Hébergement mutualisé ou dédié : comparatif des deux modèles

La publication d’une application Web entraîne de nombreux défis. Outre la planification et la conception du contenu et de la technique du projet, le choix d’un environnement d’hébergement adapté joue également un rôle décisif. En effet, sans l’équipement matériel approprié, vous limitez inutilement les chances de succès et les possibilités de croissance de votre projet Web. Vous devez donc penser dès le début à la capacité dont vous aurez besoin, aussi bien à court terme qu’à long terme, et aux moyens financiers que vous pouvez mettre à disposition ou prévoir.

Si vous n’exploitez pas votre propre serveur et si vous souhaitez louer les ressources d’un prestataire, au cours de vos recherches, vous rencontrerez très certainement les termes « hébergement mutualisé » et « hébergement dédié ». Ces deux modèles d’hébergement, tous deux plus anciens que l’hébergement Cloud aujourd’hui très répandu, se démarquent par une approche différente en ce qui concerne la gestion et l’affectation des ressources matérielles (côté hébergeur). Cet article vous explique ces termes de façon concrète et dans quelle mesure les hébergements mutualisés ou dédiés se distinguent en matière de coûts, de performance ou de sécurité.

Hébergement mutualisé ou dédié : que signifient ces deux termes ?

Lorsque vous avez recours aux services d’un fournisseur d’hébergement Web, vous louez en réalité un équipement permettant d’exploiter un projet Web. Le fournisseur met donc à disposition des serveurs finis, la puissance de calcul correspondante sous la forme d’un processeur, la mémoire vive ainsi que l’espace disque nécessaire afin de permettre au système d’exploitation, au serveur Web, aux bases de données, etc. de fonctionner.

Si vous optez pour un hébergement dédié, le fournisseur vous attribuera un ou plusieurs serveurs spécifiques dont les ressources seront à votre seule disposition. La situation est un peu différente dans le cas d’un hébergement mutualisé : dans le cadre de ce modèle, le fournisseur vous attribue également un ou plusieurs serveurs de son contingent, mais vous en partagez toutefois les ressources avec d’autres clients. En d’autres termes, seuls vos projets passent par un serveur dédié, alors qu’un serveur mutualisé abrite vos applications Web, mais aussi celles d’autres utilisateurs.

Aperçu des différences entre un hébergement mutualisé ou serveur dédié

De prime abord, le choix pour un serveur mutualisé ou un serveur dédié ne semble pas faire grande différence pour le client : dans les deux cas, les ressources louées sont contrôlées à distance, de telle sorte qu’il est en principe impossible de savoir si des données d’autres utilisateurs sont stockées ou non sur le serveur cible. Toutefois, si l’on se penche sur des facteurs comme les coûts, la sécurité ou le remplissage, il devient rapidement clair que ces deux modèles d’hébergement sont très différents dans la pratique. Afin de faciliter votre choix du pack adapté pour votre projet Web, nous avons rassemblé pour vous les principales différences dans notre comparatif « hébergement mutualisé ou dédié » (dedicated hosting vs shared hosting).

Projets hébergés sur le serveur (« server hosted sites »)

Comme évoquée plus haut, la principale différence entre l’hébergement mutualisé et l’hébergement dédié est le fait que dans le premier cas, le serveur abrite non seulement vos projets, mais aussi les sites Internet d’autres clients. Dans ce cas, vous ne disposez pas du pouvoir de décider du nombre d’utilisateurs avec lesquels vous partagerez les ressources d’hébergement et vous n’aurez pas connaissance du type de projets exploité par vos « voisins de serveur ». Dans le cas d’un hébergement dédié, vous saurez en revanche à tout moment quelles données sont enregistrées sur le serveur loué puisque vous serez le seul client à y avoir accès.

Sécurité et protection des données

Que vous hébergiez un site Internet sur votre propre serveur ou sur le serveur d’un fournisseur, la sécurité est essentielle. C’est pourquoi les mesures de protection contre les infections de malwares, les vols de données ou les attaques DDoS et par force brute font partie des impératifs d’un exploitant de site Internet responsable.

