Comparaison des plateformes de crowdfunding

Le crowdfunding est une méthode de financement moderne et populaire pour des projets privés et professionnels, particulièrement pour les start-up. Par le biais d’une campagne de crowdfunding, un appel aux dons est alors lancé, éventuellement avec un objectif de financement (un plafond à atteindre) et un système de récompense ou de contrepartie pour les donateurs. Grâce au crowdfunding, de nombreux projets intéressants ont pu voir le jour et cela dans une grande variété de domaines : des campagnes de collecte de fonds pour des organisations caritatives, pour le développement et la production de biens de consommation ou de nouveaux services, ainsi que des projets artistiques et culturels et même des projets individuels et privés enthousiastes.

Le principal avantage du crowdfunding est le fait qu’il ne repose pas sur le soutien de grands investisseurs, mais sur un grand nombre de particuliers intéressés et motivés par le projet, c’est ce qu’on appelle « Crowd » (la foule en anglais). Si les conditions de bases sont réunies, une dynamique positive peut donc se développer au sein de cette communauté, ce qui accélère à la fois l’avancement du projet, augmente et booste la notoriété de ce dernier ou le rend avant tout réalisable. La transparence et la communication avec la base des donateurs sont des facteurs essentiels pour le succès d’une campagne de crowdfunding.

La popularité croissante de cette forme de financement a conduit à l’avènement d’une large gamme de plateformes de crowdfunding correspondantes sur lesquelles vous pouvez présenter et gérer votre campagne et également gérer vos dons. La plateforme Kickstarter.com est au niveau mondial la plus populaire, mais au fil des ans, une forte concurrence s’est développée sur ce marché très évolutif, dont certaines avec des spécialités en fonction des secteurs, des projets ou des méthodes de paiement.

Note

Vous n’avez pas nécessairement besoin de choisir une seule plateforme de crowdfunding pour votre projet. Il est en effet souvent judicieux de collecter de l’argent via plusieurs sites Web. Ne sous-estimez pas les efforts qu’exigent les campagnes de crowdfunding !

Le choix d’un site Web de crowdfunding approprié dépend déjà du fait que vous lancez votre projet en tant que particulier ou en tant que professionnel (start-up), mais aussi du secteur d’activité, du groupe cible auquel vous souhaitez vous adresser, du modèle de crowdfunding que vous désirez utiliser et enfin de la taille ou de la portée de votre projet. En outre, les conditions et les tarifs de la plateforme concernée sont aussi des critères déterminants comme la manière dont cette dernière gère les projets non aboutis et les collectes ou dons frauduleux.

Les plateformes internationales

L'idée même du crowdfunding est relativement ancienne. Dès le XIXème siècle, par exemple, l’impression de livres était financée par des dons de personnes intéressées. Même l’installation de la statue de la Liberté à New-York a été cofinancée par des appels aux dons à la population, ce qui a permis d’apporter à l’époque un total de 160 000 dollars US pour l’achèvement de la construction du socle. Cependant, le « crowdfunding »  au sens strict n’est devenu un modèle de financement facilement accessible qu’avec le lancement des plateformes Internet américaines Indiegogo (2008) et Kickstarter (2009), basées sur la structure sociale et mondiale en réseau du Web 2.0. Depuis lors, de nombreuses plateformes ont été ajoutées, les sites Web orientés vers l’international étant de loin les plus performants.

Kickstarter

L’entreprise Kickstarter a démarré ses activités en 2009 et le site Web du même nom s'est rapidement imposé comme la plateforme de crowdfunding la plus réussie et la plus connue. Après une simple procédure d’enregistrement, les projets peuvent être établis sur le site Web via une page individuelle et personnalisable. Kickstarter exige la spécification d’un objectif de financement, mais le projet peut également être soutenu au-delà de cet objectif. Les personnes intéressées peuvent faire un don d’au moins un dollar US dès leur inscription. Le paiement des dons sera pris en charge par Stripe lorsque la campagne aura atteint son objectif de financement. Si l’objectif de financement n’a pas été atteint à la fin de la durée de votre campagne (que vous pouvez définir au préalable), l’argent ne sera donc pas collecté et la campagne est alors considérée comme ayant échoué. Ainsi, Kickstarter fonctionne selon le modèle du « tout ou rien ».

Kickstarter.com soutient des projets aux Etats-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France. En conséquence, le site Web possède également une version française depuis 2015. Si le financement est réussi, une commission de 5 % de la somme obtenue est due pour Kickstarter, si le projet n’est pas financé intégralement, il n’y a pas de frais. De 3 à 5 % de plus sont habituellement ajoutés par le service de paiement sécurisé Stripe pour traiter les dons. Kickstarter ne revendique à aucun moment la propriété des projets, mais chaque projet est archivé en permanence et reste visible sur le site. De plus, Kickstarter n'est pas responsable des donateurs qui sont trompés et n’assure donc aucune garantie.

