L’Internet des objets : à l’ère des objets connectés

Il n’existe pas encore de définition globale et générale du terme « Internet des objets ». Il existe au contraire un grand nombre de définitions différentes qui se différencient au niveau des détails. Cependant, il est reconnu par la plupart que ce terme se rapporte à l’interconnexion des objets du quotidien et des machines industrielles via Internet comme étant l’Internet des objets. Les appareils correspondants reçoivent une identité (adresse) unique dans le réseau et peuvent prendre en charge des tâches de manière entièrement automatique : cela signifie, par exemple, que des objets simples peuvent communiquer entre eux partout et cela 24 heures sur 24, indépendamment du contrôle humain. Equipés parfois de simples capteurs et processeurs et connectés via la technologie réseau, ils collectent des informations sur leur environnement, les évaluent et les transmettent à d’autres objets en réseau.

Par conséquent, l’Internet des objets ne se limite en aucun cas aux appareils électroménagers complexes de haute technologie ou aux voitures autonomes. Il existe plutôt de nombreuses autres applications : par exemple, des vêtements et des bracelets compatibles avec Internet pourraient surveiller l’état de santé du porteur et transmettre les valeurs corporelles directement au médecin traitant à des fins d’évaluation. En agriculture, les capteurs d’humidité pourraient déclencher l’arrosage et l’apport des éléments nutritifs nécessaires aux cultures dans un Cloud. Les possibilités d’application sont extrêmement diverses.

Qu’est-ce que l’Internet des objets ?

L’Internet des objets, l’équivalent français de « Internet of Things » est étroitement lié à un certain nombre de développements technologiques et est fortement lié à des concepts tels que l’informatique ubiquitaire et l’intelligence artificielle. Une caractéristique essentielle est que l’Internet des objets peut transformer des objets ordinaires en dispositifs. Ils peuvent être identifiés par une adresse IP, enregistrer des états via des capteurs et disposer d’une capacité de mémoire via des puces. Les mini-ordinateurs intégrés leur permettent de se contrôler, de gérer leur environnement et d’échanger des données automatiquement. Parfois, grâce au machine learning, ils sont même capables de reconnaître et de généraliser des modèles et tirer des conclusions pour s’adapter aux situations et s’optimiser continuellement. Même une simple technologie radio comme la RFID ou Bluetooth suffit pour convertir des objets physiques en un système émetteur-récepteur. Grâce à une technologie de communication plus complexe telle que la 4G, les appareils connectés sont capables de transmettre de grandes quantités de données à un Cloud ou à un autre objet connecté sur de longues distances sans perturbation.

L’Internet des objets peut faire appel à diverses technologies. Bien qu’il n’existe pas de définition universelle du terme, les caractéristiques suivantes sont généralement associées à l’Internet des objets :

  • Collecte, stockage et traitement des données (exemple : un thermostat mesure automatiquement la température ambiante)
  • Communication entre eux (directement ou par l’intermédiaire d’un Cloud, par exemple)
  • Interconnexion (par exemple via une connexion Bluetooth à Internet)
  • Ubiquité (les appareils en réseau sont utilisés presque partout)
  • Maîtrise de soi (certaines actions/scénarios déclenchent une réaction sans qu’il soit nécessaire de la déclencher manuellement : une cuisinière électrique, par exemple, passe en mode veille une fois que les aliments ont atteint la température désirée.)
  • Capacité d‘apprentissage (exemple : un luminaire connecté analyse l‘intensité lumineuse souhaitée et l’ajuste automatiquement plus tard)

Quelles technologies se cachent derrière l’Internet des objets ?

Si vous voulez comprendre le principe de l’Internet des objets, vous n’avez pas d’autre choix que d’en examiner les fondements technologiques. Les technologiques de l’information et de la communication, qu’elles soient anciennes ou plus récentes, permettent déjà théoriquement l’Internet des objets. Cependant, pour que la mise en réseau à l’échelle nationale devienne une réalité, certaines technologies devront encore être développées.

