Qu’est-ce que la responsabilité sociale des entreprises (RSE) ?

Le terme Corporate Social Responsibility (CSR) est le terme utilisé à l'échelle internationale pour désigner la responsabilité sociale des entreprises, mais il n'est que vaguement défini. Pour simplifier, il renvoie à l'obligation morale et éthique des entreprises dans leurs relations avec leurs employés, l'environnement, les concurrents, l'économie et bien d'autres domaines de la vie qu'une entreprise envahit.

La RSE est souvent comprise comme un engagement volontaire envers certaines règles de l'entreprise, c'est-à-dire au-delà des lois et des normes de l'État. Cela signifie que les entreprises qui agissent de manière responsable et morale peuvent souvent aussi utiliser leur RSE à des fins de relations publiques. Si l'on apprend qu'une entreprise s'engage volontairement pour une bonne cause, ceci améliore l'image publique de l'entreprise.

C'est la raison pour laquelle le concept de RSE fait l'objet de critiques répétées : de nombreuses entreprises ne le font pas par véritable altruisme, mais simplement pour améliorer leur propre image.

Dans cet article, nous vous expliquons ce qu'est la RSE en détail, comment elle s'est développée et comment elle est vécue dans certaines entreprises aujourd'hui.

Définition

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) fait référence à la responsabilité qu'elles s'imposent envers la société, et qui affecte donc l'environnement, l'économie, les relations avec les employés et l'éthique de la concurrence. De nombreuses entreprises utilisent les réglementations internes de RSE comme une sorte de boussole morale pour influencer positivement le développement éthique de l'entreprise. Une RSE positive offre également de nombreux avantages économiques.

Développement et définition détaillée de la responsabilité sociale des entreprises

Le concept de responsabilité sociale des entreprises n'est pas nouveau, mais le terme de responsabilité sociale des entreprises (RSE) l’a modernisé. Déjà dans l'Antiquité, on se demandait si une bonne gestion ne devait pas profiter à l'ensemble de la société au lieu de lui coûter de l’argent. Au Moyen Âge, le concept d' « homme d'affaires respectable » est né, avec un code de valeurs associé, permettant d’aider les commerçants influents à apporter des avantages à la société dans son ensemble en adhérant à certaines règles de conduite.

Pour les grandes entreprises, la responsabilité sociale de l'entreprise a pris de l'importance au plus tard avec de l'industrialisation, lorsque certaines entreprises ont construit des immeubles d'habitation pour leurs employés et que les conditions de travail difficiles ont progressivement conduit à une remise en question : les entreprises ont aussi lentement pris conscience de leur responsabilité sociale envers leurs employés et leurs familles (même si des améliorations décisives n'ont souvent été mises en œuvre à travers la législation nationale). L'éthique environnementale ou un concept qui s’en rapprocherait n'existait tout simplement pas dans la plupart des entreprises à l'époque.

Le concept moderne de responsabilité d'entreprise tel que nous le connaissons aujourd'hui est probablement né dans les années 1950 aux États-Unis, où de nombreuses discussions publiques sur la responsabilité d'entreprise ont eu lieu et où les premiers résultats scientifiques ont été publiés. Dans son article Social Responsibilities of the Businessman, Howard R. Bowen décrit la responsabilité d'entreprise comme une conséquence logique de la responsabilité sociale de l'individu envers la société. En conséquence, les entreprises devraient s'orienter vers des valeurs et des normes interpersonnelles et seraient obligées de les appliquer. Mais à cette époque, la plupart des entreprises ne se sentaient pas encore le « devoir » de travailler consciemment et activement pour une orientation morale de l'entreprise. La maxime de la croissance économique à elle seule détermine encore la vie professionnelle quotidienne.

Cependant, à partir des années 1970, les institutions socialement actives qui pouvaient et devaient avoir une influence positive sur l'orientation morale de la société ont été de plus en plus reconnues dans les entreprises. La société et le monde des affaires étaient en interaction constante : idéalement, ceci devrait contribuer à la consolidation des normes sociales au sein de l'économie capitaliste. Cependant, avant le début du nouveau millénaire, la responsabilité sociale des entreprises (RSE) était davantage un vœu pieux qu’un idéal devant déterminer son comportement.