Les conditions pour assumer cette responsabilité sont très différentes entre l’hébergement mutualisé et l’hébergement dédié : les clients d’un hébergement dédié doivent installer, configurer et surveiller personnellement les solutions de sécurité telles que les pare-feu et les applications de sécurité. À contrario, le fournisseur est toujours responsable de la mise en place et de la surveillance des mesures de sécurité sous-jacentes sur un serveur mutualisé de telle sorte que vous n’avez besoin d’être actif que si vous souhaitez prendre des mesures complémentaires. Le fait que vous utilisiez le matériel conjointement avec d’autres utilisateurs augmente malgré tout le risque de sécurité général – notamment lorsque vous devez partager le serveur avec des clients exploitant des projets peu sérieux ou non sécurisés.

Note

En ce qui concerne la protection des données sensibles des utilisateurs, pour lesquelles il convient de s’aligner sur les dispositions du RGPD, en particulier pour les projets Web, vous devez déjà faire preuve de vigilance dans le choix de votre fournisseur : il est notamment essentiel que le serveur soit localisé en France (ou tout du moins au sein de l’UE) et qu’un cryptage et une conservation sécurisée des données enregistrées soient assurés, qu’il s’agisse d’un serveur dédié ou mutualisé.

Bande passante et performance

La bande passante offerte constitue toujours un point décisif dans le choix du fournisseur d’hébergement. Les centres de calcul du fournisseur disposent souvent d’excellentes connexions Internet ce qui est dans tous les cas nécessaire pour déplacer les énormes volumes de données des différents clients à une vitesse maximale. Les différents serveurs sont malgré tout soumis à une limite de bande passante, afin que ce service puisse être offert à tous les clients de manière aussi fiable que possible et sans pertes. Si l’on compare l’hébergement mutualisé à l’hébergement dédié, cet aspect n’est pas négligeable : à la conclusion du contrat, vous conviendrez dans les deux cas avec le fournisseur de la bande passante minimale et maximale dont vous disposerez. Sur un serveur mutualisé, le principe des « ressources partagées » peut toutefois entraîner que la bande passante effective soit nettement inférieure au débit convenu, car le projet d’un autre client dépasse déjà la limite et restreint ainsi les ressources pour tous les autres exploitants. Cet effet de « noisy neighbor » (voisin bruyant) peut notamment être à l’origine de temps de chargement prolongés, de serveurs Web surchargés et d’autres problèmes techniques et se traduire par une insatisfaction des clients. Néanmoins, la plupart des fournisseurs d’hébergement retirent habituellement les projets correspondants de la circulation en cas de manquements répétés à la limite de bande passante.

Contrôle sur le serveur loué

Pour faire votre choix entre un hébergement mutualisé ou dédié, vous devez également définir de quel niveau de contrôle vous avez besoin ou vous souhaitez disposer sur le serveur loué. Sur un serveur dédié, vous disposez généralement de droits racines et ainsi de la possibilité d’installer des scripts et programmes propres. Vous pouvez d’autre part modifier à tout moment l’ensemble des paramètres du serveur et du système d’exploitation. Par voie de conséquence, cela signifie toutefois que vous avez un haut niveau de responsabilité et que vous devez par exemple assurer personnellement les mises à jour et les travaux de maintenance.

Dans le cas d’un hébergement mutualisé, vous échappez à ces obligations : l’actualisation et la maintenance du serveur ainsi que les composantes logicielles installées sont entièrement sous la responsabilité du fournisseur. Toutefois, comme il doit également veiller à ce que tous les clients puissent accéder exclusivement à leur serveur Web et à leur espace Web, les droits d’accès accordés sont nettement restreints par rapport à un hébergement dédié. Les installations de logiciel ou les modifications apportées aux configurations centrales du serveur ne peuvent par conséquent être effectuées que par le fournisseur. Vous devrez donc tout d’abord prendre contact avec lui à cet égard, ce qui rend impossible toute modification spontanée ou à court terme.

