L’économie partagée

Une joie partagée est une double joie : cette phrase, semblable à son équivalent anglais sharing is caring exprime une nouvelle joie de partage et de bénéfice mutuel. Le partage, bien sûr, n’est pas un phénomène nouveau. Les gens ont toujours utilisé les appareils collectivement, mis leurs compétences et leurs connaissances au service de la société ou transmis des histoires et des images aux jeunes générations. Mais le désir de partager a repris de la vitesse grâce aux réseaux sociaux et à l’utilisation de l’Internet mobile. Soudain, tout le monde partage avec tout le monde.

Depuis quelques années, le terme économie partagée ou économie collaborative apparaît de plus en plus souvent. Mais que signifie ce terme ? Quelles entreprises utilisent déjà avec succès l’économie du partage et quels avantages et inconvénients offre-t-elle aux clients et aux entreprises ?

Qu’est-ce que l’économie partagée ?

Célébrée à l’origine comme un espoir et une alternative aux formes économiques traditionnelles, aujourd’hui crainte par divers secteurs comme une menace existentielle à leur raison d’être, l’économie partagée change radicalement des secteurs entiers de l’économie et la façon dont les gens interagissent entre eux et avec les biens. Mais qu’est-ce que l’économie partagée ?

Économie partagée : définition

Le terme couvre les modèles d’entreprise, les plateformes en ligne et hors ligne et les communautés qui permettent aux utilisateurs de partager des biens, des services ou des informations. Au lieu de posséder quelque chose, l’utiliser vient au premier plan.

Presque tous les foyers disposent d’une perceuse, mais elle n’est souvent utilisée que quelques minutes par an. L’idée est donc de mettre la perceuse à la disposition d’autres bricoleurs pendant le temps inutilisé. De cette façon, les produits sont utilisés de manière plus durable et les ressources nécessaires à la fabrication d’innombrables perceuses sont préservées. Bien sûr, ce principe peut également s’appliquer aux voitures, à l’espace de vie et même aux médias. Emprunter est le nouvel achat, et l’économie de partage le rend beaucoup plus facile.

L’Internet a suscité le désir de partager depuis le début. Wikipédia, par exemple, ne fonctionne que si de nombreux utilisateurs partagent leurs connaissances avec d’autres visiteurs et créent de nouveaux contenus. Cependant, l’utilisation conjointe de biens matériels et immatériels n’a réellement décollé qu’avec l’avènement des smartphones et des puissantes connexions de données mobiles. Aujourd’hui, les applications vous permettent de louer une voiture ou un vélo en quelques secondes ou de trouver un expert qui peut vous aider en paroles et en actes et qui est heureux de partager ses connaissances ou son travail.

P2P, B2C et B2B : quelle place dans l’économie partagée ?

Le rôle que jouent les entreprises dans la prestation de services est principalement lié au modèle d’affaires. Dans la grande majorité des cas, ils offrent l’infrastructure technique nécessaire, comme une application ou une plateforme en ligne.

  • P2P : avec les modèles d’entreprise peer-to-peer, les entreprises fournissent l’infrastructure technique avec laquelle ceux qui souhaitent échanger ou louer peuvent se retrouver.
  • B2C : dans le cas du Business-to-Consumer les entreprises utilisent les nouvelles possibilités techniques pour rendre l’utilisation de leurs propres produits facilement accessible aux clients.
  • B2B : les entreprises prêtent des machines de production ou des services à d’autres entreprises Business-to-Business, par exemple des machines de production ou des services à d’autres entreprises. Cela leur évite l’achat coûteux d’équipements ou l’embauche d’experts.

Les modèles B2C et B2B existent depuis un certain temps et sont simplement accélérés et simplifiés par des innovations techniques. Le modèle P2P est donc le plus intéressant pour comprendre les nouvelles possibilités et dimensions de l’économie collaborative.

Exemples d’économie de partage en entreprise

Il existe aujourd’hui d’innombrables entreprises qui offrent à leurs utilisateurs l’échange, la location ou l’utilisation temporaire de biens, services et informations. Bien que bon nombre d’entre elles desservent des créneaux relativement petits, il y a aussi des entreprises dans l’économie du partage qui font peur aux industries établies avec leurs offres.

Logement : Airbnb

Fondé en 2008, le marché de la réservation et de la location de logements privés a aidé d’innombrables voyageurs à trouver facilement un logement bon marché. D’autre part, le fournisseur fait actuellement la une des journaux, car dans les grandes villes comme Berlin, qui sont populaires auprès des touristes, de nombreux appartements sont utilisés au lieu d’être des résidences permanentes pour la location privée. En conséquence, il y a un manque d’espace de vie dans les villes et les loyers augmentent.

Airbnb agit en tant qu’intermédiaire dans son modèle d’affaires d’économie collaborative, c’est-à-dire qu’elle ne gère que la réservation et le paiement sur sa plateforme. Toutefois, l’entreprise ne garantit pas la fiabilité du propriétaire ni l’état de l’appartement. Toutefois, il est possible d’évaluer les locataires et les propriétaires par la suite.