Kickstarter se concentre principalement sur des projets créatifs et des start-up dans le secteur culturel et artistique. Il existe d’une part la classification des projets en catégories (voir capture d’écran ci-dessous) et d’autre part l’aperçu des campagnes les plus réussies qui se sont déroulées via Kickstarter : la Smartwatch « Pebble Time », la glacière « Coolest Cooler », la veste de voyage « Baubax World », le jeu de cartes « Exploding Kittens » et la console de jeux vidéo « OUYA » sont parmi les projets qui connaissent les meilleurs succès au niveau de la création de nouveaux produits/marchandises. Parmi les produits les plus importants concernant directement l’industrie du divertissement, on trouve les longs métrages « The Veronica Mars Movie Project » et « Wish I Was Here », le jeu vidéo « Broken Age » et la série Web « Video Game High School ».

Le « Reward-Based Crowdfunding » s'est imposé comme le modèle de financement de crowfunding pour Kickstarter. Les donateurs sont récompensés individuellement en fonction du montant du don effectué. Par exemple, les lanceurs-gestionnaires de projet promettent souvent aux donateurs de les mentionner dans leurs remerciements. Les donateurs plus généreux reçoivent généralement une prime de précommande sur le produit final, mais il arrive souvent que des articles de merchandising tels que des t-shirts et des casquettes sont envoyés en guise de remerciement. Les objectifs dits d’extension, c'est-à-dire les objectifs de financement au-delà de l’objectif initialement fixé, sont également typiques pour les « kickstarters ». Les donateurs activent ensuite d’autres « caractéristiques » ou « options » du produit final, parce que le lanceur de projet dispose alors d’un capital plus important.

La page d’un projet chez Kickstarter est claire et épurée. Dans l’en-tête, Kickstarter montre combien d’argent le projet a collecté jusqu’à présent, combien de donateurs individuels ont déjà participé et combien de temps il reste pour atteindre l’objectif financier fixé. Dans l’onglet « Campagne », le lanceur présente son projet et définit les contreparties, les objectifs et autres détails importants de la campagne. L’onglet « FAQ » fournit des réponses aux questions les plus fréquemment posées. Dans la rubrique « Actus », vous informez votre base de donateurs et les parties intéressées de l’état d’avancement du projet sous la forme d’un calendrier. Les utilisateurs enregistrés peuvent poster des suggestions, des critiques et des éloges sous « Commentaires ».

La catégorie « Communauté » contient des informations intéressantes et importantes pour vous en tant que chef/lanceur de projet sur la base de donateurs et sa distribution locale. En outre, quelques supporters sont mentionnés ici qui ont déjà acquis une certaine notoriété au sein de la communauté Kickstarter. Après tout, c’est une bonne publicité pour un projet que de pouvoir compter sur des investisseurs compétents et célèbres.

Un problème qui affecte la communauté du crowdfunding en général et qui ne peut être résolu par Kickstarter sont les projets financés avec succès mais qui finalement échouent tout de même. Sur Kickstarter.com aussi, beaucoup d’argent s’est évaporé, parce que les lanceurs de projet ont interrompu le projet respectif après avoir réussi le financement participatif, sans rembourser le capital collecté. Dans certains cas, il n'y a tout simplement plus eu de mises à jour de certains projets, qui ont ensuite dû être déclarés morts, et les donateurs enthousiastes ont tout simplement été abandonnés. Quelles qu’en soient les raisons, le crowdfunding reste toujours un investissement à risque. Kickstarter ne semble pas non plus chercher activement une solution au problème, les règles sont en effet formulées de manière succincte.

Kickstarter fait également face à la critique constante d’influencer trop fortement le succès de certains projets. Ceux-ci peuvent en effet avoir une mention « Staff Pick », c'est-à-dire une recommandation spéciale de la plateforme. Cela permet à Kickstarter de contrôler et de mettre en avant les projets qui attirent le plus l’attention. Cependant, il n’y a pas de transparence sur la manière dont un projet se voit être épinglé « KickStarter Staff Pick » ce qui lui permet de rentrer dans la catégorie « Nos coups de coeur »

De même, la navigation du site Web n’est pas toujours satisfaisante et fluide. Si vous voulez voir tous les projets d’une même catégorie, il faut souvent jusqu’à quatre clics. D’ici là, seule une sélection de projets sera présentée, par exemple ceux qui sont proches de l’objectif de financement ou qui ont déjà suscité beaucoup d’attention. Il est raisonnable de supposer que de nombreux visiteurs ne voient tout simplement pas la majorité des projets s'ils ne veulent pas naviguer sur le site Web qui est volumineux. La méthode la plus efficace reste alors de diffuser vous-même votre page de projet via les réseaux sociaux notamment.

Avantages

Inconvénients

La méthode du « tout ou rien » fait que l’on obtient l’argent que si l’objectif de financement est atteint, …

…mais cela signifie que de nombreux lanceurs de projet ont délibérément fixé des objectifs de financement bas.

Kickstarter ne facture que 5 % du montant total pour les projets financés avec succès....

… cependant, des frais supplémentaires sont facturés pour couvrir les frais de transactions.

Les pages de projets sont claires et informatives

… mais la navigation un peu lourde du site Web rend inutilement compliquée la navigation pour trouver les projets.

Le label « Nos coup de cœurs » met en avant certains projets, …

… mais n’est pas transparent dans ces critères de sélection et a trop d’influence sur le succès des projets.

