Les codes de statut HTTP et leur signification

La Toile dénombre plus d’un milliard de sites Internet. Les internautes ont besoin d’adresses Web pour pouvoir accéder à leurs sites préférés, qu’il s’agisse d’une association, d’une banque ou tout simplement d’une boîte mail.  Le but de ces adresses est de localiser les pages Web désirées sur le serveur correspondant du réseau. La transmission des informations demandées sur un ordinateur local est réalisée avec l’aide du protocole hypertexte HTTP. Le processus est le suivant : le navigateur Internet (aussi nommé « client ») démarre une requête sur le serveur, celui-ci répond avec un code de statut HTTP sous la forme d’un nombre à trois chiffres. A travers ce message, le serveur Internet nous informe si une requête est bien traitée, si une erreur est présente ou si l’authentification est nécessaire. Ainsi, le code de statut HTTP est une partie essentielle de la réponse transmise par le serveur Internet. Celui-ci l’intègre automatiquement dans chaque en-tête de réponse HTTP. En général, un utilisateur reçoit des codes de statut sous la forme d’une page HTML automatique si le serveur Web ne peut exécuter la requête du client.

Les classes de statuts HTTP

Les codes de statuts HTTP sont divisés en cinq classes différentes toutes déterminées par les premiers chiffres de leurs codes. 200 correspond à la classe 2xx tandis que le 404 correspond à la 4xx. Cette répartition repose sur la signification et la fonction des codes de statut. Voilà comment sont composées ces classes :

  • Classe 1xx, codes d’information : si le code commence par 1, le serveur indique au client que la requête actuelle est en en train de se faire. Cette classe regroupe des codes en cours de traitement et d’envoi.
  • Classe 2xx, codes de succès : un code qui commence par 2 indique que la requête a abouti. Elle a été reçue par le client, comprise et acceptée. En conséquence, les codes 2xx du serveur sont envoyés en même temps que les informations des pages Web désirées. En général, l’utilisateur ne prend en compte que la page Web qu’il a chargé.
  • Classe 3xx, codes de redirection : un code 3xx indique que la requête a été reçue par le serveur. Cependant, le client doit encore provoquer une action complémentaire pour que le traitement soit conduit à sa résolution finale. Les codes qui commencent par 3 apparaissent en majorité en cas de transfert.
  • Classe 4xx, erreurs du client : le code 4xx renvoie à une erreur commise par le client. Le serveur a reçu la requête mais ne peut pas l’exécuter. En général, il s’agit d’une syntaxe erronée. En général, l’utilisateur est automatiquement dirigé vers  une page HTML.
  • Classe 5xx, erreurs du serveur : Le code 5xx fait référence à une erreur commise par le serveur. Ces informations indiquent que la requête en question est complètement ou provisoirement impossible. Une page d’erreur HTML est également présentée.

Aperçu des codes de statut HTTP importants

Les codes de statut HTTP sont importants tant pour les administrateurs de sites que pour les professionnels du référencement. Les internautes sont pour leur part plus concernés par les codes d’erreur de client tels que 404 (not found) ou de serveur tels que 503 (service unavailable). En effet, ces pages, générées automatiquement, sont visibles de tous. Par ailleurs, de nombreux codes de statut HTTP ne peuvent être vus du premier coup. Des outils spécifiques ainsi que des extensions sont nécessaires à leur détection par les administrateurs. La découverte de ces erreurs est importante si on veut optimiser l’expérience utilisateur ainsi que le référencement de son site sur le Web. Vous trouverez dans la sélection suivante les codes de réponses les plus courants. Une liste complète est disponible sur le site codes HTTP.

 

  • Code HTTP 200, OK : ce code indique que la requête a été traitée avec succès. Toutes les informations demandées ont été localisées par le serveur Web et ont été transférées au client. L’internaute ne peut normalement pas voir le code.
  • Code HTTP  301, changement d’adresse définitif : ce code signifie que les informations demandées par le client ne se trouvent plus à l’adresse indiquée car celle-ci a définitivement changée. Etant donné que le lieu actuel du site demandé est aussi livré dans le statut, le navigateur Internet peut aussitôt rediriger l’utilisateur à la nouvelle adresse. L’ancienne adresse n’est plus valable. Ce code 301 est presque invisible pour les internautes car seul l’URL de la barre de saisie change.
  • Code HTTP 302, changement d’adresse temporaire : contrairement au code 301 qui renvoie à un changement définitif, le code 302 indique que les informations demandées se trouvent temporairement sur une autre page. Dans ce cas de figure, le statut contient des informations pour permettre un transfert automatique. La vielle adresse reste valable.
  • Code HTTP 403, interdit : le code de statut HTTP 403 signalise au client que l’accès aux contenus désirés est impossible car le client n’en a pas l’autorisation. En général, ce problème d’accès est indiqué à l’internaute via une page HTML automatique.
  • Code HTML 404, non trouvé : la réponse 404 signifie que la page Internet est introuvable. En général, soit l’adresse n’existe plus, soit aucune redirection n’a été pas établie. L’utilisateur doit alors vérifier si l’adresse est correcte. Les liens qui renvoient à des pages inexistantes sont nommées « liens brisés ».
  • Code HTTP 500, erreur interne du serveur : la réponse 500 sert à annoncer des erreurs inattendues du serveur. Si le serveur ne peut traiter la requête, ce statut HTTP est automatiquement affiché. Au-delà de la réponse du client, le serveur réalise en général un protocole d’erreur interne. Il faut que l’administrateur du site analyse la page pour pouvoir procéder à la réparation du logiciel.
  • Code HTTP 503, service indisponible : le code 503 indique que le serveur en question est surchargé. Il se peut que cette réponse du serveur comporte aussi des informations sur le temps de traitement de la page. En règle générale, un utilisateur doit partir du principe qu’un administrateur est en train de travailler sur le problème et que le serveur est bientôt disponible.