Pour pouvoir mettre en réseau des appareils de manière complète, transférer des données rapidement et sans problème, les évaluer et résoudre le problème de Big data, quelques obstacles doivent encore être surmontés : l’Internet des objets nécessite un Internet mobile extrêmement puissant qui pourrait également faire face à l’immense volume de données qui irait de pair avec la mise en réseau complète des machines et d’une grande variété d’appareils quotidiens.

C’est pourquoi de nombreux développeurs placent de grands espoirs dans la nouvelle génération de téléphones mobiles 5G, qui surpasse en grand nombre les anciennes normes en termes de débit de données par seconde. Selon l’UE, qui prévoit d’ introduire la norme 5G, toutes les grandes villes et les routes principales de tous les Etats membres devraient être équipées en 5G avant 2025. Le calendrier initial prévoyait une mise en œuvre d’ici 2020, mais les experts estiment que la mise en œuvre d’ici 2025 est beaucoup plus réaliste.

Des outils simples tels que la RFID et le code QR sont suffisants pour identifier les objets, collecter des informations sur les états physiques et les intégrer dans un réseau. C’est déjà le cas, par exemple, dans le suivi des colis pour les prestataires de services logistiques et dans la gestion des marchandises. Lorsqu’il s’agit d’évaluer automatiquement des données complexes et de s’autocontrôler, les objets doivent avoir le matériel approprié. Ceci se fait selon le principe M2M (Machine-to-Machine). Le terme M2M décrit un système expéditeur-récepteur pour l’échange automatisé d’informations entre deux appareils : il se compose de composants différents et pourrait, par exemple, ressembler à ceci dans l’industrie logistique pour la maintenance à distance des appareils :

  • Émetteur ou point final des données, par exemple : une machine qui sélectionne des produits sur une étagère et disposant de capteurs de mouvement transmet des signaux GPS
  • Technologie de transmission, réseaux sans fil tels que UMTS, HSPA, LTE, 5G
  • Récepteur ou point d'intégration des données, par exemple : le serveur d’une entreprise de logistique interprète les paramètres techniques de la machine à surveiller comme un message d’erreur.
  • Application intermédiaire, par exemple : API (Application Programming Interface) prend en charge une machine réceptrice en réseau pour évaluer les données et déclencher des actions.

Les éléments suivants appartiennent à l’architecture technique de l’Internet des objets :

