun 15 17:05 bin
drwxr-xr-x 4 root root 4096 Jun 15 17:07 boot
drwxr-xr-x 10 root root 12288 Jun 15 17:05 dev
drwxr-xr-x 75 root root 4096 Jun 30 06:32 etc
drwxr-xr-x 6 root root 66 Jun 30 12:25 home
drwxr-xr-x 9 root root 4096 Jul 2 2008 lib
drwx------ 2 root root 49152 Jun 15 17:07 lost+found
drwxr-xr-x 2 root root 4096 Sep 22 2007 mnt
drwxr-xr-x 4 root root 4096 Jul 2 2008 opt
drwxr-xr-x 2 root root 4096 Jul 9 2008 proc
drwx------ 10 root root 4096 Jun 16 13:35 root
drwxr-xr-x 3 root root 4096 Jun 19 10:13 sbin
drwxr-xr-x 2 root root 4096 Jun 15 16:52 srv
drwxr-xr-x 2 root root 4096 Aug 14 2008 sys
drwxrwxrwt 2 root root 4096 Jun 15 17:07 tmp
drwxr-xr-x 12 root root 141 Jun 15 17:05 usr
drwxr-xr-x 17 root root 4096 Jun 15 17:07 var
lrwxrwxrwx 1 root root 12 Jun 15 17:05 vmlinuz -> boot/vmlinuz
lrwxrwxrwx 1 root root 16 Jun 15 17:05 vmlinuz.old -> boot/vmlinuz.old

Fonctionnement provisoire des services de serveur dans l'environnement chroot

Vous pouvez également démarrer certains services du serveur via les scripts start/stop sous /etc/init.d/ du système chroot. Par exemple, vous démarrez le système de base de données MySQL avec /etc/init.d/mysql start.

Pour arrêter à nouveau les services, utilisez l'argument stop. L'exemple suivant arrête à nouveau le système de base de données MySQL :

/etc/init.d/mysql stop

Remarque

Tous les services de serveur ne peuvent pas être exploités dans l'environnement chroot.

Attention

Le système de secours ne doit pas non plus remplacer un système normal qui fonctionne. Vous ne devez démarrer les services du serveur dans l'environnement chroot qu'à des fins de réparation.

Sauvegarder les fichiers

Dans certains cas, une nouvelle installation du système d'exploitation est nécessaire. Dans ce cas, vous disposez des options suivantes pour sauvegarder les données de votre serveur :

  • Vous sauvegardez les données sur votre ordinateur local en utilisant WinSCP.

  • Vous sauvegardez les données sur un autre serveur en utilisant la copie sécurisée.

  • Vous enregistrez les données sur un ordinateur local en utilisant la copie sécurisée.


Après avoir sauvegardé vos données, vous pouvez installer une nouvelle image sur le serveur ou restaurer une sauvegarde de votre système. Vous pouvez ensuite copier les données sauvegardées sur le serveur.

Utiliser WinSCP pour enregistrer des données sur un ordinateur local fonctionnant sous Microsoft Windows

Avec WinSCP, vous pouvez copier les données de votre serveur facilement par glisser-déposer dans un répertoire qui se trouve sur votre ordinateur local.

Vous pouvez télécharger WinSCP à l'adresse suivante :

https://winscp.net/eng/download.php

Pour savoir comment utiliser WinSCP pour sauvegarder les données de votre serveur sur un ordinateur local fonctionnant sous Microsoft Windows, cliquez ici :

Stocker les sauvegardes sur un ordinateur local (serveur avec Linux)


Copier les données sur un autre serveur avec le système d'exploitation Linux en utilisant la fonction Secure Copy

Secure Copy est un protocole pour la transmission cryptée de données basé sur Secure Shell. Pour copier les données de votre serveur vers un autre serveur en utilisant la fonction de copie sécurisée, entrez la commande suivante dans le shell :

scp -r /CHEMIN /REPERTOIRE username@ADRESSE-IP:/CHEMIN_DACCES/REPERTOIRE_DE_DESTINATION


Exemple :

[root@localhost ~]# scp -r /mnt root@82.165.69.130:/home/backup


Sauvegarder les données d'un ordinateur local fonctionnant sous le système d'exploitation Linux

Utilisez la commande suivante pour enregistrer un répertoire qui se trouve sur le serveur sur votre ordinateur local :

scp remote_username@IPSERVEUR:/REPERTOIRE_SUR_LE_SERVEUR /REPERTOIRE_LOCAL

Exemple :

[root@localhost ~]# scp root@217.160.44.208:/home /opt/backup

Dans l'exemple ci-dessus, le répertoire /home est copié dans le répertoire /opt/backup situé sur l'ordinateur local.


Pour enregistrer un seul fichier sur votre ordinateur local, entrez la commande suivante :

scp remote_username@SERVEURIP:/remote/REPERTOIRE_SUR_LE_SERVEUR/NOM_DU_FICHIER.txt /REPERTOIRE_LOCAL

Exemple :

[root@localhost ~]# scp root@217.160.44.208:/remote/home/test.txt /TEMP


La commande suivante vous permet de copier un répertoire situé sur votre ordinateur local vers votre serveur :

scp -r /REPERTOIRE_LOCAL remote_username@SERVEURIP:/REPERTOIRE_SUR_LE_SERVEUR

Exemple :

[root@localhost ~]# scp -r /home/backup root@217.160.44.208:/home


Pour copier un seul fichier, entrez la commande suivante :

scp -r /REPERTOIRE/NOM_DU_FICHIER remote_username@SERVEURIP:/REPERTOIRE_SUR_LE_SERVEUR


Exemple :

[root@localhost ~]# scp -r /home/test.txt root@217.160.44:/home

Remarque

Si scp n'est pas trouvé, vous pouvez installer le programme avec la commande suivante :

CentOS

[root@localhost ~]# yum install openssh-clients

Debian / Ubuntu

[root@localhost ~]# apt -y install openssh-server

Démonter des systèmes de fichiers, fin de la session de maintenance

Une fois que vous avez terminé la maintenance de votre serveur, quittez l'environnement chroot et démontez les systèmes de fichiers dans l'ordre inverse.

exit
umount /mnt/home
umount /mnt/var
umount /mnt/usr
umount /mnt
Attention

Le redémarrage avec des systèmes de fichiers montés peut entraîner une perte de données. Par conséquent, assurez-vous que les systèmes de fichiers sont démontés avant d'effectuer un redémarrage.

Test de la mémoire

Le Rescue System comprend également le programme MemTest86. Avec ce programme, vous pouvez vérifier la mémoire de votre serveur.

Remarque

Le Rescue-System est exécuté dans la mémoire principale. Cette mémoire occupée ne peut pas être vérifiée par MemTest86.

memtest all
[...]
_

Changer le mode de démarrage

Assurez-vous que le mode de démarrage de votre serveur est revenu au système normal. Procédez comme suit :

  • Connectez-vous à votre compte IONOS.
  • Cliquez sur Menu > Server & Cloud dans la barre de titre.
    Facultatif : sélectionnez le contrat Server & Cloud souhaité.

  • Dans la section Gestion du serveur, cliquez sur Outil de récupération.

  • Sous Recovery Action, activez l'option Rebooter maintenant et sélectionnez l'option Systeme normal au prochain démarrage.

  • Cliquez sur Mettre à jour.

Redémarrer le serveur

Ouvrez la coquille et effectuez un redémarrage. Pour ce faire, entrez la commande suivante :

shutdown -rn now

Exemple :

[root@localhost ~]# shutdown -rn now
shutdown: sending all processes thr TERM signal...
Connection to yourcompany.com closed by remote host.
$ _