De Panda à Penguin : les principales mises à jour de Google

L’évocation de Panda, Penguin, Hummingbird et Pigeon peut prêter à sourire si l’on ne sait pas qu’il s’agit du nom des dernières mises à jour de Google qui ébranlent à chaque fois le domaine du SEO (référencement naturel). Les mises à jour citées plus haut sont les principales à avoir été appliquées par Google ces dernières années. Dans le domaine du online marketing, elles sont toujours appréhendées avec une certaine crainte, car elles peuvent résulter en un mauvais référencement parmi les résultats de recherche pour certains sites Web. En principe, les changements dans les algorithmes de référencement ont pour objectif de fournir aux internautes le contenu le plus pertinent possible. Il est difficile de ne pas être pénalisé dans son référencement si l’on ignore quels en sont les paramètres, comment ils évoluent et quelles mesures il faut prendre pour s’y adapter. Cet article vise à donner un aperçu des principales mises à jour des algorithmes de Google et de leurs implications. Nous allons également démontrer quelles sont les conséquences de ces mises à jour pour votre site Web en fonction de différents cas de figure.

Aperçu des mises à jour actuelles

Quand a eu lieu la dernière mise à jour de Google ? Qui a été concerné et quels en ont été les effets ? Ces questions trouvent une réponse ci-dessous, dans le court aperçu sur les dernières mises à jour.

08.10.2018 - Medic Update 2

Mi-août, la mise à jour « Medic-Update », intitulée sous un nom plutôt trompeur, a fait sensation au niveau des pages de résultats de recherche Google. Les sites Web ont en effet perdu jusqu’à 80 % de visibilité. Cependant, comme dans n’importe quel jeu, il y a des gagnants et des perdants. Cela s’applique aussi à Google. Il y a donc eu aussi d’innombrables cas d’opérateurs de sites Web qui ont pu augmenter énormément la visibilité de leur site Web.

Google a simplement déclaré qu’il y avait eu une mise à jour mais n’a pas révélé quels changements avaient été apportés à l’algorithme. La grande devinette a alors été posée : quels sont les leviers sur lesquels a agi Google avec cette mise à jour ? Que pouvez-vous modifier sur votre propre site Web ? Vous trouverez de plus amples informations dans la partie inférieure « Medic Update ».

Avec la nouvelle mise à jour du 08.10.2018 qui s’appelait simplement Medic-Update 2 (même si le nom ne s’applique pas, il a simplement été retenu pour des raisons de simplicité), Google semble partiellement inverser ou atténuer les changements qui sont survenus depuis la première Medic-Update.

Comme pour les premières mises à jour Medic Update, ce sont tous les sites Web aux sujets sensibles tels que (Your Money, your Life : les thèmes concernant la santé, le crédit, l’assurance etc.) qui sont particulièrement touchés. Il est intéressant de noter que les sites Web, dont les Webmasters n’avaient pas pris de mesures décisives, se sont également rétablis. Le Medic-Update 2 montre, une fois de plus, que Google fait aussi des erreurs et essaie de les réparer avec d’autres mises à jour. En tant que Webmaster, vous ne pourrez évidemment pas vous y fier.

29.09.2018 - Mise à jour de l’algorithme Small Core

Après que la mise à jour Medic ait produit quelques perdants mais autant de gagnants, la prochaine petite mise à jour confirmée par Google a eu lieu dans la semaine du 29.09.2018. Dans le tweet de confirmation de Danny Sullivan, il est souligné à nouveau que le Google Core est constamment actualisé. Même si Sullivan parle d’une « petite » mise à jour, les Webmasters concernés ont parfois remarqué de brusques variations dans l’indice de visibilité de leur site.