En raison de l'importance croissante accordée à la protection de l'environnement et aux questions éthiques dans le contexte de la mondialisation, la RSE a pris une importance croissante. De plus, le triomphe d'Internet a fait en sorte que les entreprises agissant de manière irresponsable voient rapidement leur image écornée lorsque des scandales opérationnels, des cas d'abus et des griefs dans les réseaux sociaux ont été rapportés. La responsabilité sociale des entreprises est ainsi passée d'une considération purement conceptuelle à un domaine de travail important pour toute grande entreprise.

Outre les termes courants de responsabilité d'entreprise et d'éthique d'entreprise, il existe aussi des expressions plus générales telles qu’entreprises propres. Les mots à la mode sensibilisation à l'environnement et durabilité apparaissent aussi fréquemment dans les discussions sur la responsabilité sociale des entreprises en France, mais ne couvrent qu'un sous-ensemble de ce terme.

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) et la « citoyenneté d'entreprise » sont également souvent synonymes au niveau international. Cette confusion de termes montre, d'une part, que la RSE est un vaste domaine et couvre de nombreux sous-domaines et, d'autre part, que le terme lui-même est trompeur. En effet, la « responsabilité » implique un principe imposé de l'extérieur et met moins l'accent sur le caractère volontaire et attrayant de la RSE.

Entre-temps, les grandes entreprises ne peuvent guère se permettre de ne pas prendre la RSE au sérieux. Certaines emploient des spécialistes de la RSE qui formulent par écrit le code moral de l'entreprise et surveillent son application. Ceci présente également souvent un avantage économique si l'image de marque positive qui en résulte peut être utilisée à des fins de marketing et de relations publiques. Après tout, tout le monde profite d'une RSE bien mise en œuvre.

Certaines personnes accusent les entreprises d'utiliser rarement les motivations morales comme moteur de la RSE. Les entreprises espéraient plutôt que cela aurait un effet publicitaire, ce qui n'entraînerait pas moins une augmentation du chiffre d'affaires. C'est pourquoi les critiques décrivent souvent la RSE comme une simple composante du marketing. D'un autre côté, il y a l'opinion répandue que l'intention réelle derrière la RSE n'est pas si importante tant que son effet profite en fin de compte aux gens.

Les trois domaines de la responsabilité sociale des entreprises

La responsabilité sociale des entreprises étant un concept très vague en soi, il existe plusieurs approches pour structurer le concept. Le modèle de responsabilité selon Stefanie Hiß est un modèle relativement populaire : elle divise la RSE en trois domaines, dont chacun est nommé en fonction de la nature de son activité publique :

  • Le domaine de responsabilité interne englobe toutes les stratégies et processus internes qui n'atteignent pas le public, mais qui sont essentiels pour l'orientation éthique de l'entreprise.
  • Le domaine central de responsabilité comprend tous les domaines qui sont efficaces pour le public et qui ont un effet direct sur l'environnement, les personnes et la société, mais qui font toujours partie du processus de travail normal.
  • Tous les domaines actionnistes font partie du domaine de responsabilité externe, c'est-à-dire qu'une entreprise devient charitablement active ici (principalement financièrement) et interrompt ou adapte son travail quotidien si nécessaire. Le modèle de Hiß est bien adapté pour illustrer les différents domaines d'activité de la RSE

Domaine de responsabilité interne

Le domaine de responsabilité interne comprend tous les processus internes qui affectent la stratégie de l'entreprise elle-même. Le domaine de responsabilité interne relève généralement de la responsabilité de l'exécutif et influence les décisions importantes, par exemple, quels partenaires commerciaux gagner, sa propre responsabilité sur le marché en ce qui concerne d'éventuels réseaux et monopoles, une planification de croissance juste et réaliste et une rentabilité saine.

Dans l'idéal, la boussole morale de l'entreprise joue un rôle important dans la prise de décision : mais il est généralement difficile de juger de l'extérieur dans quelle mesure une entreprise prend au sérieux son domaine de responsabilité interne. Toutefois, une gestion de la RSE visible de l'extérieur est au moins une indication que la stratégie interne tient également compte des principes moraux.