  • Capteurs : les objets du quotidien ou les appareils équipés de capteurs, par exemple, possèdent des capteurs de mesure qui enregistrent les états physiques ou chimiques. Ils mesurent la température, la pression, la luminosité, l'humidité, le pH ou le mouvement. Afin de rendre les résultats de mesure utilisables numériquement, ils les traduisent en signaux électriques. Le capteur de luminosité d’un smartphone mesure l’intensité lumineuse de l'environnement. Avec ces informations, l’écran peut s’adapter au niveau de luminosité.
  • RFID (Radio Frequency Identification) : cette technologie permet l’identification sans contact d’un objet au moyen d’ondes électromagnétiques. Pour permettre au lecteur de le reconnaître et de le localiser, l’objet est muni d’une étiquette radio et d’un code indubitable. Les systèmes RFID ont une portée allant jusqu’à 100 mètres. Un exemple d’application est dans l’industrie de la logistique, où les conteneurs peuvent être mieux localisés par RFID lorsqu'ils sont expédiés.
  • Technologies de localisation : le GPS, le WLAN et le Bluetooth surmontent des distances encore plus grandes et transmettent plus d'informations. Ainsi, par exemple, un smartphone peut afficher le restaurant le plus proche lors de la recherche de ce dernier.
  • Réseaux sans fil : un vaste réseau Internet des objets ne se limite pas à la communication en champ proche et aux voies de transmission courtes du WLAN. Les technologies de transmission les plus importantes sont basées sur les communications mobiles 3G (UMTS) et 4G (LTE), mais elles ne sont pas instantanées. Une génération plus récente est nécessaire pour les volumes de données élevés et la transmission en temps réel. À l'avenir, les normes suivantes devraient faire progresser le réseautage :
    • 5G : la cinquième génération de normes de communications mobiles représente un grand pas en avant dans le développement : la 5G peut gérer 10 000 mégabits par seconde. Cela la rend cent fois plus rapide que le LTE. En termes de capacité, elle surpasse le LTE par un facteur de mille. Au-delà de la 5G, la plupart des applications peuvent fonctionner en temps réel. 5G, par exemple, est la condition préalable pour les voitures autonomes dans les villes intelligentes. De plus, même les gros paquets de données des films Full HD peuvent être chargés rapidement via 5G.
    • NarrowBand-IoT (NB-IoT) : cette technologie radio est aussi une innovation. Bien qu’elle ne transmette que de petites quantités de données, elle présente d’autres avantages : grâce à sa puissance de signal élevée, elle atteint également les endroits difficiles d’accès, tels que les récepteurs souterrains ou les appareils dans les systèmes à parois épaisses. La technologie est extrêmement éco énergétique et fonctionne sur une longue période de temps. elles pourraient être utilisées, par exemple, par les services publics municipaux pour entretenir les systèmes de chauffage au sous-sol qui ne sont pas alimentés en électricité de l’extérieur, ou pour commander l’éclairage public à distance.
  • Cloud : ces réseaux virtuels de stockage et de traitement de données sont également essentiels pour l’infrastructure d’un Internet des objets à maillage large. Par exemple, le Cloud permet d’externaliser le stockage d’objets en réseau ou d’augmenter leur capacité de stockage.
  • Informatique embarquée : les microprocesseurs et les systèmes informatiques minces ne fonctionnent qu’en conjonction avec d’autres appareils. D’autre part, ils ne nécessitent pas beaucoup de matériel et de logiciels et sont adaptés à la transformation de petits objets du quotidien en systèmes d’autocontrôle.

Quel est le but de l’IoT ?

L’Internet des objets pourrait faciliter tous les aspects de notre vie. La perspective d’une vie quotidienne plus confortable, d’une économie et d’une administration plus efficaces, d'une circulation routière plus sûre, d’un approvisionnement énergétique plus respectueux de l'environnement et d’une vie plus saine favorise son développement. Des machines à café automatiques, une production industrielle qui répond rapidement à la demande, des voitures autonomes et des bracelets qui détectent et signalent immédiatement les maladies, les applications possibles couvrent un large éventail de domaines de la vie. De nombreuses activités peuvent être mieux planifiées sur la base des données collectées par les machines en réseau. En particulier en combinaison avec des systèmes d’IA, les objets mis en réseau via l’IoT fonctionnent de manière plus fiable et, surtout, plus rapide que les humains.

Dans le secteur médical, l’Internet des objets pourrait permettre de collecter des données sur les patients, d’établir des diagnostics précis sur cette base et de surveiller leur état de santé 24 heures sur 24, dans de nombreux cas, les patients ne seraient même pas obligés de consulter un médecin.

Les objets capables d’Internet qui échangent constamment de l'information entre eux et qui sont capables d'apprendre peuvent prévoir les risques, intervenir d'une manière réglementaire et optimiser les processus sans intervention humaine. Les machines qui s’entretiennent ou planifient les processus de production dans une usine en temps réel permettent d'économiser du temps et de l'argent. Les chauffages ou capteurs autorégulateurs, qui indiquent les besoins exacts en eau et en engrais dans l’agriculture, garantissent également une utilisation plus écologique et plus efficace des ressources.

L’expansion de l’infrastructure numérique pourrait déboucher à l’avenir sur un système sophistiqué à maillage large qui s’étend à tous les secteurs et domaines de la vie et qui se règle complètement lui-même.

Remarque

L’Internet des objets se développe rapidement. La société d’études de marché Gartner Gartner suppose qu’il y aura environ 20,4 milliards d’appareils IoT en l’an 2020

Appareils intelligents et villes : comment l'IoT change-t-il notre vie quotidienne ?