13.08.2018 - Mise à jour Medic

Pour l’anticiper tout de suite, le Medic Update n’est pas à la hauteur de son nom. Cependant, cela illustre une fois de plus à quel point l’analyse externe d’une mise à jour de Google peut être difficile et trompeuse. Le nom « Medic Update » vient de l’industrie du référencement qui, après des analyses initiales, a constaté que les sites Web médicaux étaient particulièrement touchés par cette mise à jour Google. Cependant, Google a officiellement nié cette conclusion en la personne de Gary Illyes, analyste des tendances des Webmasters, qui a annoncé sur la scène de Search Masters Brasil qu’il n’avait frappé en particulier les sites Web de l’industrie de la santé que par une « heureuse coïncidence ». Déjà quelques jours auparavant, le porte-parole officiel de Google avait confirmé que cette mise à jour est une « Broad Core Update » qui concerne « toutes les requêtes de recherche » :

Bien que le terme « Medic Update » soit quelque peu trompeur, l’essentiel de la suspicion pourrait néanmoins s’appliquer à la mise à jour : cela vaut en particulier pour les sites Internet où la confiance du visiteur joue un rôle important, entre autres choses. Google résume ce critère sous l’abréviation E-A-T qui représente les termes Expertise, Authoritativeness et Trustworthiness. Ces trois critères sont particulièrement pertinents pour les sites Web dans le contexte des YMYL, abréviation pour Your Money or Your Life. Traduit, cela signifie « Votre argent ou votre vie » et inclut les sites Web qui peuvent influencer la situation financière, la santé, la satisfaction ou la sécurité du demandeur à travers leurs informations.

Si vous êtes concerné par la mise à jour Medic, vous devriez consulter le guide officiel Google Quality Rater. Ce guide interne est destiné à donner aux Quality Raters de Google (intérimaires embauchés par Google afin d’évaluer la qualité des résultats à partir d’une interface logiciel spéciale qui leur est fourni pour faire remonter les « notes » qu’ils attribuent). Il s’agit d’une ligne directrice reflétant la façon dont Google envisage l’aspect et la mise en place d’un site Web « parfait ». Dans le domaine de la santé, par exemple, l’auteur de l’article doit être clairement identifié et ses qualifications professionnelles doivent être clarifiées.

01.08.2018 - Mise à jour de l’algorithme Core

La troisième grande mise à jour de l’algorithme Core au cours de l’année 2018 a eu lieu le 01.08.2018. Google a confirmé officiellement sur Twitter qu’il s’agissait d’une mise à jour broad core de l’algorithme. Simultanément, le tweet faisait référence aux conseils précédents sur la façon de réagir à une telle mise à jour (voir aussi les tweets ci-dessous dans l’article). Aussi, le représentant officiel de Google a confirmé une nouvelle fois sur Twitter que les derniers changements de classement sont une mise à jour Google. Il a fait référence au tweet suivant :

Sullivan a également réitéré qu’en principe, cette mise à jour de Google permet d’informer les Webmasters de certaines mises à jour lorsqu’ils doivent changer quelque chose de spécial. Dans ce cas, l’exploitant du site ne peut toutefois rien modifier en particulier pour compenser les éventuelles pertes de classement. Google veut éviter que les Webmasters essaient de « réparer » des choses qui ne doivent pas l’être :

Il a également souligné que la clé du succès réside dans le contenu. (Mais il a aussi admis que cette fois-ci, c’était encore la « même réponse ennuyeuse » comme tant de fois auparavant).

16.04.2018 - Mise à jour de l’algorithme de base

Après une mise à jour majeure de l’algorithme de base en mars de cette année, Google en a ajouté d’autres en avril. L’opérateur du moteur de recherche a annoncé via Twitter qu’une autre mise à jour majeure de l’algorithme de base a été publiée le lundi 16.04.2018. Pour plus d’informations, la société s’est référée au tweet de la dernière mise à jour de Google en avril.

