Terraform

Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises utilisent le Cloud pour leur environnement de travail ou même pour mettre en place des structures informatiques complètes. L’Infrastructure as a Service (IaaS) est dans de nombreux cas un moyen simple et peu coûteux de créer la base de nombreux projets planifiés. Les solutions Cloud permettent également de réagir avec précision aux exigences actuelles : alors que les composants sous-jacents tels que les serveurs, pare-feu ou load balancer sont statiques dans les data centers du fournisseur, les solutions Cloud ne le sont pas, elles peuvent être modifiées dynamiquement dans un environnement virtualisé, ce qui permet aux clients d’augmenter ou de diminuer leurs ressources à tout moment, selon leurs besoins.

Pour garantir cette flexibilité, les fournisseurs proposent des API qui permettent à l’environnement IaaS loué d’être mis à l’échelle à tout moment avec le logiciel approprié, des libertés qui sont attrayantes mais qui nécessitent également un effort de gestion important. Avec le logiciel Terraform, la société américaine HashiCorp fournit une réponse optimale pour minimiser cet effort sur le long terme. A quoi sert cet outil d’Infrastructure as Code (IaC) ? Nous vous l’expliquons dans cet article.

Qu’est-ce que Terraform ?

Lorsqu’il s’agit de l’infrastructure sous-jacente au développement de logiciels, les administrateurs sont toujours mis au défi : la tendance vers la méthode agile conduit à des cycles de développement de plus en plus courts et à une mise en œuvre encore plus rapide des changements. Afin de répondre aux exigences élevées de ce rythme rapide, il faut automatiser autant que possible la gestion des ressources. Il s’agit d’écrire un code de configuration lisible par machine, ce que l’on appelle l’Infrastructure as Code (IaC).

Afin de protéger votre vie privée, la vidéo ne se chargera qu'après votre clic.

Afin de simplifier ce processus, les responsables informatiques peuvent s’appuyer sur le logiciel Terraform qui, d’une part, permet une description uniforme de l’infrastructure cible et, d’autre part, garantit que celle-ci est mise en œuvre comme souhaité par les fournisseurs IaaS pris en charge. De plus, le logiciel permet de stocker les configurations d’infrastructure provisionnées afin qu’elles puissent être réutilisées plus tard ou étendues ou adaptées de quelque manière que ce soit.

Afin de protéger votre vie privée, la vidéo ne se chargera qu'après votre clic.

Terraform est essentiellement Open Source (Mozilla Public License 2.0) et peut donc être téléchargé et utilisé gratuitement. Cependant, plusieurs fonctionnalités pour la collaboration en équipe ainsi que pour les institutions et organisations publiques ne sont disponibles que dans les éditions payantes « Enterprise Pro » et « Enterprise Premium ». Le service IaC 2012 a été développé par l’entreprise basée à San Francisco HashiCorp.

Note

Terraform coopère avec plus de 160 partenaires. Il s’agit notamment d’Amazon Web Services (AWS), Atlassian, Cloudflare, Google, Microsoft et Oracle. Une liste complète de tous les partenaires se trouve sur le site officiel d’HashiCorp.

Comment Terraform aide les utilisateurs à concevoir l’IaC ?

Etant donné que l’infrastructure informatique ou les ressources nécessaires au développement de logiciels sont généralement implémentées à l’aide non seulement d’un seul mais aussi de plusieurs services Cloud, vous devez en principe vous adapter à une série d’interfaces API différentes et vous familiariser avec les particularités de la plateforme concernée. Ceci s’applique que vous souhaitiez contrôler ces API manuellement au moment où vous apportez des modifications à l’infrastructure ou que vous vouliez écrire vos propres instructions IaC pour un accès automatisé.

En tant qu’utilisateur de Terraform, vous n’avez pas ce problème : à la place de différents langages d’interface, vous pouvez utiliser le langage de balisage JavaScript simplifié JSON ou le langage de configuration HashiCorp (HCL) basé sur JSON pour décrire l’infrastructure cible souhaitée. Cette dernière est l’option recommandée par HashiCorp car elle rend l’écriture et la lecture du code par le biais de commentaires et d’autres fonctionnalités encore plus faciles. Terraform attend les fichiers de configuration respectifs comme des fichiers texte ordinaires, alors que l’outil IaC utilise l’extension .tf. En utilisant un outil approprié tel que Git ou SVN, vous pouvez facilement faire des versions de ces fichiers si vous le souhaitez.