Convient aux particuliers et aux start-up qui se concentrent sur des projets créatifs et culturels, …

…mais il n'y a pas de place pour les projets caritatifs sur Kickstarter

La mise en évidence de projets dont le financement est presque atteint suscite l’enthousiasme et peut apporter le dernier coup de pouce nécessaire, …

… mais les sections « Les tendances » et « Recommandations pour vous » sont mises à jour de manière trop irrégulière.

GoFundMe

Le site Internet GoFundMe est l’une des plateformes de crowdfunding les plus populaires, elle s’est pourtant dès le début spécialisée dans les associations caritatives et les projets à but non lucratif. Les campagnes sur GoFundMe collectent généralement de l’argent pour des événements à but social et des projets caritatifs. GoFundMe a démarré en 2010 et a pu générer des dons qui atteignent un total de plus de 5 milliards de dollars. En principe, les organisateurs sont exonérés des frais de plateforme, mais les responsables de projets européens doivent parfois supporter des coûts supplémentaires si des transferts d’argent provenant de l’étranger doivent être traités, pour la France il s’agit de 2,9 % + 0.25 euros par don pour le traitement des paiements. Enfin, pour financer ses services, la plateforme demande aux donneurs de laisser un « pourboire », il est d’au minimum de 10 % du montant du don, mais peut être au choix de 15 % ou 20 %.

GoFundMe se distingue par deux particularités : contrairement à la plupart des plateformes de crowdfunding, vous pouvez conserver tous les dons même si vous n'atteignez pas l’objectif de financement. GoFundMe peut ainsi financer au moins partiellement des projets. L’autre particularité est qu'il n’y a pas de date limite pour atteindre un objectif de financement. Ainsi, chaque campagne reste active tant que le lanceur de projet la laisse en ligne. Il est ainsi plus facile de réaliser des projets sur le long terme, comme ceux qui dépendent de dons réguliers notamment. Le modèle de GoFundMe est ainsi très approprié pour des projets qui servent à des fins caritatives.

La page d’un projet réunit sur une seule page toutes les informations et actions nécessaires : vous y trouverez toutes les informations sur les fonds déjà collectés et le chemin à parcourir pour atteindre l’objectif de financement, même l'image principale, qui vise à visuellement attirer l’attention sur le projet a une place importante. Vous remarquerez également les boutons des médias sociaux, qui vous permettent de partager immédiatement le projet respectif. GoFundMe a reconnu très tôt la puissance des réseaux sociaux et leur capacité à générer un buzz et à donner une certaine notoriété à des projets. Sous l’image principale, vous trouverez des bannières de grandes tailles pour Twitter et Facebook, qui sont même placées avant le texte de description. Le visiteur de la page du projet est ainsi littéralement invité à une action. Faire un don et partager le projet semblent avoir la même importance sur GoFundMe.

Les dons peuvent être faits par carte de crédit. Les donateurs peuvent également laisser des messages sur la page du projet, en fonction du type de campagne : par exemple des vœux de rétablissement, des encouragements ou des appels à continuer les dons. L’accent mis par GoFundMe sur les projets sociaux est également visible dans la catégorisation des campagnes : « Éducation », « Santé », « Solidarité », « Urgences » et « Commémoration » sont mentionnés en premier, tandis que les catégories communes telles que « Créativité » et « Entreprises » jouent un rôle un peu secondaire.

GoFundMe sait aussi convaincre avec son support client. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous faire conseiller par des agents de support qui vous aideront à rendre la page du projet aussi attrayante que possible. Le centre d’aide GoFundMe fournit également des guides relativement détaillés sur la façon d’utiliser la plateforme. Les donateurs intéressés peuvent également s’informer sur le traitement des dons et leurs droits. En cas d’abus, GoFundMe dispose d’un formulaire de contact si un don fait doit être remboursé et pour faire une réclamation. Les opérateurs s’engagent également à contrôler strictement le flux des fonds et à s’assurer que tous les dons sont envoyés à la bonne adresse. Si les mesures de sécurité échouent, GoFundMe accepte même de rembourser les montants perdus ou de payer la différence elle-même en accord avec la politique de garantie GoFundMe.

Cependant, GoFundMe a un problème d’image, car trop de projets douteux finissent sur la plateforme. Parce que les particuliers peuvent ici être financés pour leurs « Rêves » et leurs projets de « Jeunes mariés », il existe même une catégorie « Religion »,  ainsi de nombreux projets GoFundMe ont déjà fait l’objet de petits scandales. Les appels aux dons de personnes qui veulent financer leur mariage ou simplement acheter quelque chose à manger sont toujours inoffensifs. Tout comme le projet loufoque d’un américain qui a lancé un appel aux dons pour réaliser une collection de chapeaux en raison d’une perte de cheveux imminente. De plus, un projet médiatisé sera souvent un projet qui génère des opinions fortement controversées, surtout s’il est de nature politique ou religieux. En tout état de cause, le contrôle qualité de GoFundMe n’est pas considéré comme particulièrement mature, de sorte que les projets bien intentionnés sont parfois en partie perdus dans la masse de projets standards.

