Les meilleures alternatives à Instagram : les réseaux sociaux pour les photographes amateurs

Instagram est le réseau de photos par excellence. Aucun autre endroit ne permet aux amateurs de photos prises avec un smartphone de partager aussi rapidement et simplement des clichés de leur vie quotidienne avec le grand public. Par ailleurs, l’application disponible sur Android et iOS, mais aussi sous forme d’application Web, est en tête de liste chez les entreprises et les influenceurs en ce qui concerne les interactions. Rien ne saurait stopper cette success-story : en juin 2018, les développeurs enregistraient un milliard d’utilisateurs actifs, dont 17 millions en France ; plus de 40 milliards d’images ont jusqu’à présent été chargées sur l’application.

Mais pour certains, Instagram peut également se révéler source de frustration : peut-être les followers n’étaient-ils pas au rendez-vous ou peut-être trouvez-vous que tout était mieux avant l’introduction du nouvel algorithme chronologique. Si l’on décide de supprimer son compte Instagram à contrecœur, il n’est pas pour autant nécessaire d’abandonner son activité de partage de photos. Il existe en effet un certain nombre d’alternatives à Instagram qui valent le détour.

Tumblr : un réseau de blogueurs à grande échelle

Même si cette vaste communauté de blogueurs est peu connue en France, avec Reddit et 4chan, elle est considérée comme un creuset de l’Internet moderne dans lequel de nombreuses tendances et de nombreux mèmes Internet ont vu le jour. Le principe de Tumblr, ce sont des blogs (mot-clé : microblogage) entièrement personnalisables et pour partie hautement spécialisés sur tous les sujets possibles et imaginables. L’ambiance des posts va du sérieux au comique. Les exemples les plus absurdes sont également l’une des raisons pour lesquelles une bonne moitié des membres est âgée de moins de 25 ans. Près de 335 millions d’utilisateurs (en avril 2017) ont déjà ouvert un blog personnel sur Tumblr.

En faisant défiler la page des résultats de recherche de Tumblr, vous remarquerez une nette tendance aux images et aux GIF qui s’animent automatiquement lors de la consultation. Chaque blog peut également être affiché sous la forme d’une vue « archive » pratique qui permet d’accéder directement à chaque article. En dehors de cela, il est également possible de partager des textes, des vidéos, des diffusions live et même, des fichiers audio sur le réseau. Comme sur Instagram, vous pouvez attirer l’attention des autres utilisateurs sur votre contenu à l’aide de hashtags qui pourront ajouter les blogs à leur tableau de bord (le fil d’actualités Tumblr) en tant que favoris afin de rester informés des nouvelles contributions.

Le « reblogage » des posts joue ici un rôle important. Certains blogs Tumblr concentrent même exclusivement leur activité sur le fait de regrouper des images sur un sujet en un même endroit. De cette façon, les contenus appréciés font le buzz à une vitesse fulgurante dans la communauté et se répandent très largement au-delà. Il convient cependant de noter la situation précaire du droit d’auteur. Pour surfer à volonté sur la plateforme, il ne faut pas faire personnellement partie des blogueurs. Mais attention : en parcourant ainsi les plus de 300 millions de blogs, vous pouvez tomber sans le vouloir sur toute sorte de contenus que d’autres plateformes ont depuis longtemps interdits dans leurs directives (notamment de la pornographie explicite).

Pinterest : une source d’inspiration pour beaucoup

Pinterest est souvent directement comparé à Instagram, mais ces deux services diffèrent par bien des aspects. Pinterest (un mot-valise composé des termes anglais « pin » et « interest ») ne consiste pas simplement à consommer et à comparer des images. Elles doivent plutôt servir d’inspiration. Que ce soit pour des voyages, des recettes de cuisine, de l’aménagement, des coiffures ou des projets « Do it yourself », les personnes à la recherche d’idées originales et réalisables sur l’un ou l’ensemble de ces sujets se connectent à Pinterest et indiquent leurs intérêts. L’application crée alors automatiquement un tableau d’affichage personnel avec des propositions dans ces différents domaines.

Comme dans la vie réelle, le tableau d’affichage virtuel sert de lieu de rassemblement pour les idées, les recettes et les instructions que l’on préfère avoir sous forme visuelle plutôt que textuelle ou vidéo. Ces contenus peuvent être trouvés à l’aide d’épingles (la version Pinterest des hashtags) et enregistrés sous la forme de tableaux à thème. Il est également possible d’épingler des images directement depuis des sites Internet externes. Il suffit pour cela de saisir l’URL et l’application affiche automatiquement tous les contenus disponibles pour un enregistrement.