07.03.2018 - Mise à jour de l’algorithme de base

La dernière mise à jour majeure de Google remonte au 7 mars 2018. Via le compte Twitter officiel @searchliaison le géant des moteurs de recherche a confirmé le 12 mars les hypothèses des webmasters selon lesquelles une mise à jour majeure a eu lieu ces derniers jours :

Cette soi-disant mise à jour de l’algorithme de base est une mise à jour majeure que Google ne fait que quelques fois par an sous cette forme. Ce faisant, l’entreprise apporte un changement au cœur même de son activité : le cœur de l’algorithme de base Google. Par conséquent, de nombreux sites Web sont affectés par ces mises à jour de base et les effets sont visibles et perceptibles dans le monde entier. Google ne dit pas exactement quels changements ont été faits dans le processus. Il est donc pratiquement impossible pour les exploitants de sites Web de réagir à cette mise à jour. Dans un autre tweet de la mise à jour de mars, Google explique simplement que les sites Web précédemment sous-évalués bénéficient de la mise à jour. Pour tous les perdants de la mise à jour qui ont dû faire face à une baisse du nombre de visiteurs et à une perte de visibilité depuis mars 2018, Google a également un message : il n’y  aurait aucun problème avec ces pages. Il n’y a pas non plus de « solution », si ce n’est l’accent mis sur la fourniture d’un contenu de qualité.

Il n’existe pas de nom officiel pour la mise à jour du 07.03.2018 par rapport aux mises à jour des années précédentes.

Dans le Webmaster Google Hangout (plateforme de messagerie instantanée et de vidéoconférence) de langue anglaise du 06.04.2018, John Mueller a précisé que la mise à jour était moins axée sur la qualité que sur la pertinence. Afin d’accroître la pertinence de son propre site, Mueller conseille aux utilisateurs d’étudier ce qui pourrait être fait différemment pour améliorer le site Web. Vous devriez aussi toujours vérifier les détails techniques, par exemple si la page peut encore être explorée par le bot Google.

Pourquoi Google modifie son algorithme ?

Les modifications dans l’algorithme de référencement de Google ont un but important : il s’agit d’améliorer la qualité des résultats de recherche. Ces mises à jour ont pour objectif d’assurer aux internautes un contenu plus qualitatif et mieux ciblé. Il y a quelques années encore (c’est-à-dire avant Panda, Penguin et autres mises à jour), il était bien plus facile pour les administrateurs de sites Web d’influencer les résultats de recherche pour être mieux référencés. Il existe différentes pratiques en SEO (référencement naturel) qui consistent à manipuler les résultats de recherche. On appelle cela le Black Hat SEO. Cette méthode peu éthique vise à fausser la pertinence de son site Web, en ayant par exemple recours au Keyword Stuffing (accumulation de mots-clés) ou encore au Cloaking (de cloak, une « cape » en français). Le cloaking consiste à créer deux versions d’une page. La première sera destinée aux robots d’indexation, tandis que la seconde sera destinée aux internautes.

Mais ces techniques qui visent à duper les moteurs de recherche sont bien souvent repérées, notamment depuis la mise en place des nouveaux algorithmes de Google qui ont été développés pour les détecter. Ainsi, les internautes se voient proposer un contenu de qualité et réellement pertinent. Les améliorations dans l’algorithme permettent également de lutter contre les pratiques de spam et les méthodes de référencement douteuses. Ces mises à jour de Google sont axées autour de quelques réglages, et les sites Web peuvent subir des conséquences plus ou moins lourdes en matière de classement parmi les résultats de recherche, comme par exemple :

  • La pondération de certains critères qui deviennent obsolètes
  • L’ajout de nouveaux critères qui prennent de l’importance

Les effets des mises à jour de Google

Les effets des mises à jour sur les résultats de recherche d’un site Web sont très variables. Le moyen le plus efficace pour mesurer l’ampleur du changement provoqué par une mise à jour consiste à utiliser l’indice de visibilité de Barracuda Digital. Cet outil SEO, que vous pouvez lier à votre compte Google Analytics, permet d’évaluer la visibilité d’un site de manière chronologique. Cet outil est tout particulièrement adapté aux sites qui ont été touchés par une pénalité Google.

L’outil Panguin Tool développé Barracuda Digital met en parallèle les données de votre compte et les mises à jour principales sur les graphiques fournis par Google Analytics. Si votre visibilité chute de manière importante suite à la mise en place du nouvel algorithme de référencement, cela veut dire que certains aspects de votre site Web doivent être retravaillés. Mais attention : une mise à jour n’est pas toujours la raison d’un moins bon classement de votre site Web parmi les résultats de recherche. Des erreurs techniques comme des pages introuvables qui ne redirigent pas les visiteurs automatiquement peuvent aussi être mis en cause.