Avantages

Inconvénients

La meilleure plateforme pour les projets caritatifs et sociaux, …

… qui est également utilisé à grande échelle pour des campagnes à faible envergure caritative voire même discutables sur le plan moral.

GoFundMe promet une protection crédible aux donateurs et aux gestionnaires de projets, …

… mais les frais sont légèrement plus élevés par rapport aux autres plateformes.

Les projets rapportent aussi de l’argent s’ils n’atteignent pas l’objectif de financement fixé, …

… ce qui, cependant, facilite l’utilisation abusive des dons.

Les objectifs de financement ne sont pas limités dans le temps, …

… ce qui enlève un aspect passionnant et motivant du crowdfunding.

Des pages de projet claires avec un accent mis sur l’intégration des réseaux sociaux, …

… qui n'offrent cependant que Facebook et Twitter en option.

Les dons peuvent être accompagnés de messages courts, …

… le don n'est cependant possible que par carte de crédit.

De bonnes pages de support et des guides pour les donateurs et les gestionnaires/lanceurs de projets

 

Indiegogo

En plus de Kickstarter, Indiegogo est aussi considéré comme un pionnier dans le domaine du financement participatif. Avec le lancement de la plateforme en 2008, Indiegogo s’est concentré uniquement sur le modèle de crownfunding basé sur les récompenses ou contreparties (reward-based crownfunding) pour les projets créatifs et les start-up, mais depuis 2016, la plateforme a aussi lancé le modèle de l’investissement en capital (Equity-Based Crownfunding) en partenariat avec MicroVentures pour les investisseurs qui souhaitent investir dans des jeunes entreprises innovantes. Enfin, le service Indiegogo Life (« Generosity ») lancé en 2014, spécialement conçu pour les urgences et les projets à but non lucratif fait désormais parti de GoFundMe.

Le site Internet d’Indiegogo ressemble beaucoup à celui de Kickstarter et de GoFundMe : les utilisateurs créent une page de projet et définissent un objectif de financement qui peut être au choix soit « Fixed Funding » ou « Flexible Funding », c’est la condition préalable au financement du projet. La page du projet comprend la description, l’idée du projet (onglet « Story ») et les récompenses (l’onglet « Perk »), qui peuvent êtres échelonnées en fonction du montant du don.

L’onglet « Updates » est consacré à l'avancement du projet et « Comments » permet aux utilisateurs de laisser un commentaire ou une remarque. Enfin l’onglet « Backers » offre un historique complet des dons et la liste des donateurs. La page du projet contient aussi tous les widgets de médias sociaux nécessaires, mais ils ne sont pas aussi intrusifs que ceux des plateformes concurrentes.

En termes de design, Indiegogo convainc par son minimalisme moderne, on peut noter la similitude avec Kickstarter. La structure fine du site Web se concentre sur les campagnes des projets. La navigation de la plateforme est fluide et simple, en particulier concernant le recherche des projets selon l’avancement (par exemple « Ending soon » et « Just launched ») doit être souligné. De plus, les projets peuvent généralement être triés en fonction de leur popularité (qui doit être probablement le taux de clics) et des montants collectés. Sinon, ils sont divisés en catégories et sous-catégories habituelles en fonction du type de projet et du secteur.

Une particularité de la plateforme Indiegogo est qu’en tant que lanceur de projet, vous recevez immédiatement la plupart des dons. En effet, la majorité des dons sont effectués via le service de paiement PayPal, il n’y a donc pas d’« escale » lors du transfert des dons. Indiegogo offre également la possibilité de payer par carte de crédit, mais ces dons n’arriveront sur le compte du lanceur de projet qu’environ deux semaines après la fin de la campagne. Sur la plateforme il y a des frais de 5 % pour chaque don et un supplément pour les frais du service de paiement en ligne de 3 % plus 30 centimes de commission pour les paiements par carte de crédit. Enfin des frais de transfert de 25 euros sont appliqués pour les projets en euros (pas de frais pour les projets en dollars).

Indiegogo établit délibérément peu de règles pour les projets. Les lanceurs de projet âgés de moins de 18 ans doivent simplement obtenir l’autorisation d’un parent ou d’un tuteur légal pour débuter une campagne. Les projets qui veulent collecter des fonds pour des activités illégales ou dont l’idée de base est absurde ou irréaliste sont simplement supprimés. Concernant les récompenses vous ne pouvez pas proposer de la drogue, des armes ou jeux de hasard. De plus, les campagnes ne doivent pas faire appel à la violence physique ou psychologique.

En dehors de ces règles assez évidentes, Indiegogo ne fixe aucune limite aux projets et est donc très tolérant contrairement à la concurrence. Cependant, certains filtres sont manquants pour éviter que des projets douteux n’atterrissent sur la plateforme. Indiegogo est la plateforme avec le plus grand nombre de projets, et notamment en raison du manque de contrôles, mais le fait que tout le monde puisse aisément participer conduit aussi à une qualité moyenne assez faible des campagnes. Ceci est également dû au fait que les campagnes rejetées par d’autres plateformes se retrouvent bien souvent sur Indiegogo.