La révolution de la vie quotidienne à travers l’Internet des objets est encore à venir. On ne peut deviner à quel point l’IoT va changer nos vies. Après tout, tout le monde ne vit pas déjà dans une maison intelligente ou n’utilise pas de vêtements portables. Les innovations telles que les systèmes automatisés de caisses enregistreuses, les caméras de surveillance intelligentes et les usines autocontrôlées, d'autre part, fonctionnent en grande partie de manière invisible dans la vie quotidienne ou restent à l'arrière-plan. Un Internet des objets complet signifierait que nous serions constamment entourés de systèmes informatiques qui recueillent des données et les échangent sur Internet. Si de tels appareils sont utilisés dans ses propres quatre murs, ils pénètrent complètement dans la pièce privée.

Mais une maison intelligente présente aussi de nombreux avantages pour les résidents : basée sur des données personnelles et liées à l’activité, elle agit avec prévoyance et facilite divers processus quotidiens. Les appareils ménagers s’autorégulent et n’ont pas besoin d’être vérifiés. Un poêle à bois à commutation automatique ou une porte d’appartement à fermeture automatique offrent plus de sécurité.

De nombreux périphériques en réseau peuvent également réagir aux schémas de comportement : un bracelet de fitness, par exemple, favorise un mode de vie sain et alerte l’utilisateur dès qu'il détecte un manque d’exercice. Cependant, les besoins humains ne sont que partiellement prévisibles. De plus, cette technologie soulève la question suivante : et si les choses dictaient de plus en plus notre mode de vie ? Par exemple, comment les compagnies d’assurance maladie vont-elles structurer leurs tarifs à l’avenir si on leur donne un aperçu d’un programme de conditionnement physique personnel qui ne répond pas aux normes de leur politique sanitaire ? Il n’y a pas que les experts en éthique qui s’occupent de ces questions. Les experts en informatique discutent également des inconvénients potentiels de l’Iot et envisagent une sorte de serment d’Hippocrate pour les développeurs de logiciels. Une chose est sûre : les appareils Smart-Home déjà disponibles sont très pratiques. Comme exemple : le thermostat adaptatif de radiateur de la compagnie Nest reprise par Google peut servir. Il mémorise les habitudes de chauffage des résidents et règle automatiquement la température. Un détecteur de mouvement intégré détecte si les résidents sont chez eux et éteint le chauffage en cas d'absence. Cela permet d’économiser les frais de chauffage, d’économiser les ressources énergétiques et d’augmenter le confort de l’habitation. Si les résidents rentrent plus tôt à la maison, ils peuvent préchauffer l’appartement à distance.

Les innovations en matière d’Internet des objets déjà testées dans certaines villes montrent ce qui est possible dans le secteur public dans un avenir prévisible. Si ceux-ci étaient utilisés dans le monde entier, l’Internet des objets pourrait rendre les transports, le trafic routier et la collecte des déchets plus efficaces. Il créerait une infrastructure complète de lampadaires en réseau, de conteneurs à ordures, de feux de circulation et de façades d’immeubles qui recueilleraient des données au moyen de capteurs.

Dans la ville espagnole de Santander, la Smart City n’est plus une vision d’avenir. Dans les rues étroites du centre-ville, des milliers de capteurs mesurent le volume du trafic. Une application fournit des informations sur les voies de circulation achalandées et guide les conducteurs vers une place de parking gratuite. À Amsterdam, les lampadaires intelligents fournissent une intensité lumineuse appropriée. S’il n’y a pas de piétons ou de voitures à proximité, ils s’éteignent. Cela réduit la pollution lumineuse et les coûts énergétiques.

Les bases d’une quatrième révolution industrielle

Qu’est-ce que l’Internet des objets ? Que signifie industrie 4.0 ? Après les machines à vapeur, les chaînes d’assemblage et la numérisation, l’Internet des objets est certainement le moteur d’une quatrième révolution industrielle. Les usines intelligentes qui organisent elles-mêmes l’ensemble du processus de production, annoncent déjà une nouvelle ère. Ces usines accélèrent la production, augmentent l’efficacité et réduisent les coûts. Dans une usine en réseau, par exemple, les matériaux équipés de puces RFID indiquent quelle machine est responsable de l’étape de traitement suivante. Les machines utilisent des capteurs pour indiquer les conditions critiques. Afin d’assurer le bon déroulement de chaque processus, ils signalent tous les besoins en matière de matériaux et de réparation.