Les principales mises à jour de Google ces dernières années

La première des mises à jour de Google Panda a eu lieu en février 2011 aux Etats-Unis. Ce filtre de nettoyage développé par le géant californien est parvenu en France en août de la même année. Cette mise à jour est devenue un standard dans le classement des résultats. Certes, Google Panda n’est pas actif en tout temps, mais veille tout de même de manière continuelle à ce que les résultats de recherche soient les plus pertinents possibles.

2011 : la mise à jour Google Panda

La première des mises à jour de Google Panda a eu lieu en février 2011 aux Etats-Unis. Ce filtre de nettoyage développé par le géant californien est parvenu en France en août de la même année. Cette mise à jour est devenue un standard dans le classement des résultats. Certes, Google Panda n’est pas actif en tout temps, mais veille tout de même de manière continuelle à ce que les résultats de recherche soient les plus pertinents possibles.

Quel est le but des mises à jour Panda ?

L’objectif des mises à jour Panda est avant tout de diminuer la visibilité des sites Web dont le contenu est moins qualitatif au profit de ceux qui offrent un contenu de qualité. Ainsi, les sites les plus pertinents apparaîtront en haut des résultats de recherche afin de satisfaire les attentes des internautes. La mise en page est utile pour l’identification de pages de sites dont le contenu est de moindre qualité, ou pire, de sites qui contiennent des spams. A l’inverse des mises à jour précédentes de Google, l’algorithme de Panda analyse la totalité d’un site Web, et pas seulement une partie ou certaines sous-pages.

Chaque site Web se voit attribuer un Content Quality Score, sur la base de la qualité du contenu proposé. Ce score influence le classement parmi les résultats de recherche, mais Google n’a jamais rendu les critères d’évaluation publics. Néanmoins, les analyses des experts en référencement naturel tendent à indiquer que les facteurs suivants ont un impact négatif sur le positionnement d’un site Web :

  • Les contenus dupliqués (soit le copié-collé)
  • Une part restreinte de contenu propre au site (contenu unique) 
  • Un contenu de moindre qualité et peu informatif 
  • Un temps de visite court des visiteurs 
  • Un taux de rebond important 
  • Les spams
  • Une importante quantité de publicités 
  • Une optimisation abusive (par exemple en utilisant trop de mots-clés)

Qui a été concerné par la mise à jour Google Panda ?

Avec la mise à jour Google Panda, ce sont avant tout les sites Web avec un contenu de qualité inférieure qui ont déploré un moins bon référencement. Ces sites qui n’apportent pas de plus-value particulière aux visiteurs sont appelés des fermes de contenus. Souvent, ces sites Web publient du contenu qui n’a que peu de valeur ajoutée, dans le but de générer des recettes grâce à la publicité. Ils misent sur la quantité plutôt que la qualité pour obtenir plus de clics. Un autre type de sites Web fortement pénalisés par Google sont les fermes de liens. Ces sites étaient encore très répandus sur le Web il y a quelques années et étaient principalement mis en ligne dans le but de créer un maximum de backlinks (ou liens retour en français). Leur offre en matière de contenu était quasiment inexistante et ces sites ont donc été fortement touchés par Google Panda. On parle alors de dans le milieu de l’online marketing de « farmer update », c’est-à-dire que ces sites sont devenus quasiment introuvables sur les premières pages des résultats de recherche. Selon Google, la mise à jour Panda a eu des effets sur environ 12 pourcent des résultats de recherche aux Etats-Unis. En France, il existe moins de fermes de contenus et de liens qu’outre-Atlantique.

2012 : la mise à jour Penguin

La mise à jour de Google Penguin a été effective à partir d’avril 2012. Entre 2012 et 2014, un total de cinq nouveaux algorithmes ont été appliqués, en plus d’opérations de « data refresh » (actualisation des données).