L’opérateur se distancie clairement des campagnes individuelles et n’assume aucune responsabilité en cas de fraude. Le cœur du programme de protection « Trust & Safety » repose uniquement sur l’interaction de confiance entre la communauté. En effet, la plateforme offre un service spécial en cas de problème qui peut être contacté 24 heures sur 24. Sinon, Indiegogo s’appuie principalement sur la responsabilité personnelle : les utilisateurs sont encouragés à analyser attentivement le projet en question avant de faire un don, à poser des questions et à exprimer leurs préoccupations. Il est demandé aux lanceurs de projet d’assurer une transparence totale, de communiquer régulièrement avec les donateurs et de prendre le projet au sérieux.

Ces lignes directrices générales sont des conseils bien intentionnés, mais il est peu probable qu’elles embarrassent les fraudeurs. Chez Indiegogo, vous pouvez également constater que la protection des donateurs et des lanceurs de projets repose essentiellement sur la bonne foi et la confiance.

Il faut noter positivement l’Education Center, qui offre des informations complètes, des tutoriels et des Webinaires pour les débutants en financement participatif. Cependant, il est malheureusement peu vraisemblable que la majorité des lanceurs de projets utilisent ce service.

Avantages

Inconvénients

Les frais à hauteur de 5 % sont relativement faibles, …

… mais augmente particulièrement avec l’utilisation de la carte de crédit.

L’argent est directement versé au lanceur de projet via PayPal, …

… ce qui cependant ouvre la porte à des dérives et à la fraude.

Règles minimales pour créer et lancer un projet, …

… ce qui, toutefois, aboutit à la présence sur la plateforme de nombreuses campagnes peu sérieuses ou douteuses.

Conception minimaliste et claire des pages de projet, …

… qui cependant ne fournit pas toutes les statistiques sur les dons.

Un bon support pour les donateurs et les lanceurs de projets, …

… qui, toutefois, ne peut remplacer une protection complète contre la fraude et les détournements.

Patreon

Patreon occupe une position particulière dans le domaine du financement participatif : le financement du projet ici est basé sur des abonnements et fournit ainsi aux lanceurs de projets une rentrée de fonds mensuelles. Patreon est particulièrement populaire auprès des YouTubers, dont les revenus de la plateforme vidéo ne sont bien souvent pas suffisants pour assurer l’existence de leurs projets. Ils dépendent plutôt de dons réguliers. En retour, ils offrent à leurs donateurs des récompenses telles qu’un contenu exclusif ou des récompenses via des tirages au sort.

Bien que la majorité des utilisateurs de Patreon soient des YouTubers, la plateforme est également populaire auprès des artistes et auteurs (bande dessinée notamment), des créateurs de podcasts et des musiciens. Patreon a permis à de nombreux artistes de gagner leur vie. Les dons sont soumis à des frais de 5 %, ce qui rend Patreon plus abordable pour les lanceurs de projets que la plupart des plateformes traditionnelles de crowdfunding.

La conception de Patreon ne diffère pas de manière significative des autres plateformes connues de crowdfunding. Ici aussi, les lanceurs de projet gèrent leurs propres pages de projet sur lesquelles ils font de la promotion pour leur contenu. Ils peuvent également augmenter le montant de leurs dons mensuels afin que des « patrons » plus généreux aient accès à des contenus exclusifs ou fassent partie d’un « club » exclusif. De plus, les « patrons » sont généralement mentionnés dans le produit final du lanceur de projet, par exemple dans les remerciements d’une vidéo.

Patreon a été lancé en 2013, c’est donc une plateforme relativement jeune dont l’influence sur la communauté de YouTube en particulier ne doit pas être sous-estimée. Pour les créatifs qui publient leurs œuvres plus ou moins régulièrement et qui ont une base de fans solide, Patreon est souvent plus gratifiant et efficace que le fait de recourir à des plateformes concurrentes, car le modèle d’abonnement permet justement un apport régulier de fonds. Cependant, chez Patreon, vous devez être aussi transparent que possible pour montrer où ces dons aboutissent. Qu’il s’agisse d’un local, de matériel d’enregistrement nécessaire ou simplement d’un salaire, afin que vous puissiez vous consacrer à plein temps à une pratique artistique, Patreon récompense la transparence et les publications régulières avec une base de donateurs solide.

Les chefs de projet sont divisés en différentes catégories en fonction du type de contenu, par exemple « Music » et « Games ». Les pages du projet elles-mêmes offrent une description du projet et des informations sur les récompenses pour les donateurs et le nombre de « patrons », c'est-à-dire ceux qui font déjà un don mensuel. Vous pouvez indiquer ci-dessous combien d'argent vous gagnez déjà par mois, mais vous n'avez pas à le divulguer en principe. Les objectifs de financement ne doivent pas toujours être transparents non plus - de nombreux gestionnaires de projet signalent la proximité du projet par rapport à l'objectif de financement uniquement en indiquant un pourcentage. Parce qu’un revenu régulier de Patreon se rapproche davantage d’un salaire mensuel que sur d’autres formes de crowdfunding, il est parfois conseillé de garder le montant réellement gagné privé. C’est toutefois une décision personnelle libre du lanceur du projet.