Note

Même si les instructions ne doivent pas être écrites dans les formulaires d’interface standard, Terraform a besoin des clés API pour communiquer avec les services respectifs et pour adapter ou implémenter l’infrastructure telle que définie dans le fichier de configuration .tf.

Aperçu des composants Terraform les plus importants

La tâche principale de Terraform est de configurer de manière conviviale les ressources de l’infrastructure, le marquage HCL ou JSON jouant un rôle central. Cependant, la simplicité du langage ne constitue pas tout ce qui distingue l’outil IaC, et ce de loin : grâce à la coopération avec d’importants fournisseurs de software et hardware et aux interactions avec l’architecture de base extensible individuellement et l’interface de ligne de commande facile à utiliser, les fichiers de configuration créés peuvent atteindre leur but fixé. Les sections suivantes donnent un bref aperçu des différents composants Terraform pour illustrer les fonctionnalités du logiciel IaC.

Langage de configuration HCL

Le langage de configuration HashiCorp mentionné ci-dessus est principalement destiné à décrire le résultat souhaité et non les étapes pour l’atteindre. L’élément le plus important du langage Terraform est constitué par les ressources, car celles-ci décrivent les composants d’infrastructure dont la gestion doit être automatisée avec Terraform. Toutes les autres caractéristiques du langage existent exclusivement pour spécifier les ressources correspondantes. Les trois éléments de base suivants jouent un rôle important :

  • Blocs : les blocs sont des conteneurs de contenu. Ils fournissent de l’espace pour la configuration de n’importe quel objet, en particulier pour les ressources configurées. Chaque bloc a un type de bloc, une ou plusieurs descriptions et une zone de corps. Cette dernière contient un certain nombre d’arguments et de sous-blocs.
  • Arguments : pour attribuer une valeur à un nom, utilisez des arguments avec HCL. Ces derniers sont toujours déclarés à l’intérieur de blocs.
  • Expressions : les expressions représentent une valeur. Il peut s’agir d’une valeur concrète ou d’une référence à une ou plusieurs autres valeurs. Une expression se produit soit comme une valeur pour un argument, soit au sein d’autres arguments.

Avec le HCL comme langage déclaratif, la séquence de chaque bloc n’est au fond pas utile. Terraform traite automatiquement les ressources décrites dans le bon ordre selon des relations prédéfinies. Seuls les blocs dits « provisioners » qui sont nécessaires à l’exécution des scripts, jouent un rôle.

Terraform CLI (interface en ligne de commande)

Terraform fournit sa propre interface en ligne de commande pour que les fichiers de configuration créés puissent être évalués et utilisés. Cette interface définit la syntaxe et la structure globale du langage Terraform et coordonne toutes les étapes de changement nécessaires à la mise en œuvre de l’infrastructure configurée. La CLI elle-même n’a pas connaissance de types spécifiques de ressources d’infrastructure, mais obtient ces informations par le biais d’extensions "provider" spécifiques. L’interface sait ainsi définir et gérer les différents types de ressources chez les fournisseurs de Cloud pris en charge et donc aussi transmettre les instructions universellement formulées dans les fichiers de configuration Terraform aux différentes API du Cloud.

Note

La CLI (Command Line Interface) est une interface textuelle par laquelle les personnes transmettent des instructions à la machine via la saisie de commandes. Le concept se distingue du fonctionnement de la machine par des éléments de commande graphiques tels que des icônes, des menus ou des boutons. Avec ce dernier type d’utilisation, on parle d’interface graphique ou GUI (Graphical User Interface).

Fonction de stockage et d’importation

Afin d’allouer des ressources réelles à la configuration, de suivre les métadonnées et d’améliorer continuellement les performances des infrastructures plus importantes, Terraform stocke l’état des ressources et la configuration IaC créée. Par défaut, le logiciel stocke le fichier terraform.tfstate dans un répertoire local. vous pouvez autrement sélectionner un autre emplacement, ce qui est particulièrement recommandé pour le travail en équipe. Afin de comparer à chaque fois l’état avec l’infrastructure actuelle, Terraform met automatiquement à jour la CLI avant chaque opération du programme.