Opportunités et risques de l’industrie 4.0 et du marketing numérique

L’Internet des objets permet d’optimiser toutes les phases de fabrication d’un produit. En outre, elle pourrait perfectionner tous les services impliqués, du développement de produits et de la commercialisation à la livraison et au recyclage. En outre, les machines en réseau et à l’auto-apprentissage permettent de mieux répondre aux besoins individuels des clients. Pour fabriquer des produits personnalisés, il n’est pas nécessaire d’effectuer à chaque fois un contrôle humain ou une transformation de l’installation. Adidas produit déjà des chaussures de sport personnalisées de cette manière.

L’Internet des objets offre également un potentiel dans le domaine du marketing. Par exemple, le secteur du commerce de détail bénéficie du ciblage géo référencé. Les soi-disant iBeacons envoient des signaux aux smartphones qui informent sur les offres spéciales ou guident les acheteurs de produits biologiques directement vers les offres correspondantes. Les distributeurs automatiques de boissons sur Internet sont en mesure de signaler les postes vacants ou les dommages. Si les capteurs mesurent les températures estivales, les prix des boissons peuvent être ajustés automatiquement en fonction de l’augmentation prévue de la demande.

Un autre exemple est celui des bouteilles intelligentes du fabricant de whisky Johnnie Walker. Ce dernier a développé des bouteilles qui communiquent avec le téléphone mobile du client via NFC (Near Field Communication). Des capteurs fixés sur l’étiquette du goulot de la bouteille recueillent des informations. De cette façon, l’entreprise peut suivre la chaîne d’approvisionnement et l’ensemble du parcours du client. Les capteurs enregistrent si la bouteille est fermée ou si elle a été ouverte. En fonction de ces informations, l’acheteur reçoit des informations sur les produits ou des conseils pour une consommation agréable via son téléphone portable. Cela crée une incitation supplémentaire à l’achat et améliore l’expérience du produit. Les éléments en réseau sont donc capables de collecter des données et de les relier les uns aux autres tout au long du cycle de vie du produit. En tenant compte des données des consommateurs obtenues, ils peuvent transmettre des messages publicitaires appropriés.

Le potentiel économique de l’Internet des objets est donc énorme. Selon une étude de McKinsey, l’IoT en 2025 devrait apporter environ 11,1 trillions de dollars US à l’économie.

Cependant, l’industrie 4.0 est également associée à certains risques : un réseautage complet offre aux pirates de nombreux points d’attaque et augmente le risque de violation de la protection des données et d’espionnage industriel. Si les processus de production et de maintenance sont délégués aux machines, cela remplace le travail humain. Et cela ne s’applique pas seulement aux emplois monotones et dangereux mais aussi aux emplois qui sont actuellement utilisés par de nombreuses personnes pour gagner leur vie.

Cependant, les experts ne s’entendent toujours pas sur les domaines dans lesquels l’IoT va changer le monde du travail et dans quelle mesure. D’une part, la numérisation crée de nouveaux emplois et les appareils intelligents sont susceptibles d’être utilisés dans de nombreux domaines uniquement comme assistant humain. D’autre part, certains économistes s’attendent à ce que l’industrie 4.0 aille de pair avec une rationalisation globale de l’emploi. Andrew (MIT), suppose, par exemple, que d’ici le milieu du siècle, environ la moitié des emplois auront été supprimés. Une étude de l’Université d’Oxford arrive à une conclusion similaire.

Avantages pour le système de soins de santé

L’Internet des objets révolutionnera également les soins de santé. Les vêtements portables mesurent des paramètres médicaux importants, si le rythme cardiaque ou l’indice glycémique sont visibles, ils donnent l’alerte chez les patients cardiaques ou diabétiques. Les articles portables ne sont qu’un moyen d’utiliser l’IoT à titre préventif. L’IoT élève également les procédures de diagnostic à un nouveau niveau. De plus, les appareils médicaux compatibles avec Internet améliorent les soins aux patients hospitalisés et externes.