En plus du don mensuel fixe, Patreon offre également un mode de paiement qui se rapproche d’un abonnement « classique ». Ainsi, le lanceur de projet peut déterminer de recevoir une somme fixe de ses clients chaque fois qu’il livre un produit, par exemple en téléchargeant une nouvelle vidéo. Du côté des donateurs, les abonnements peuvent être modifiés ou annulés à tout moment. Les Patrons augmentent souvent leur contribution mensuelle lorsque le gestionnaire de projet définit une nouvelle cible de financement et l'associe à certaines promesses comme un contenu plus régulier. D'autre part, les patrons mettent souvent fin à leur soutien si le lanceur de projet ne livre pas le produit promis ou présente un contenu insatisfaisant. Patreon est donc une plateforme sur laquelle les utilisateurs peuvent réagir très rapidement et avec beaucoup de sensibilité aux changements. Vos patrons peuvent vous motiver autant qu’ils peuvent vous mettre sous pression.

En raison du modèle d'abonnement, l’aspect communautaire est particulièrement fort chez Patreon. Les « abonnés » vous assurent non seulement un revenu régulier, mais ils agissent aussi en tant que consommateurs. L'interaction avec cette communauté est encore plus importante et critique qu’avec les plateformes traditionnelles basées sur des dons uniques. Après tout, vous recevrez un soutien actif et continu des Patrons, dont l’engagement personnel envers votre projet est beaucoup plus fort grâce à un transfert de fonds mensuel. Cela signifie que chez Patreon, le travail communautaire est l’un des aspects les plus importants si vous voulez être financé avec succès sur une longue période de temps. Assurez-vous donc d’inclure cet effort régulier lors de votre planification.

De nombreux artistes français utilisent déjà Patreon comme plateforme de crowdfunding, mais jusqu'à présent le site n'est disponible qu’en anglais. Les opérateurs de la plateforme sont relativement tolérants à l'égard du contenu affiché. Seul le contenu qui glorifie la violence et certains contenus pouvant être qualifiés de pornographiques sont officiellement interdits. Néanmoins, Patreon semble avoir renforcé et amélioré un peu sa vigilance. Un cas controversé a été l’annulation d’un projet d’un YouTuber en juillet 2017, dans lequel il demandait des dons pour son activisme au sein du groupe Defend Europe afin de documenter le blocus violent des navires des ONG en mer méditerranée. Patreon a défendu la suppression, soulignant qu'il ne voulait pas soutenir des projets qui « mettent des vies en danger ».

Les critiques se font également entendre lorsque Patreon supprime la page du projet d’un groupe anarchiste. En conséquence, Patreon a aussi dû supporter des accusations, mais a promis d'améliorer ses directives et ses critères de sélection des projets.

Avantages

Inconvénients

Modèle d’abonnement particulièrement adapté aux créatifs qui produisent des contenus réguliers, …

… mais le lien plus direct et fort avec la base de donateurs exerce plus de pression sur les lanceurs de projet.

Un revenu régulier peut permettre d’exercer une activité artistique ou culturelle en tant qu’emploi à temps plein, …

… Mais le flux d’argent dépend évidemment de la qualité du produit, du concept et de sa communication, la perte de « patrons » peut mettre en danger votre propre subsistance.

Le gain de patrons en tant que « Superfans » peut motiver et l’interaction avec ces derniers peut aussi apporter des nouvelles idées, …

…. mais l’implication de certains patrons peut conduire à un désir nuisible de codétermination et restreindre la liberté créative des lanceurs de projet.

Patreon laisse au lanceur de projet le choix de masquer le montant réel des revenus mensuels, …

… toutefois, un financement participatif efficace et continu exige un maximum de transparence et de sincérité au niveau des revenus et des dépenses.

Patreon est très tolérant envers les lanceurs de projet, …

… ce qui conduit aussi à un abaissement qualitatif médian des projets.

Catégorisation exhaustive et utile des projets, …

… mais l’ajout des catégories « YouTube », « Twitch » etc. serait utile.

Patreon est élégamment conçu et les pages du projet sont à la fois agréables à lire et informatives, …

… mais la recherche de patrons pourrait être améliorée et le site Web pourrait être traduit dans d’autres langues.

Plateformes françaises

En France, les particuliers et jeunes entreprises sont aussi de plus en plus nombreux à se tourner vers les plateformes de financement participatif. C’est un marché qui évolue fortement, dont la progression annuelle est de presque 50 % par année. De nombreux acteurs sont portés par cette évolution, mais la concurrence est cependant forte sur ce secteur, notamment avec les plateformes américaines. De plus, l’argument de rassembler une grande communauté est centrale pour ce type de plateforme, ainsi Kickstarter, Indiegogo et GoFundMe ont sur ce point une belle longueur d’avance. Mais des plateformes françaises arrivent à bien s’installer sur le marché en misant aussi sur l’aspect de la proximité, de la sécurité et de la transparence, et certaines s’attaquent même avec succès au marché européen ou international.

Ainsi, les plateformes françaises fonctionnent mieux pour des projets qui se focalisent sur une audience nationale ou régionale : par exemple, les projets locaux tels qu’un nouveau terrain de football pour une commune, des projets caritatifs ou le soutien à des start-up locales. Les donateurs potentiels qui s’intéressent aux projets nationaux sont plus susceptibles de se voir proposer une sélection spéciale et détaillée sur les plateformes françaises. Il est donc logique que les lanceurs de projets mènent parfois deux campagnes à la fois pour un projet, l’une sur une plateforme internationale et l’autre sur une plateforme française.