Zone de responsabilité intermédiaire

Le domaine de responsabilité intermédiaire comprend toutes les actions d'une entreprise dont les effets sur l'environnement et la société peuvent être mesurés plus ou moins directement. Ceci inclut les émissions de CO2 et la pollution de l'air ainsi que les conditions de travail des employés, également une gestion responsable de la chaîne d'approvisionnement. En effet, la coopération avec des entreprises moralement douteuses soutient en fin de compte leur politique d'entreprise.

La responsabilité sociale des entreprises dans la zone intermédiaire de responsabilité est la plus difficile à coordonner pour de nombreuses grandes entreprises, mais elle a pris une importance considérable, justement car c'est dans ce domaine que la plupart des dommages peuvent survenir. Ceci s'applique non seulement à l'environnement et à la société, mais aussi à ses propres employés, à ses parties prenantes ainsi qu’à sa réputation.

La notion clé est ici l'intervenant : Stefanie Hiß suggère que le domaine de responsabilité intermédiaire se réfère principalement à ces parties prenantes. D'une manière générale, les parties prenantes sont des personnes qui s'intéressent davantage aux processus, aux conditions de travail et, dans la plupart des cas, au succès de l'entreprise. Les groupes de personnes suivants sont des intervenants importants :

Les employés

Les entreprises ont le devoir d'assurer à leurs employés un environnement de travail agréable et de fournir des informations suffisamment transparentes sur les opportunités de carrière et les hiérarchies. Ceci inclut également la question d’une rémunération équitable et d’une participation aux bénéfices, ainsi que la limitation de la durée des contrats.

Lorsque les membres du syndicat travaillent dans l'entreprise, l'interaction constructive avec les syndicats constitue un autre élément essentiel pour une RSE saine dans ce domaine. Sinon, dans des cas extrêmes, il y aura des grèves si les entreprises ne prennent pas au sérieux leur responsabilité sociale envers leurs employés. Des conditions de travail inacceptables remettent parfois même en question des organisations de défense des droits de l'homme ou des institutions publiques. Souvent, les employés déposent aussi des griefs dans ce domaine de manière anonyme : cette nouvelle peut se propager comme une traînée de poudre dans les médias sociaux et causer des dommages considérables à leur image.

Les prestataires de capitaux propres et de capitaux d’emprunt

Les investisseurs ont un intérêt évident non seulement au succès de l'entreprise, mais aussi à une coopération loyale. Les sociétés cotées en bourse sont particulièrement menacées d'un préjudice considérable si leurs relations avec leurs partenaires commerciaux et leurs investisseurs sont moralement douteuses, voire malhonnêtes.

Les clients

Les entreprises qui fournissent des produits ne doivent pas tromper leurs clients. C’est particulièrement le cas pour les biens de consommation tels que les denrées alimentaires : une entreprise a la responsabilité d'informer correctement le client de la préparation et de la composition du produit. L'origine du produit ou des matériaux de construction et des matières premières utilisées est également importante pour de nombreux clients. Si une entreprise se présente comme respectueuse de l'environnement, mais qu'elle utilise dans la fabrication d'un produit des œufs provenant d'élevages en cage ou des composants d'entreprises de production nuisibles à l'environnement, cela peut entraîner la perte d'un nombre considérable de clients.

Pour de nombreuses entreprises, le client est de loin l'acteur le plus important. Si une entreprise ne prend pas au sérieux sa responsabilité sociale envers ses clients, c'est souvent dû à une mauvaise gestion de la RSE (si elle existe).

Les résidents locaux

Les entreprises situées dans les villes ou au moins à proximité immédiate des agglomérations ont également une responsabilité envers les résidents locaux. L'entreprise ne doit pas avoir d'impact négatif sur la qualité de vie des résidents. C'est le cas, par exemple, de la pollution sonore et de la pollution de l'environnement. Dans de nombreux pays, les gens continuent de souffrir de conditions de vie difficiles parce que les grandes usines ignorent leur responsabilité sociale.

Dans les pires cas, les entreprises provoquent une pollution de l'eau potable, un bruit inacceptable, une pollution de l'air et des dommages à la flore et à la faune environnantes. Si de telles injustices sont rendues publiques, l'entreprise est menacée non seulement d'atteinte à son image, mais aussi de problèmes avec la loi et les organisations de protection de l'environnement.