Prévention et diagnostic en matière de santé

Les appareils IoT utilisés à titre préventif surveillent la température corporelle, analysent la fréquence respiratoire, évaluent la composition chimique de la sueur et produisent un ECG, en théorie, cela est possible 24 heures sur 24. Ce contrôle permanent est basé, par exemple, sur des articles portables équipés de capteurs tels que des bracelets et vêtements, brosses à dents qui analysent la salive ou smartphones. Les patients souffrant d’une maladie chronique bénéficient en particulier de la surveillance régulière de fonctions corporelles importantes. Cela peut sauver des vies en cas d’urgence. Dans le cas de signaux corporels inoffensifs, ils éliminent le besoin de rendez-vous inutiles avec des spécialistes et soulagent les services d’urgence des hôpitaux. Ils améliorent la détection précoce des maladies graves avec évolution progressive de la maladie. Et les problèmes de santé détectés à temps peuvent être mieux traités de cette façon.

Fitnesstracker mesure les pas et la consommation calorique de ses utilisateurs et prévient ainsi le surpoids et le manque d’exercice. Les appareils en réseau font appel à la responsabilité personnelle et favorisent un mode de vie sain. Cela rapporte à long terme, profite au système de santé et permet d’investir l’argent économisé dans la recherche médicale, par exemple.

Que ce soit volontairement à la maison ou dans le cadre d’études : les choses en réseau élargissent les possibilités de collecter et d’évaluer des données médicalement pertinentes sur une longue période de temps. Si les données peuvent être transmises de manière anonyme par des porteurs et collectées en dehors du laboratoire artificiel, l’entreprise obtiendra des données de haute qualité sur la base desquelles des hypothèses fiables pour la détection précoce des maladies pourront être établies. À cet égard, l’Internet des objets améliore également les procédures de diagnostic.

Des dispositifs médicaux équipés d’intelligence artificielle pourraient également fournir des résultats plus précis. Enfin, ils peuvent utiliser les symptômes pour vérifier un grand nombre de maladies possibles en quelques secondes, utiliser le dossier de santé électronique pour inclure les antécédents médicaux d’un patient et les résultats de laboratoires antérieurs, et les comparer avec des modèles statistiquement calculés de patients du même âge et du même sexe. Les machines peuvent faire tout cela beaucoup plus vite que les personnes, et moins d’erreurs leur arrivent.

Traitement ambulatoire et hospitalier

Un séjour à l’hôpital n’est pas nécessaire pour toutes les maladies. L’Internet des objets permet de fournir aux patients des soins appropriés dans leur environnement familier et de surveiller leur état. Après tout, la plupart des gens se sentent plus à l’aise dans leurs propres murs. De plus, les personnes âgées veulent généralement conserver leur autonomie et hésitent à déménager dans un foyer pour personnes âgées. Les vêtements portables, qui mesurent les signaux corporels, sont bien adaptés au contrôle de la santé. Il y a aussi des vêtements disponibles sur le marché qui peuvent être utilisés pour faire un appel d’urgence. Même les tapis équipés de capteurs de chute existent déjà. Parce que les chutes représentent un grand danger pour les personnes âgées. Souvent, ils ne sont pas en mesure d’obtenir de l’aide après une chute. Les détecteurs de tapis transmettent alors automatiquement l’appel à l’aide. Les distributeurs de médicaments raccordés au réseau, qui contrôlent la prise de comprimés, sont un autre exemple d’utilisation dans le secteur de la santé ou des soins.

Dans les cliniques, l’Internet des objets sert avant tout à optimiser les processus et à améliorer la sécurité et l’hygiène des patients. Les distributeurs de médicaments en réseau préviennent les confusions et les capteurs signalent la contamination.