Transport : Uber

Uber est considéré par beaucoup comme l’incarnation même de l’économie du partage. L’entreprise offre la médiation du transport de passagers en voiture, un peu comme une société de taxis. La grande différence est que pour les particuliers, c’est la prise en charge du transport par les particuliers dans leur propre voiture. Les passagers intéressés réservent un voyage via l’application et reçoivent ensuite l’heure d’arrivée et les détails du véhicule. Une fois le transport terminé, les frais de transport sont automatiquement débités du compte. Le conducteur et le passager ont alors la possibilité de s’évaluer mutuellement.

Remarque

Le transport avec Uber est un peu moins cher qu’avec un taxi, c’est pourquoi l’industrie du taxi a protesté contre Uber dans de nombreux pays et a pu faire appliquer des conséquences juridiques, dans certains cas même l’interdiction du service.

Marchandises : Vinted

L’application d’échange de vêtements a été fondée en Lituanie en 2008. Elle offre aux utilisateurs la possibilité d’acheter, de vendre ou d’échanger des vêtements d’occasion. Sa particularité est qu’avant d’acheter, les personnes intéressées peuvent discuter avec le vendeur au sujet des vêtements. Le paiement s’effectue également via la plateforme Vinted, l’entreprise retenant une commission sur chaque achat.

Médias : Netflix

En seulement 20 ans, Netflix est passée du statut de petite société de distribution de DVD à celui de l’une des plus grandes entreprises de streaming au monde. Pendant une courte période, la valeur marchande de la société américaine a même dépassé celle de Disney. Le principe repose sur une idée simple : au lieu d’acheter des films ou des séries, les utilisateurs peuvent les visionner de façon illimitée et à tout moment sur le site Web du fournisseur contre un abonnement mensuel. Pour de nombreux clients, c’est moins cher que l’achat de DVD ou de Blu-ray. La sélection est également beaucoup plus large que n’importe quelle collection de films et de séries nationaux. Par contre, les données des films et des séries diffusés en continu restent dans l’entreprise, contrairement à un téléchargement.

Économie partagée : avantages et inconvénients

Les exemples d’entreprises performantes dans l’économie collaborative montrent déjà que les nouveaux modèles économiques s’accompagnent de nombreux avantages, mais aussi d’inconvénients, tant pour les utilisateurs que pour les entreprises.

Avantages de l’économie partagée pour les utilisateurs

L’essor de l’économie partagée au cours des dernières années s’explique principalement par le fait que les utilisateurs de plateformes bénéficient de nombreux avantages par rapport aux modèles économiques établis, tels que les boutiques en ligne ou les fournisseurs de services établis.

  • Accessibilité : en raison de la grande convivialité des plateformes, il est facile et rapide d’utiliser l’offre correspondante. En particulier, la disponibilité mobile via les applications pour smartphones permet d’accéder aux services d’économie partagée en déplacement.
  • Prix : en même temps, les prix des biens et services offerts sont généralement nettement inférieurs à ceux des concurrents établis. Les biens d’occasion, les appartements sous-loués et les services de transport privé coûtent moins cher que l’achat de nouveaux produits, la réservation d’un hôtel ou d’un taxi.
  • Protection de l’environnement : la conscience est également récompensée, grâce à l’utilisation partagée des voitures ou à la réutilisation des biens usagés, moins de biens sont produits, ce qui permet d’économiser les ressources et, en définitive, de protéger la nature. Toutefois, cet avantage de l’économie partagée doit être apprécié avec prudence, car la consommation ou l’utilisation peut également augmenter en raison d’une plus grande disponibilité et de coûts d’achat et d’utilisation moins élevés.
  • Opportunités financières : pour les vendeurs et les prestataires de services, les plateformes impliquent de nouveaux types de revenus. Étant donné qu’aucune formation professionnelle spéciale n’est nécessaire, les nouveaux venus ont également la possibilité de gagner de l’argent de diverses manières et d’augmenter ainsi leurs revenus. De nombreux fournisseurs vivent même entièrement du revenu qu’ils tirent de l’économie partagée.

Avantages de l’économie partagée pour les entreprises

Les entreprises tirent également de nombreux avantages de l’économie partagée, à condition qu’elles s’adaptent à l’évolution et qu’elles soient prêtes à investir des capitaux et de la main-d’œuvre dans l’expansion ou le réalignement de leur modèle commercial.

  • Des business models innovants : comme l’illustrent les exemples d’Airbnb, Uber et Netflix, l’économie collaborative offre la possibilité de mélanger les industries établies. Si cela réussit, des opportunités de gains sensationnelles vous attendent. Mais même sans cette soi-disant perturbation des marchés, l’économie partagée a l’avantage d’ouvrir de nouveaux champs économiques et d’atteindre des clients qui n’auraient peut-être pas été auparavant enthousiasmés par l’offre de l’entreprise.
  • Des technologies efficaces : la médiation de biens, de services ou d’informations par le biais d’applications adaptées permet d’économiser les frais de personnel ou d’utilisation des locaux commerciaux. Cependant, le développement et la maintenance du logiciel coûtent également de l’argent.
  • Un accès aux données des utilisateurs : grâce à l’interaction en ligne des clients, les entreprises peuvent recueillir beaucoup de données précieuses sur les utilisateurs de la plateforme. Ces informations peuvent être utilisées pour adapter l’offre aux souhaits du client et ainsi l’améliorer, mais elles sont également monnayables, par exemple comme point de départ pour la livraison d’une publicité personnalisée.