Note

Pour le stockage de statut non local et l’exécution d’opérations (uniquement possible avec « Enterprise Pro » et « Enterprise Premium »), Terraform utilise des backends spéciaux au lieu du backend local standard. Pour utilisation, ces couches d’abstraction spéciales doivent être définies directement dans le fichier de configuration et initialisées via la CLI.

Si vous avez créé une infrastructure par d’autres moyens, vous pouvez importer cette configuration existante grâce à une fonction intégrée afin de pouvoir gérer à l’avenir les ressources correspondantes avec Terraform. Actuellement, seules les ressources, et non leur configuration, sont ajoutées à l’état actuel. Cela devrait cependant être possible dans les futures versions de l’outil IaC.

Graphique des dépendances

Terraform vous permet de créer un graphique de dépendance de la configuration de l’infrastructure définie ou du plan d’exécution. Il vous suffit d’utiliser la commande CLI « terraform graph » et de définir le type de graphique souhaité pour que Terraform génère automatiquement un fichier de sortie correspondant au format DOT. Ceci peut être reproduit à l’aide du logiciel de visualisation Graphviz, que HashiCorp recommande également dans la documentation officielle en ligne. La ligne de commande peut également être utilisée pour convertir facilement le fichier dans un format d’image tel que SVG.

Plugins Terraform

Terraform repose sur une architecture basée sur des plugins qui permet d’étendre les fonctionnalités de la suite IaC à tout moment. Par exemple, les provisioners pour l’exécution des scripts font partie des plugins, de même que les extensions provider qui fournissent à la CLI toutes les informations pertinentes sur les services Web pris en charge. Les développeurs qui maîtrisent le langage de programmation Go(lang) et qui connaissent les API des fournisseurs correspondants peuvent même écrire leurs propres extensions pour relier Terraform à des services Cloud qui ne sont pas officiellement pris en charge. Les nouveaux plugins de HashiCorp sont automatiquement téléchargés et inclus, alors que toutes les extensions tierces exigent que vous le fassiez manuellement.

Cas d’utilisation : quels sont les domaines d’application typiques de Terraform ?

Grâce à la vaste gamme de fournisseurs de services Cloud pris en charge, que HashiCorp ne cesse d’étendre et qui peuvent également être étendus indépendamment avec le savoir-faire adéquat, Terraform est adapté à une multitude d’applications. Parmi les cas d’utilisation les plus populaires de l’outil Infrastructure-as-Code, mentionnons les trois ci-dessous.

Heroku App Setup

Heroku est l’un des fournisseurs PaaS les plus connus (fournisseurs pour héberger vos propres applications Web). Tous les outils et services nécessaires à l’application peuvent être ajoutés sous forme d’add-ons et suivis via le tableau de bord de la plateforme. Terraform mâche beaucoup le travail pour vous, non seulement en écrivant le code pour l’installation de votre application, mais aussi en s’assurant que tous les add-ons nécessaires sont disponibles à tout moment.

Applications multi-niveaux (multi-tiers applications)

L’architecture par couche a fait ses preuves en tant que concept structurant pour les systèmes logiciels ; l’architecture à deux couches avec serveur Web et base de données sous-adjacent est particulièrement populaire. La possibilité d’échelonner les couches de manière indépendante est avantageuse pour de nombreux projets. Terraform s’avère être un outil idéal : chaque couche peut être décrite comme une collection de ressources. En outre, le logiciel IaC s’occupe des dépendances, par exemple dans le cas du modèle mentionné, il s’assure que le niveau de la base de données est disponible avant le démarrage du serveur Web.

Software Defined Networking (SDN)

Les software defined networking prennent de plus en plus d’importance dans les centres de données. La gestion contrôlée par logiciel des ressources réseau virtualisées offre aux administrateurs et aux développeurs un degré élevé de contrôle et de flexibilité. Terraform vous permet d’écrire une configuration complète pour de tels services SDN et de l’utiliser pour configurer et personnaliser automatiquement les structures réseau définies par logiciel.