Ulule

Le site Ulule a été fondé à Paris en 2010 par Alexandre Boucherot et Thomas Grange. Il a déjà permis le financement de plusieurs milliers de projets dans des domaines différents comme la musique, la création d’entreprise, le financement de projets solidaires et associatifs en passant par le patrimoine. En 2018, il dépasse le montant de 100 millions d’euros financés et peut se considérer comme étant la 1ère plateforme de crowdfunding européenne avec plus de 2 330 000 membres dans le monde et possède désormais des bureaux à Rome, Barcelone et Anvers. Ulule mise surtout sur un accompagnement personnalisé délivré à chaque lanceur de projet et sur la proximité pour se démarquer des autres plateformes, américaines notamment.

En ce qui concerne les pages de projet, Ulule a subit l’influence des leaders internationaux comme Kickstarter et Indiegogo. La page d’un projet laisse une place importante à l’illustration et à la description détaillée du projet avec une multitude d’informations, alors que le site Web reste lui minimaliste. Il existe quatre onglets, « accueil » pour la description du projet, « news » est réservé au lanceur du projet pour détailler des actualités sur l’avancement de son projet et enfin « commentaires » et « contributeurs », ce dernier onglet affiche la liste de tous les donateurs.

Ulule est une plateforme de financement participatif avec contreparties en nature (service ou produit). Mais deux méthodes de collecte y cohabitent. Le lanceur de projet peut en effet définir soit un objectif de financement ou bien un nombre d’objets/contreparties à pré-vendre, dans les deux cas une durée limite est obligatoire. Il est nécessaire d’atteindre l’objectif défini : c’est donc ici le principe du « tout ou rien », l’inscription est cependant gratuite. Les lanceurs de projet sont accompagnés par Ulule, l’équipe apporte des recommandations pour l’aide à la présentation du projet et vérifie aussi la crédibilité des lanceurs et si les projets correspondent aux critères de la plateforme.

Les projets sont triés par catégorie, la plateforme semble privilégier les concepts créatifs puisque les catégories les plus visibles sont « BD », « Musique », « Film et vidéo », « Edition et Journal », « Spectacle vivant » et « Artisanat et Cuisine ». Un forum communautaire alimenté par les utilisateurs et l’équipe d’Ulule permet des débats sur des sujets populaires en lien avec la création et le développement des projets.

Pour contribuer à un projet, vous avez alors le choix dans la partie droite de la page du projet entre plusieurs contributions avec des contreparties en retour. Le lanceur de projet peut choisir le montant minimum et des packages différents (des contreparties) qui sont alors proposées.

Si un projet n’atteint pas son objectif, les fonds sont remboursés aux contributeurs, sans commission. Sinon, la commission d’Ulule, qu’importe le montant est de 6,67 % HT pour les fonds collectés par carte bancaire et de 4,17 % par PayPal. Enfin, la TVA est aussi applicable en fonction de la localisation du lanceur de projet. Pour la France elle est de 20 % et le taux de commission TTC s’établit donc à 8 % pour les CB et à 5 % pour les fonds collectés par PayPal. À noter que les frais de commission sont dégressifs à partir de 100 000 euros.

Le site est disponible en 6 langues (français, anglais, italien, espagnol, allemand et néerlandais). La plateforme Ulule mise aussi sur l’importance de la promotion et de l’animation des campagnes et apporte dans ce sens de nombreux outils et informations pratiques. Le support et l’aide aux utilisateurs se révèle être assez complet et clair.

Avantages

Inconvénients

Avec la plateforme française la plus importance, les projets nationaux et européens peuvent être très bien financés et lancés, …

… mais obtenir une audience complètement internationale semble toutefois limitée.

Réaliser des dons est simplifié notamment avec la possibilité d’utiliser votre carte bancaire ou le service Paypal, …

… Les frais et les commissions peuvent se révéler être assez importantes en comparaisons à d’autres plateformes.

Le principe du « tout ou rien » apporte de la clarté et protège mieux les donateurs contre la fraude, …

… mais cela limite aussi les lanceurs de projet dans la conception et la nature des campagnes de financement.

La plateforme se spécialise et se valorise dans les projets créatifs et artistiques, …

… ce qui limite la visibilité de certains projets entrepreneuriaux notamment pour les start-up.

Accompagnement dans la phase de conception de la page des projets et jugement sur la crédibilité des lanceurs de projet, …

… les projets doivent répondre aux critères d’éligibilité (localisation du projet par exemple) ce qui limite le nombre de projets.

KissKissBankBank

KissKissBankBank est également une entreprise française de crowfunding lancée en 2010 par Ombline Le Lasseur et Adrien Aumont notamment. La plateforme s’oriente alors assez rapidement vers le financement de projets créatifs (notamment pour la musique) puis des projets d’entreprenariats. Ce dernier point est amplifié avec le lancement en 2014 du site LENDOPOLIS pour faciliter l’investissement dans des projets de TPE et de start-up, alors que le site Web original se consacrant davantage aux projets créatifs. En juin 2017, La Banque postale achète complètement la plateforme KissKissBankBank, cette dernière en devient donc une filiale.