Conseil

Vérifiez au préalable quels logiciels (système d’exploitation, CMS, bases de données, langages de programmation, etc.) sont supportés par le fournisseur d’hébergement pour un serveur mutualisé, afin de vous assurer que ce dernier a à portée de main ou à disposition en cas de besoin tous les éléments nécessaires pour votre projet Web.

Risque d’un blacklistage IP

L’une des principales inquiétudes des exploitants de site Internet est de figurer sur les listes noires des moteurs de recherche et d’être retirés automatiquement des résultats de recherche. Si cela vous arrive, votre projet sera pratiquement invisible pour bon nombre d’internautes. Si les utilisateurs ne saisissent pas directement l’URL dans la barre d’adresse, ils ne pourront accéder à votre page que via des liens redirigeant vers votre site.

Afin de protéger votre vie privée, la vidéo ne se chargera qu'après votre clic.

En principe, il ne tient qu’à vous d’éviter un tel scénario en respectant les directives des moteurs de recherche lors de la conception de votre site et en l’hébergeant chez un fournisseur sérieux. Cependant, si vous louez un serveur mutualisé, il existe un risque potentiel que vous partagiez le serveur avec des exploitants manquant à ces directives voire diffusant des spams et des malwares à l’aide de leurs pages Web. Dans un tel cas, il est possible que Google et les autres moteurs de recherche placent l’ensemble de la plage IP sur liste noire. Ce danger n’existe pas avec l’utilisation d’un serveur dédié.

Coûts

Sans surprise, les coûts d’un hébergement mutualisé et d’un hébergement dédié se distinguent nettement : dans le cadre du second, vous utilisez l’intégralité d’un serveur et de sa puissance de calcul, raison pour laquelle le fournisseur vous priera de payer à proportion. Le prix de cette exclusivité est nettement supérieur aux coûts engendrés par l’utilisation d’un serveur mutualisé comparable, pour lequel les coûts sont assumés conjointement avec d’autres locataires conformément au principe de mutualisation. Cette solution vous sera tout particulièrement profitable si vous n’avez pas besoin d’une puissance de calcul et d’un espace disque trop importants. C’est pourquoi l’hébergement mutualisé est apprécié du secteur privé et des petites entreprises.

Conseil

Chez 1&1 IONOS, vous pouvez héberger à tout moment votre site Internet à un prix avantageux sur des serveurs dédiés hautement performants – sans frais d’installation et durée contractuelle minimale !

Hébergement mutualisé ou dédié : résumé

Les points présentés montrent que les hébergements mutualisés ou dédiés s’adressent à une clientèle différente. Les serveurs dédiés constituent le premier choix pour tous ceux qui sont à la recherche d’une solution d’hébergement avec un maximum de liberté et qui sont néanmoins prêts à y consacrer un peu plus d’argent. Pour les clients avec un budget inférieur, un serveur mutualisé est la solution idéale dans la mesure où les aspects tels que la puissance de calcul et l’administration du serveur ne sont pas une priorité. De plus, les serveurs mutualisés sont prédestinés à des projets nécessitant de faibles ressources matérielles et qui ne pourraient pas exploiter les capacités d’un serveur dédié.

  Hébergement mutualisé Hébergement dédié
Sites hébergés sur serveur Projets de différents clients Uniquement des projets propres
Sécurité Le fournisseur assure la sécurité ; risque provenant des colocataires/voisins (spam/malware, blacklistage IP) La sécurité est la responsabilité du client
Bande passante Convenue par contrat, mais pas toujours atteinte Convenue par contrat et atteinte sauf en cas de panne du serveur
Contrôle (administration) Possibilités d’accès limitées (uniquement serveur et espace Web) Droits d’accès complets voire droits racine
Coûts Faibles Élevés