Risques de l’IoT : absence de protection des données et cyberattaques

L’Internet des objets comporte à la fois des opportunités et des risques. De nombreux experts reconnaissent que l’IoT est avant tout une menace pour la vie privée. En outre, il n’existe toujours pas de concept clair pour la protection fiable des données sensibles contre les pirates informatiques et les abus.

L’homme de verre : une dystopie ?

Les appareils électroménagers en réseau, les voitures autonomes et les bracelets de fitness intelligents collectent des donnés en continu et dans tous les domaines de la vie. Il ne s’agit plus seulement de données sur le comportement de navigation, mais aussi d’informations qui n’ont pas encore été évaluées dans une large mesure par une autre technologie. En résumé, ils permettent d’établir un profil de personnalité précis et de se prononcer sur l’état de santé des utilisateurs respectifs.

Cette circonstance pousse les protecteurs de données aux barricades qui avertissent du danger de l’homme de verre. Même si les données étaient rendues anonymes et ne pouvaient plus être attribuées à des utilisateurs individuels spécifiques, elles permettaient néanmoins de tirer des conclusions sur les habitudes et le comportement de certains groupes de population. Les protecteurs des données craignent un système de surveillance aux proportions orweliennes s’il est accessible aux Etats où la démocratie et les droits de l’homme sont déjà menacés.

D’autre part, de nombreuses entreprises ont un intérêt économique à collecter des données complètes. Certaines entreprises comme Google, Amazon et Apple sont déjà en concurrence pour le leadership du marché dans le domaine des appareils IoT. Grâce à des données personnalisées, les entreprises peuvent proposer à leurs clients des offres personnalisées et mieux s’adapter à leurs besoins. Toutefois, les consommateurs ne peuvent vérifier que dans une mesure limitée quelles données un appareil IoT transmet au fabricant et à ses entreprises partenaires sur la base des paramètres de protection des données.

Les dispositions légales peuvent mettre un terme à la collecte massive de données à caractère personnel. Cependant, surtout lorsqu’il s’agit d’intelligence artificielle complexe, il est de plus en plus difficile pour les utilisateurs de comprendre et contrôler comment les applications informatiques collectent, stockent et traitent les données. Par conséquent, il est difficile de configurer de manière optimale les paramètres de protection des données. Si les consommateurs utilisent plusieurs objets connectés en même temps dans la vie quotidienne, ils perdent rapidement la vue d’ensemble. Vous savez à peine quelles données sont évaluées et à quelles fins.

Pour cette raison, les protecteurs de données préviennent que le droit à l’autodétermination informationnelle est menacé. Récemment, le Global Privacy Network (GPEN), une association de l’OCDE pour la protection des données, a procédé à un examen des pratiques en matière de protection de la vie privée de 300 dispositifs IoT avec la participation de régulateurs du monde entier. L’étude de GPEN a montré que dans la plupart des cas, les fabricants n’informent pas suffisamment leurs utilisateurs de l’utilisation ultérieure de leurs données.

Comment se protéger contre les cyberattaques ?

Ce qui est encore plus grave est que les experts en matière de protection des données estiment que, jusqu’à présent, peu de solutions de sécurité convaincante ont été développées. Cela rend l’Internet des objets vulnérables aux attaques de pirates informatiques et au vol de données. Une étude de la Stiftung Warentest confirme ces préoccupations. Elle a découvert des failles de sécurité flagrantes dans la plupart des dispositifs intelligents qu’elle a examinés. Les données personnelles étaient souvent transmises en clair et il y avait de nombreux points d’entrée potentiels pour les pirates informatiques. Les cybercriminels peuvent facilement récupérer des données sensibles telles que des photos privées, des numéros de carte de crédit ou des mots de passe pour les comptes email.