Il existe déjà plus de 1 520 000 utilisateurs (KissBankers), ce qui en fait une plateforme de taille moyenne voire importante pour le territoire national. La modèle de la plateforme est aussi basé sur la règle du « tout ou rien », ainsi si l’objectif n’est pas atteint, la contribution d’un KissBankers est automatiquement et intégralement remboursée. Ainsi la plateforme est dans son modèle assez similaire à Ulule.

La commission de la plateforme s’élève à hauteur de 5 % sur les collectes de fonds réussies, elle est facturée au lanceur de projet. S’ajoute à cela 3 % de frais de transactions bancaires. Le créateur de projet a la possibilité d’offrir des contreparties en échange des contributions, des dons des internautes.

Il faut aussi noter le rôle des mentors, ces derniers sont des entreprises, institutions ou des médias qui soutiennent financièrement des projets sur la plateforme et qui proposent aussi certains projets (venant de leurs propres membres, employés etc.). KissKissBankBank a récemment racheté la plateforme de dons gratuits Goodeed, dorénavant le financement de projets solidaires se réalise davantage sur cette dernière plateforme.

Les projets y sont classés dans de nombreuses catégories comme « Solidarité », « BD », « Écologie », « Sport » etc. En recherchant un projet vous pouvez aussi trier par « Projet en cours » ou « projets réussis » puis par « Notre sélection » et « populaires ».

La page d’un projet se présente plus ou moins comme sur Ulule, laissant la majorité de l’espace à l’illustration (via une vidéo notamment) et à la description du projet. Sur la droite se trouve un résumé de l’état actuel du projet et en dessous les boutons pour pouvoir le soutenir via souvent le choix entre plusieurs contreparties. Les boutons pour les réseaux sociaux sont évidemment présents.

Trois onglets supplémentaires sont visibles : il s’agit de l’onglet « actualités » ou le lanceur de projet peut poster des infos supplémentaires concernant l’avancement du projet, l’onglet « commentaires » ou les internautes peuvent commenter le projet ou interpeller le créateur et enfin l’onglet « contributeurs » avec la classique liste des donateurs.

Avantages

Inconvénients

Une plateforme française innovante et solide faisant partie de la Banque postale, …

… mais la communauté reste limitée pour lancer un projet à dimension internationale

La plateforme permet de nombreuses options de paiement allant de la carte de crédit classique au service de Paypal, …

… mais les frais et les commissions ne sont pas moins élevés que sur d’autres plateformes concurrentes.

Le site Web est moderne et offre une navigation agréable, …

… mais la séparation des sites (LENDOPOLIS, Goodeed) cloisonne les projets.

Les pages de projet sont complètes et pratiques, idéal pour créer une dynamique notamment avec les boutons des réseaux sociaux …

… cependant la durée de collecte pour un projet est de 60 jours.

La sélection des projets est assez stricte, ainsi les projets doivent être sérieux …

… ce qui toutefois limite la création de projets notamment personnels (voyages, mariage etc.)

Tableau récapitulatif des plateformes de financement

Plateforme Année de lancement Langues Utilisateurs (2018) Frais et commissions Modèle de crowdfunding Adapté pour
Kickstarter 2009 Anglais, allemand, espagnol et français 15,5 millions 5 % + 3 ou 5 % de frais de transaction Reward Based/ Crowdfunding classique (principe du « tout ou rien », le lanceur de projet reçoit l’argent collecté environ deux semaines après la fin du financement) Artistes, chercheurs, start-up
GoFundMe 2010 Allemand, anglais, espagnol, français, italien, néerlandais et portugais 50 Millions de donneurs individuels (aucune information sur les enregistrements) 8,45 % + 25 centimes par don Le crowdfunding basé sur les dons (sans contrepartie), où tous les dons sont versés, quel que soit le succès de la campagne (objectif atteint ou pas). Situations d’urgence, projets à des fins caritatives, appels privés de collecte de dons, projets solidaires etc.
Indiegogo 2008 Anglais, français, allemand et espagnol 9 millions 5 % + 3 % + 0,30 centimes par transaction Reward-Based/Crowdfunding classique (les dons vont individuellement et directement au lanceur de projet) Artistes, inventeurs, Start-up ; fins caritatives et non lucratives (« Indiegogo Generosity »)
Patreon 2013 Anglais 2 millions 0,05 Reward-Based/Crowdfunding classique (mais avec la possibilité de faire un modèle d’abonnement) Artistes, Producteurs de contenu (surtout les YouTubers)
Ulule 2010 Français, anglais, allemand, italien, espagnol, néerlandais 2,3 millions 0,08 Reward Based/ Crowdfunding classique (principe du « tout ou rien ») Artistes, créateurs, Start-up
KissKissBankBank 2010 Francais, anglais, allemand 1,5 millions 5 % + 3 % de frais de transaction Reward Based/ Crowdfunding classique (principe du « tout ou rien »,) Artistes, créateurs, Start-up

Veuillez prendre connaissance des mentions légales en vigueur sur cet article.