Inconvénients de l’économie partagée pour les utilisateurs

Bien sûr, l’économie partagée n’offre pas seulement des avantages, mais aussi des inconvénients associés aux nouveaux business models.

  • Confidentialité : bien que la collecte de données soit utile et rentable pour les entreprises, les utilisateurs doivent être conscients qu’une grande quantité d’informations les concernant sont stockées. Il s’agit en partie de préférences pour certains produits, mais aussi, dans certains cas, de profils de mouvement détaillés. En outre, certaines plateformes exigent des fournisseurs qu’ils mettent à la disposition du public sur Internet des informations les concernant ou concernant leur environnement. Une offre pour la location d’une chambre privée, par exemple, exige que les photos de son propre appartement soient visiblement téléchargées sur la plateforme pour que tout le monde puisse les voir.
  • Absence de garantie : la plupart des plateformes d’économie partagée n’agissent qu’en tant qu’intermédiaires, mais ne garantissent pas la qualité des biens ou des services offerts. Par conséquent, les utilisateurs doivent se fier entièrement aux cotes des autres utilisateurs.
  • Aucun poste permanent : l’absence de réglementation de l’économie collaborative présente également certains inconvénients pour les prestataires en termes de droit du travail. Par exemple, les conducteurs de services de transport ne sont pas employés à titre permanent mais gagnent leur vie en tant qu’indépendants ou travailleurs indépendants. Pour cette raison, ils ne sont soumis à aucune réglementation en matière de salaire minimum ou de protection contre le licenciement.
  • Commercialisation : de nombreuses plateformes d’économie partagée sont accusées d’avoir à l’origine converti des services gratuits en un modèle payant. Cependant, l’équilibre entre les plateformes commerciales et non commerciales change souvent. Par exemple, jusqu’à il y a quelques années encore, le couchsurfing extrêmement populaire, où les visiteurs peuvent passer la nuit gratuitement dans l’appartement d’un prestataire, a perdu de nombreux utilisateurs au profit d’Airbnb et de prestataires similaires. Une évolution semblable peut être observée dans le domaine des balades en voiture gratuite et de la location d’objets d’artisanat.

Inconvénients de l’économie partagée pour les entreprises

Les petites et moyennes entreprises en particulier, mais aussi les grandes entreprises qui refusent d’accepter l’économie partagée qui n’ont pas les capacités ou les moyens financiers nécessaires pour s’adapter aux nouveaux modèles d’affaires, ressentent les inconvénients de l’économie partagée.

  • Déplacement d’industries établies : grâce à la médiation de fournisseurs privés moins chers, les plateformes d’économie collaborative privent les industries établies de nombreux clients. L’industrie du taxi se plaint d’Uber, l’industrie hôtelière d’Airbnb et les grands distributeurs de films de Netflix.
  • Moins de ventes : les produits usagés sont revendus, d’autres articles sont partagés, ce qui entraîne une baisse de la consommation de nouveaux biens et donc une baisse des ventes.
  • Modification des souhaits des clients : comme les marchandises sont utilisées plus longtemps et de manière plus intensive, les idées sur un bon produit changent également. Les clients veulent de plus en plus des produits qui durent longtemps et qui sont faciles à réparer. Les produits jetables perdent de ce fait leur attrait et les industries manufacturières doivent s’adapter aux nouvelles idées des acheteurs. En fin de compte, cela peut être bénéfique pour l’environnement.

Opportunités et risques de l’économie partagée

Les utilisateurs tirent profit des plateformes de l’économie collaborative, notamment en facilitant l’accès à une gamme plus large de produits, de services et d’informations, généralement proposés à des prix inférieurs. Il y a donc une chance de parvenir à une économie de marché plus équitable et plus respectueuse de l’environnement. En même temps, l’économie partagée ouvre de nouvellespossibilités de gains pour les fournisseurs privés. Toutefois, ils doivent être conscients du risque qu’ils soient habituellement des travailleurs autonomes. L’absence d’un poste permanent peut donc conduire à des conditions de travail précaires. La protection de la vie privée est également menacée par l’utilisation d’offres de partage économique.

Les entreprises qui s’adaptent aux modèles économiques de l’économie partagée ont la possibilité de réaliser des bénéfices élevés avec des coûts d’investissement relativement faibles. La numérisation permet également de collecter une multitude de données et d’informations sur les utilisateurs. Les entreprises qui ne s’adaptent pas aux nouvelles conditions du marché courent le risque d’être évincées, du moins dans certains secteurs. Les modèles établis peuvent devenir moins importants, les ventes peuvent diminuer sensiblement en raison de l’évolution des besoins des clients et de la baisse de la consommation. C’est donc une bonne idée de se préparer en temps utile à l’économie collaborative.