Les agences gouvernementales

Les entreprises doivent se conformer aux lois du pays concerné. Cela implique également une collaboration harmonieuse et honnête avec les organismes publics. Dans les installations de production, les normes de qualité et les réglementations spécifiées par le législateur doivent être respectées et ne pas être trompées lors des contrôles correspondants.

Les médias

La responsabilité du « quatrième pouvoir » en matière de clarification comprend également la communication la plus complète possible des griefs dans les entreprises. La relation entre les journalistes et les fonctionnaires est donc souvent ambivalente : d'une part, une entreprise veut se présenter le mieux possible, afin que les médias puissent contribuer à une image positive par leurs reportages. D'autre part, les entreprises qui n'assument pas leurs responsabilités d'entreprise risquent rapidement de nuire à leur image si les journalistes en entendent parler. Les représentants des médias sont donc tout sauf les bienvenus dans certains locaux de l'entreprise.

Dans la mesure où la responsabilité sociale des entreprises n'est guère soumise au contrôle de l'État, les médias se sentent souvent obligés d'informer le public de leur mauvaise conduite. Cependant, une bonne gestion de la RSE implique en principe un dialogue ouvert et honnête avec les médias : si vous ne vous endettez pas, vous n'avez pas à craindre une trop mauvaise presse. Cependant, la plupart des journalistes ne rendent guère compte de la performance positive des entreprises, mais se concentrent davantage sur la mauvaise conduite, simplement parce que la presse à scandale se vend mieux.

Domaine de responsabilité externe

Dans le cadre de leur responsabilité sociale d'entreprise (RSE), de nombreuses entreprises se concentrent non seulement sur les processus internes, mais assument également une responsabilité sociale en dehors de leurs propres activités. Voici ci-dessous quelques exemples de ce qui peut être inclus dans ce domaine de responsabilité externe (qui est souvent assimilé au terme « citoyenneté d'entreprise »).

Les donations

Les dons de la part d'entreprises constituent le moyen le plus populaire de vivre activement la responsabilité d'entreprise. Souvent, cependant, ces dons sont liés à la vente de marchandises et sont donc destinés à contribuer à l'augmentation des ventes : par exemple, en promettant de donner une partie du bénéfice par produit vendu à une bonne cause. De nombreuses entreprises participent également à des événements tels que des marathons et des galas de collecte de fonds auxquels elles permettent aux employés de participer. Bien sûr, tout cela apporte une bonne publicité aux entreprises, mais cela ne diminue pas le bénéfice général de ces activités. En fin de compte, des événements caritatifs comme celui-ci sont profitables pour tous ceux qui y participent.

Le sponsoring

Souvent, les entreprises s'acquittent également de leur responsabilité sociale en parrainant des initiatives spéciales ou en soutenant des associations qui poursuivent des objectifs caritatifs. En retour, les entreprises sont mentionnées positivement par ces institutions et bénéficient d'être associées à elles. Souvent, les entreprises peuvent aussi améliorer ainsi leur réputation auprès des résidents locaux, par exemple en parrainant des projets municipaux et des événements régionaux.

Activités sociales

Les entreprises sont souvent prêtes à accorder des congés à leurs employés s'ils veulent mener des activités sociales. Dans l'intervalle, ceci est généralement réglementé dans les contrats de travail (et les salariés bénéficient d'une demi-journée de travail par trimestre, par exemple). De nombreuses entreprises sont donc prêtes à soutenir et même à payer les activités sociales de leurs employés (en enregistrant ces activités comme temps de travail).

Exemples de mise en œuvre positive de la responsabilité sociale des entreprises

On observe souvent une RSE bien appliquée dans les organisations institutionnelles. Lorsque les entreprises créent des fondations, promeuvent des projets sociaux et participent à des galas de charité, la RSE est mise en œuvre concrètement. Toutefois, la RSE doit également être évaluée en fonction de la taille et de la visibilité d'une entreprise. Les entreprises qui opèrent à l'échelle mondiale mais qui ont leur siège dans un pays riche devraient également étendre leur engagement social aux pays plus pauvres où elles produisent.

