Que se passe-t-il lors de l’envoi d’un email ?

Envoyer un email est devenu une pratique quotidienne tant dans le domaine professionnel que privé. Mais comment un message électronique fonctionne-t-il techniquement parlant ? Le standard de l’envoi d’un email se base sur le Simple Mail Transfer Protocol (SMTP, littéralement « protocole simple de transfert de courrier »). Les messages électroniques sont récupérés soit en IMAP soit en POP3. D’autres programmes interviennent tels que Mail User Agent (MUA), chargé de la relève du courrier, et Mail Transfert Agent (MTA), chargé de son transport. Nous verrons dans cet article quels sont les liens entre ces agents de logiciel au cours d’un processus d’expédition d’email et quels peuvent être les problèmes rencontrés. 

Voilà comment fonctionne un courrier électronique

Avant d’envoyer un email, il faut ouvrir un service de webmail soit sur un navigateur, soit localement via un client de messagerie installé sur votre ordinateur. L’appellation technique de ce client de messagerie est MUA (Mail User Agent).

Après avoir écrit votre email dans votre MUA et avoir cliqué sur le bouton « envoyer », le processus d’expédition démarre. Avant qu’un email n’atteigne l’adresse de messagerie désirée, celui-ci passe par plusieurs stations où il est formaté, contrôlé puis transféré.

1. Envoi d’un email par un MUA

Après avoir envoyé votre email, le client de messagerie convertit le message une fois pour le répartir par la suite en deux catégories, à savoir l’en-tête et le corps du texte (en anglais header et body). La partie de l’en-tête comprend les données de l’émetteur, la date ainsi que l’heure d’envoi, l’objet du mail et le nom du ou des destinataires du message. En dessous de cet en-tête se trouve le corps du message. Celui-ci comporte le contenu de l’email, soit le texte mais aussi tous les documents attachés telles que des images, des fichiers Office et autres.

2. Contrôle d’un email via un MTA

Votre Mail User Agent (MUA) prend contact par la suite avec le serveur de courrier électronique de votre fournisseur. Un serveur de courrier électronique dispose d’un programme constamment actif dans le but de récupérer les emails et d’en envoyer : le Mail Transfer Agent ou MTA. Ce MTA représente la base de logiciel d’un serveur de messagerie.

Afin de décharger le MTA, un Message Submission Agent (MSA) peut être allumé. Ce MSA est en contact direct avec le client de messagerie. Celui-ci contrôle si une adresse est correcte et si elle appartient à un domaine réel. Les mails comportant des erreurs sont rejetés tandis que les mails validés sont transférés au MTA. Un MSA est souvent déjà intégré à un programme MTA.

Avant que le MTA de votre fournisseur de messagerie n’envoie l’email, la taille maximale autorisée  de votre email est contrôlée, celle-ci variant en fonction des fournisseurs entre 4 et 20 MB. Si les pièces jointes sont trop lourdes, vous en serez informé et l’envoi sera alors interrompu. La plupart des fournisseurs de messagerie passent les messages au crible à la recherche de spams et de logiciels malveillants tels que des virus ou des chevaux de Troie avant de les envoyer. Si votre mail ne contient ni spam, ni logiciel malveillant et si sa taille est conforme, le MTA enregistre alors le message.

3. Le processus d’envoi jusqu’au destinataire MTA

Lors de la prochaine étape, le Mail Transfer Agent recherche le serveur de messagerie du destinataire dans le système de noms de domaine (Domaine Name System ou DNS en anglais), au cas où celui-ci ne serait pas déjà pris en compte par le MSA. Si le serveur correspondant est identifié, il faudra ensuite vérifier que la partie locale de l’adresse existe bel et bien, c’est-à-dire ce qui se trouve devant le signe @. Si l’adresse email est introuvable que ce soit pour des raisons de fautes de frappe ou autre, l’email est renvoyé par le MTA à l’expéditeur avec une annotation. Si tout est en ordre, le MTA de l’expéditeur transfère le mail au MTA du destinataire.

Par la suite, le message est scindé en plusieurs parties, à l’instar d’un transfert de données lambda sur le Web. L’envoi de paquets de données (dont la taille maximale est de 64 KB) présente plusieurs avantages. D’un côté, de petits envois peuvent facilement être réalisés. D’un autre côté, les parties d’un email peuvent utiliser plusieurs chemins de données afin d’atteindre le serveur de messagerie cible. Les paquets ont toujours recours aux chemins d’accès où le trafic est faible. 

Le trafic entre les serveurs de messagerie se base sur l’utilisation de nœuds d’échange Internet. C’est via ces nœuds que d’innombrables données sont transmises. Elles font partie intégrante de l’infrastructure du Web. Ici les fournisseurs de messagerie s’échangent des messages. Les paquets d’un email atterrissent via ces nœuds de distribution au serveur de messagerie du destinataire et sont ensuite assemblés.

4. Un second contrôle à la cible MTA et envoi de l’email

L’email se trouve désormais sur le serveur de messagerie du destinataire. Avant que celui-ci ne lui parvienne, le MTA du serveur de la messagerie cible contrôle le message entrant. La taille des pièces jointes est à nouveau contrôlée. Si celle-ci dépasse la capacité maximale du serveur de messagerie du destinataire, le message ne sera alors pas réceptionné mais renvoyé. Par ailleurs, le processus de vérification des spams a lieu une seconde fois. Sont désignés comme suspects les éléments suivants : des mots tels que « viagra », des virus connus ou d’autres fichiers nuisibles provenant d’ordinateurs voire même un expéditeur qui a déjà envoyé des spams à plusieurs reprises. Si de tels éléments sont décelés dans le message électronique, celui-ci est marqué en conséquence ou le transfert du message est entièrement interrompu.

Si votre mail a passé ces contrôles sans heurt, il sera enregistré sur le serveur de messagerie de votre destinataire qui pourra alors le charger. Pour cela, un MDA envoie le message à la messagerie du destinataire. Lorsque celui-ci le réceptionne, le MUA utilisé a recours au MTA du serveur de messagerie. Son contenu est alors à nouveau contrôlé à la recherche de spams ou de logiciels malveillants, cette fois par le client de messagerie du destinataire.

Par la suite, le mail peut être ouvert et lu à partir de la boîte de réception. Les étapes intermédiaires ainsi que les mesures de sécurité sont là pour protéger autant que possible les messageries électroniques des mails nuisibles. Ces procédés ne prennent en général que quelques secondes.

Conseil

Possédez-vous une adresse email avec son propre nom de domaine ? Obtenez votre adresse souhaitée dès maintenant à un prix très abordable chez 1&1 IONOS !