Quel est le but des mises à jour Penguin ?

La mise à jour Penguin est souvent nommée « Web Spam Update » car elle vise avant tout à éradiquer les spams des premiers résultats de recherche. L’objectif est d’améliorer la pertinence et la qualité des résultats de recherche. Par « spam », Google entend avant tout les pratiques frauduleuses ou peu transparentes mises en place par certains sites pour être mieux référencés de manière artificielle. L’objectif des nouveaux algorithmes de Google est de veiller à ce que les sites Web qui sont optimisés pour les moteurs de recherche et non pour les utilisateurs soient pénalisés et n’apparaissent plus en haut des résultats de recherche. L’objectif poursuivi par Penguin est donc de lutter contre l’optimisation artificielle et non éthique de certains sites Web.

Qui a été concerné par la mise à jour Penguin ?

Tout comme Google Panda, la mise à jour Penguin vise les pratiques telles que le Black Hat SEO, le Keyword Stuffing ou encore le Cloaking. Ici aussi, il n’existe pas d’annonce officielle de Google à ce sujet. Le leader des moteurs de recherche n’a pas dévoilé les variables de l’algorithme de référencement. Pourtant, en analysant le profil des sites Web qui ont été pénalisés, on constate que cela concerne avant tout les sites qui misent sur une stratégie abusive de linkbuilding.

Ces pratiques vont à l’encontre des consignes de Google, notamment :

  • L’achat de liens, via des réseaux de liens par exemple
  • Création rapide d’un grand nombre de liens
  • Une majorité de liens avec des mots-clés transactionnels
  • Les liens non pertinents avec le contexte du site Web
  • Les backlinks (liens retour) peu qualitatifs provenant de fermes de liens

Si le profil de liens d’un site Web comprenait ce type de caractéristiques, son référencement fut affecté. Néanmoins, cette mise à jour de Google a touché moins de sites Web que celle de Panda.

2013 : la mise à jour Hummingbird

La mise à jour Hummingbird a été lancée à l’occasion des 15 ans du géant américain. Pour certains experts du domaine, c’est la mise à jour la plus importante que Google ait effectué dans son algorithme de recherche depuis l’an 2000. Hummingbird a non seulement modifié l’algorithme de référencement, mais aussi l’algorithme de recherche. Hummingbird signifie « colibri » en anglais, pour symboliser la rapidité et la précision à laquelle Google ambitionne.

Quel est le but de la mise à jour Hummingbird ?

La mise à jour Hummingbird a permis à Google d’optimiser sa propre procédure d’évaluation pour les requêtes. Jusque-là, les mots-clés nécessaires à la recherche étaient analysés de manière statique, sans dépendre d’un contexte ou d’un ensemble. Désormais, Google a mis en place un système de recherche sémantique : c’est-à-dire que les mots-clés sont dépendants les uns des autres, afin que le but de la requête des utilisateurs soit mieux compris et interprété.

Les mots-clés gardent leur importance, mais c’est la requête dans son contexte spécifique qui est prise en compte. Depuis Hummingbird, les synonymes jouent également un rôle. Les résultats de recherche ne sont donc plus uniquement axés sur un mot-clé, mais sur un ensemble cohérent.

Qui a été concerné par la mise à jour Hummingbird ?

Les sites qui ont été le plus pénalisés par Hummingbird sont une fois de plus ceux qui ont procédé à des méthodes comme le Keyword Stuffing et qui ne proposent pas un contenu pertinent aux utilisateurs. Selon Google, plus de 90 pourcent des sites Web ont été concernés par la mise à jour Hummingbird.

2014 : mise à jour Pigeon

La mise à jour Pigeon en 2014 représente un des plus grands changements chez Google. La mise à jour de l’algorithme avait pour objectif de lier le mécanisme de recherche général à son algorithme en proposant des résultats de recherche encore plus adaptés en fonction du contexte pour peaufiner encore plus la pertinence des résultats. De nouveaux critères sont pris en compte : le lieu où l’internaute effectue sa requête et les informations que les utilisateurs donnent sur leur profil Google+ par exemple, s’ils en ont un. Ainsi, les PME ont pu saisir cette opportunité en gagnant de nouveaux clients grâce au SEO local.