Codes de statut HTTP : comment les gérer ?

Les administrateurs de sites ont l’obligation de limiter les pages d’erreur HTML au minimum s’ils veulent garantir aux internautes une navigation agréable. Cela vaut particulièrement pour les boutiques en ligne et les sites d’informations dont les contenus varient constamment. Si une page n’existe plus, le navigateur affichera à l’utilisateur le code de statut 404 (introuvable). Souvent, ce phénomène incite les internautes à chercher autre part sur la Toile et à se rendre chez les sites concurrents. Il va donc de l’intérêt des éditeurs de sites Internet de prendre des mesures pour retenir les internautes sur leurs pages. De la même manière, il est difficile et long d’identifier les erreurs de type 404. Pour cela, il existe des outils pour webmasters proposés par Google qui permettent d’établir des statistiques de des erreurs de crawl (d’indexation). Pour contrer les erreurs de type 404, il est bien vu de rediriger la page vers une autre cible. Ces pages d’erreur personnalisées permettent de réduire manuellement le taux d’abandon des internautes.

Page d‘erreur de type 404 : redirection vers un code HTTP 301

En cas d’erreur de type 404, il est conseillé de transférer la page en utilisant un code HTTP 301 (changement d’adresse définitif) vers une autre page similaire. Même si l’internaute n’y trouve pas l’information recherchée, cette manipulation présente l’avantage de prolonger la navigation de l’utilisateur sur le site Web. Il est important ici que le contenu vers lequel l’internaute est redirigé corresponde à sa recherche. En théorie, les erreurs de type 404 peuvent être redirigées via les codes HTTP 301, par exemple sur une page d’accueil. Plus le contenu de ces pages cibles est adéquat, plus l’utilisateur est susceptible de rester sur la page.

Des pages d’erreur personnalisées 

Etant donné qu’il n’est pas toujours possible d’empêcher l’apparition des erreurs de type 404, il est conseillé de relier la page en question à un message personnalisé. Cette action est possible grâce au fichier de figuration .htaccess. En général, les messages 404 conservent le design du site Internet et proposent aux internautes d’autres informations, produits voire un aperçu global de l’offre du site. Voici des astuces .htaccess pour savoir comment relier ces pages d’erreur.

Que signifie un code de statut HTTP pour le moteur de recherche ?

Certain codes de statut HTTP sont très importants pour votre référencement. Le code 404, par exemple, indique non seulement au navigateur de l’internaute que la page est introuvable, mais aussi aux moteurs de recherche qui ne peuvent pas indexer la page. De la même manière que pour les visiteurs, les robots d’indexation se laissent rediriger vers les nouveaux liens cibles. Pour des raisons de SEO, le code HTTP 301 permet également de maintenir le PageRank du site à un niveau élevé. Si le robot d’indexation tombe sur une page contenant un code HTTP 301, celui-ci prendra en compte la redirection et effacera l’ancienne page de son index de recherche.

Le niveau de PageRank de l’ancienne page n’est pas perdue mais transférée vers une autre page cible grâce au code HTTP 301. Ce processus est pertinent avant tout si l’ancienne page est la cible des liens entrants. Ainsi, l’autorité et la force acquise peuvent être transmises vers le site suivant. Le code de statut HTTP 302 entraîne un tout autre processus. En effet, le transfert n’est que temporaire, ce qui implique que la vieille adresse demeure indexée.  Dans ce cas, le pouvoir des liens retour éventuels n’est pas transféré à la cible.


Attendez ! Nous avons quelque chose pour vous !
Votre messagerie professionnelle

Créez une adresse personnalisée
Affichez votre sérieux sur Internet
Nom de domaine inclus
À partir d' 1 € TTC/mois
Conseiller personnel inclus !