Conseil

Avec le Cloud d’entreprise et le Data Center Designer, IONOS propose aussi une solution Software Defined Networking pour entreprise à un prix très abordable !

Approche multi-cloud

Pour beaucoup, la répartition de l’infrastructure sur plusieurs Clouds est un modèle extrêmement attrayant. La distribution entre plusieurs fournisseurs procure une plus grande tolérance aux erreurs ainsi qu’une plus grande résilience, et facilite la récupération des ressources perdues par rapport à un modèle avec un seul fournisseur. Grâce à sa syntaxe universelle, Terraform simplifie la création de telles structures multi-cloud. De plus, l’application peut gérer plusieurs fournisseurs avec une seule configuration et même gérer les dépendances cross-cloud.

Afin de protéger votre vie privée, la vidéo ne se chargera qu'après votre clic.

Terraform : aperçu des avantages et inconvénients

L’Infrastructure as Code aide à rester compétitif dans un environnement en constante évolution. Un haut niveau d’automatisation vous aide à garder une bonne vision des ressources dont vous avez besoin et à effectuer les changements d’infrastructure nécessaires le plus rapidement possible. Terraform s’avère être un outil efficace pour la création et l’exécution d’infrastructures « programmables », notamment grâce à la prise en charge de services Cloud tels que AWS, Azure et Google Cloud. L’une des plus grandes forces du logiciel IaC est sa syntaxe uniforme pour l’infrastructure. Cependant, vous avez toujours le choix entre le langage de configuration HCL de HashiCorp et JSON.

Note

Parmi les différents plugins Terraform disponibles, on trouve l’extension « 1&1 Provider ». Cette dernière permet à l’outil IaC d’accéder à l’API IONOS Cloud et permet ainsi de configurer et gérer les ressources du serveur Cloud dans les centres de données de IONOS.

Un autre avantage de Terraform est sa structure basée sur des plugins, qui permet au fabricant comme aux fournisseurs tiers d’étendre à tout moment les fonctionnalités du logiciel. Dans le cas des extensions du fabricant, Terraform les télécharge automatiquement sans que vous ayez à lancer la mise à jour. De plus, la solution open source convainc par des fonctionnalités telles que sa fonction de stockage, grâce à laquelle vous pouvez à tout moment et très facilement appeler et adapter les configurations d’infrastructure une fois qu’elles ont été mises en place. Vous pouvez aussi générer ungraphique de dépendance pour toutes les étapes de la création et de l’exécution IaC.

En termes de coûts, Terraform fait également bonne figure grâce à son approche open source : l’utilisation du logiciel IaC est essentiellement gratuite. Cependant, si vous avez besoin de fonctionnalités de collaboration avec Terraform telles que des liens pour la gestion de versions ou la possibilité de gérer des ressources via un accès à distance, vous devrez vous tourner vers des solutions d’entreprise relativement coûteuses. Les petites entreprises peuvent rapidement atteindre leurs limites en termes de budget. De plus, quelle que soit l’édition que vous choisissez, vous pouvez vous attendre à passer beaucoup de temps pour vous habituer à Terraform. Une fois que vous vous serez familiarisé avec son fonctionnement et avec le langage HCL développé, vous oublierez vite ces désagréments.

Avantages de Terraform Inconvénients de Terraform
Open Source Demande un temps d’adaptation
Syntaxe uniforme pour l’Infrastructure as Code Pas de fonction de retour en arrière automatique en cas de modification incorrecte des ressources
Prise en charge de diverses solutions de cloud computing Fonctions de collaboration et de sécurité disponibles uniquement dans des solutions entreprise onéreuses
Possibilité d’intégrer de nombreuses extensions  
Fonction de stockage et d’importation pour les architectures existantes  
Possibilité de générer des graphiques de dépendance  

Attendez ! Nous avons quelque chose pour vous !
Votre messagerie professionnelle

Créez une adresse personnalisée
Affichez votre sérieux sur Internet
Nom de domaine inclus
À partir d' 1 € TTC/mois
Conseiller personnel inclus !