Les dimensions de la RSE sont multiples : une petite entreprise locale, par exemple, agit déjà de manière socialement responsable lorsqu'elle est impliquée sur un site particulier, par exemple en apportant une aide financière aux institutions humanitaires. Une petite injection financière pour le parc urbain local peut également signifier une RSE positive. Les entreprises françaises sont encore à la traine en ce qui concerne la RSE. Lors d’un classement établi en 2014 par E-RSE, la première entreprise française est Suez Environnement, situé à la 10e position. Il faut ensuite attendre la 21e place avec Danone. Vous trouverez ci-dessous des exemples d'entreprises qui se distinguent dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises.

Suez Environnement

Suez environnement est la première entreprise française au classement mondial RSE. L’un de ses engagements porte sur les énergies renouvelables et la transformation des déchets en ressources : elle a ainsi permis à l’usine Mars Chocolat de Haguenau de transformer ses émissions de CO2 en vapeur verte, via un réseau de chaleur qui relie l'usine à lʼUnité de Valorisation Énergétique des déchets ménagers de la région. Cette solution permet d’éviter l’émission de plus de 130 000 tonnes de CO2 pour une période de 15 ans.

Le groupe se consacre également à faire progresser l’égalité des chances, qui se concentre essentiellement sur les femmes (le groupe travaille à faire progresser la part des femmes dans ses instances de direction et ses filiales) et les travailleurs de plus de 55 ans, dont il cherche à augmenter le taux d’embauche et de maintien dans l’emploi.

Suez environnement s’engage enfin pour le droit à l’eau effectif : le groupe a ainsi contribué à mettre en place le programme Aguas de Cartagena dans la ville de Carthagène en Colombie, qui vise à améliorer l'accès à l’eau dans les quartiers défavorisés. Ce programme a été développé en collaboration avec la municipalité et des associations locales, afin d’appréhender l’ensemble des dimensions de la précarité.

Bosch

L’entreprise allemande à renommée mondiale est également un bon exemple de RSE positive. Le fabricant d'électronique entretient plusieurs fondations caritatives. La plus connue d'entre elles est la Robert BoschStiftung, qui est active dans les domaines de la santé, de la science, de la société, de l'éducation et de la compréhension internationale. La Robert Bosch Stiftung se concentre sur la promotion de projets caritatifs, mais développe également ses propres initiatives. Les institutions caritatives les plus connues de la fondation se trouvent à Stuttgart : l'hôpital Robert Bosch, l'Institut Dr Margarete Fischer-Bosch de pharmacologie clinique et l'Institut d'histoire de la médecine.

Bosch exploite également des fondations internationales dont l'objectif est d'améliorer la qualité de vie des personnes vivant à proximité immédiate de ses sites de production. La Fondation Bosch Inde s'efforce d'améliorer les soins médicaux dans les régions les plus pauvres de l'Inde - en particulier pour les enfants malades et les femmes enceintes. L'Instituto Robert Bosch au Brésil gère plusieurs établissements d'enseignement. Bosch est également impliqué dans la lutte contre la pauvreté et la toxicomanie au Brésil. Bosch exploite également plusieurs fondations pour ses nombreuses installations de production en Chine dans le but de réduire la pauvreté et de créer de meilleures opportunités éducatives. Par exemple, Bosch soutient les étudiants de première année en payant les frais de scolarité au cours du premier semestre. En plus de ses fondations locales, Bosch entretient également plusieurs fondations qui se consacrent à l'aide internationale aux réfugiés et à la protection contre les catastrophes.

En Allemagne où elle a été fondée, la Robert Bosch Stiftung est principalement active dans le domaine de l'éducation, c'est pourquoi elle organise chaque année un prix scolaire à travers le pays. Bosch soutient également plusieurs établissements d'enseignement dans des zones socialement défavorisées.

Veuillez prendre connaissance des mentions légales en vigueur sur cet article.


Attendez ! Nous avons quelque chose pour vous !
Créez une adresse personnalisée!

Créez une adresse personnalisée
Affichez votre sérieux sur Internet
Nom de domaine inclus
À partir d' 1 € TTC/mois
Conseiller personnel inclus !