Grâce à la mise en réseau complète, un nombre incontrôlable d’appareils échangent des données sans interruption. Cela rend l’Internet des objets vulnérables à de nombreux égards et susceptible d’être manipulé. Si plusieurs objets sont connectés, il est plus facile de pirater plusieurs périphériques à la fois depuis une interface. Une cuisinière électrique qui se préchauffe automatiquement dans une maison intelligente dès que le résident rentre à la maison le soir et passe par la porte de l’appartement à déverrouillage automatique pourrait également permettre aux pirates de prendre rapidement le contrôle de la porte du système d’alarme grâce au réseau. En effet, une société informatique a récemment piraté un réfrigérateur Samsung à titre d’essai et l’a utilisé pour accéder aux mots de passe des comptes Google du propriétaire.

Les pirates informatiques peuvent non seulement accéder aux données, mais aussi contrôler les dispositifs piratés et connectés via l’Iot. C’est ce qu’ont prouvé, par exemple, les chercheurs en sécurité lors de l’enquête sur la Jeep Cherokee de Fiat Chrysler en réseau : après avoir capturé la voiture via une interface, ils ont pris le contrôle du frein et du volant à distance.

Certains experts en sécurité avertissent que dans un monde totalement interconnecté, même les usines, les compagnies d’eau et les centrales nucléaires ne sont pas à 100 % à l’abri de ce type de manipulation. Toutefois, il s’agit là des pires scénarios qui se concentrent uniquement sur les dangers potentiels de l’Internet des objets. La bonne nouvelle est que les voix qui réclament plus de normes de sécurité et de protection de la vie privée se font de plus en plus entendre et elles sont prises en compte par les développeurs. Par exemple, des travaux sont déjà en cours sur une application de routeur qui sera en mesure de contrôler les actions des appareils ménagers en réseau et de prévenir le trafic de données non naturel.

Vulnérabilité du système

Non seulement les cyberattaques ciblées constituent un danger pour les dispositifs d’IoT, mais aussi les erreurs de programmation. Les critiques de l’Internet des objets soulignent le risque de trop compter sur une technologie apparemment sans erreur qui se contrôle elle-même. Un bogue peut faire en sorte qu’un appareil dans le cabinet d’un médecin en réseau oublie une valeur pendant le diagnostic et prescrive un mauvais médicament. De plus, les villes intelligentes ont besoin d’une infrastructure complexe avec des milliers de capteurs et actionneurs. Pour que ce système ne se paralyse pas, il faudrait qu’il soit régulièrement entretenu et contrôlé par l’homme.

IoT et neutralité du réseau

Comment l’IoT change-t-il la société numérique ? Les discussions à ce sujet portent également sur la question de la neutralité du réseau. Cela est dû à la technologie qui sous-tend l’Internet des objets. La future norme 5G pour les radiocommunications mobiles prévoit ce que l’on appelle le découpage en tranches du réseau. Ceci divise l’Internet mobile en sections de réseau virtuel qui sont dédiées à différentes applications et transfèrent leurs données à des vitesses différentes. Le résultat est un réseau 5G flexible qui, par exemple, traite les applications vocales différemment du streaming vidéo et ne les traite pas simultanément.

Les partisans du découpage en tranches du réseau soulignent que cette approche est nécessaire pour gérer le volume élevé de données et assurer une transmission en temps réel. Si tous les ensembles de données étaient traités de la même façon, les applications qui génèrent un grand volume de données et nécessitent une réponse en temps réel ne fonctionneraient pas correctement. Une voiture autonome qui doit freiner rapidement doit donc avoir une priorité plus élevée qu’un rappel d’achat.

Les détracteurs du découpage des réseaux y voient une attaque contre la neutralité du réseau. L’Internet, tel qu’Il fonctionne jusqu’à présent, n’existerait plus, car certains acteurs seraient préférés. En outre, il est concevable que les entreprises lient cette priorité à des coûts plus élevés. Les opposants au découpage en tranches du réseau craignent donc que cela ne restreigne les consommateurs. En outre, elle pourrait mettre en péril la libre concurrence dans l’économie numérique en favorisant, par exemple, les groupes qui peuvent facilement faire face à des coûts plus élevés que les start-ups.

Mais si les développeurs tiennent également compte des avertissements lors de la mise en place d’un Internet des objets, les effets positifs de cette nouvelle technologie sur la vie quotidienne risquent d‘être immenses.