La mise à jour Pigeon a eu une influence aussi bien sur Google Maps que sur les autres résultats de recherche, mais les résultats ont été différents des autres modifications dans l’algorithme de recherche. On a pu observer un changement dans la stratégie des entreprises à la suite de la mise à jour Google Pigeon. L’accent a été mis sur l’optimisation pour les moteurs de recherches d’un point de vue local avant tout chez les PME locales et les grandes entreprises.

2015 : mise à jour Google mobile friendly

Google a annoncé officiellement le lancement d’une mise à jour mobile friendly courant 2016. Le leader des moteurs de recherche enregistre depuis 2015 plus de requêtes effectuées sur des appareils mobiles que sur des desktops. Cette nouvelle mise à jour est surnommée « Mobilegeddon » par les professionnels du milieu. Les recherches sur les supports mobiles comme les smartphones et les tablettes devient plus autonome et met l’accent sur la convivialité et l’ergonomie des sites Web mobiles ainsi que des applications. Cette modification dans l’algorithme de Google a une forte influence sur les requêtes effectuées sur les supports mobiles.

Quel est le but de la mise à jour Google mobile friendly ?

Mobile friendly signifie que les sites sont optimisés pour les supports mobiles et que le site s’adapte à la taille de l’écran. Cela permet aux internautes de bénéficier d’une navigation plus fluide. Avec la mise à jour mobile friendly, les sites Web qui ne sont pas en Responsive Web design et qui ne s’adaptent pas automatiquement à la taille de l’écran des supports mobiles sont moins bien référencés par Google. Les sites web optimisés pour les différents supports sont quant à eux privilégiés par l’algorithme de référencement. L’objectif consiste à ce que les premiers résultats de recherche affichés sur les supports mobiles ne comprennent que des sites Web optimisés et conviviaux, dans le but de satisfaire les utilisateurs. De nombreux critères entrent en jeu lorsque l’on évoque la convivialité d’un site pour les utilisateurs, découvrez en plus dans cet article du Digital Guide 1&1 IONOS.

Qui est concerné par la mise à jour Google mobile friendly ?

Cette mise à jour fait preuve d’une approche différente de celle Google Panda ou Google Penguin, à cause desquelles de nombreux sites ont été sanctionnés dans leur référencement. Mais les administrateurs de sites Web doivent tout de même veiller à ne pas sous-estimer l’importance de l’optimisation pour mobiles de leur site Web (notamment en ce qui concerne les boutiques en ligne) afin de générer du trafic à partir des recherches organiques. Les sites Web qui ne sont pas optimisés sont non seulement moins bien référencés, mais Google affiche de surcroît une fenêtre indiquant aux utilisateurs qu’ils vont poursuivre leur navigation sur un site non optimisé, ce qui peut en décourager.

Les mises à jour de Google : une équation à nombreuses inconnues

Les mises à jour de Google ont deux facettes. Elles ont un impact négatif pour les administrateurs de sites Web concernés par les pénalités de Google (appelées penalty en anglais). Les conséquences se font ressentir sur le référencement durant des mois. Les mises à jour sont cependant bénéfiques pour les internautes, qui peuvent utiliser Google de manière plus efficace. Le grand défi (qui concerne également les experts en référencement naturel) repose sur les nombreuses variables des algorithmes de Google. Le leader des moteurs de recherche effectue de nombreux changements dans ses mises à jour, sans donner d’indications particulières en ce qui concerne le contenu. Ces mises à jour, qui ne portent pas de nom, sont souvent qualifiées de mises à jour fantômes (Phantom updates), et dont les critères restent mystérieux. Cette tendance doit se confirmer à l’avenir et d’autres mises à jour sont déjà prévues, qu’elles soient annoncées officiellement ou que ce soient des mises à jour fantômes. Il y aura donc toujours du travail en matière de référencement naturel, domaine où rien n’est jamais figé.