À noter que Pinterest ne propose aucun filtre ni aucun effet sur les photos, comme le permet notamment Instagram. Les images doivent donc déjà disposer d’une certaine qualité avant d’être chargées sur la plateforme. Cette attention portée à la qualité et au professionnalisme ouvre de nombreuses opportunités pour les entreprises souhaitant mettre en scène leurs contenus et leurs produits d’une façon favorisant la vente. De nombreuses images sont par conséquent reliées à des boutiques en ligne : lorsque les clients cliquent sur un meuble intéressant ou une idée de coiffure fantaisiste, ils sont redirigés directement vers le site Internet du prestataire, génèrent du trafic et avec un peu de chance effectuent un achat spontané. Pinterest étend constamment les possibilités pour les annonceurs, notamment avec un programme de marketing pour les influenceurs ainsi qu’avec des fonctionnalités pour toucher les utilisateurs de façon plus ciblée.

Flickr : un réseau pour les passionnés de photo

Le service en ligne Flickr permet d’éditer des images et des vidéos numériques ou numérisées en temps réel et de les partager avec un petit groupe de personnes ou un vaste public. D’autres utilisateurs peuvent feuilleter (en anglais : « to flick ») votre galerie d’images personnelle et la commenter, l’évaluer et la recommander. Les photos sont classées dans des catégories précises à l’aide de mots-clés et peuvent ainsi être trouvées plus facilement.

Une solution qui s’avère notamment pratique lorsque l’on est à la recherche de photos pour son prochain projet de design. De nombreuses photos chargées sur la plateforme sont en effet libres de droits ou sous différentes licences Creative Commons permettant leur diffusion et une utilisation commerciale (le statut des images est spécifié explicitement pour chaque image). Et le choix est impressionnant, car Flickr est un lieu de rendez-vous pour les véritables aficionados de photographie qui vouent une passion authentique à leur art et ne souhaitent pas uniquement poster des clichés spontanés réalisés avec un smartphone. Dans ce cadre, il est accordé une attention particulière à l’aspect technique de la photographie. Il est ainsi possible de charger ses œuvres visuelles avec toutes les données correspondantes de l’appareil photo et de donner aux autres utilisateurs un aperçu de sa façon de travailler.

Le nouveau propriétaire de l’application SmugMug est toutefois reçu avec un certain scepticisme puisqu’il entend faire passer la mémoire cloud gratuite de la plateforme de 1 To à seulement 1 000 photos et vidéos à partir de janvier 2019. Pour disposer d’un compte pro sans publicité, avec un espace de stockage illimité, ainsi que de fonctionnalités étendues, les utilisateurs devront débourser environ 50 dollars US (env. 44 euros) par an.

EyeEm : modèle économique et marché de l’image

Éditer des images en temps réel et les partager avec la communauté – l’application de la start-up berlinoise EyeEm (prononcée : « I am ») ressemble fortement à d’autres réseaux de photo, mais profite, contrairement à ces concurrents américains, de la bonne réputation de la protection des données allemande. Et ce n’est pas sa seule caractéristique distinctive : l’application permet en effet de vendre des photos via le EyeEm Market à des agences photo comme Getty Images. Après des hauts et des bas, ce réseau fondé en 2011 est devenu un marché de l’image plébiscité avec 22 millions de créateurs proposant leurs photos.

Les licences standard proposées pour une utilisation numérique mondiale d’une photo coûtent 20 dollars US (env. 18 euros). Selon les exigences, les prix peuvent toutefois monter jusqu’à 50 dollars US (env. 44 euros) ou 250 dollars US (env. 220 euros). Avec une provision garantie de 50 pour cent du prix de vente ainsi que des tâches hebdomadaires (appelées « missions EyeEm »), les développeurs motivent leurs utilisateurs à créer des photos haut de gamme sur des sujets tels que la nature, l’humanité ou les voyages. Dans cette communauté solidement ancrée, on rencontrera par conséquent peu de blogueurs de mode et de « duckfaces ».

Le logiciel intelligent de reconnaissance des images utilisé par EyeEm est appelé « The Roll » et aide à sélectionner les meilleures photos pour la vente en triant automatiquement la galerie du smartphone en fonction des thèmes et de la pertinence tout en fournissant des données techniques telles que la vitesse d’obturation, l’obturateur et la valeur ISO. Les principaux clients de EyeEm sont des fabricants de produits, des chaînes de télévision et des maisons d’édition ainsi que de grandes entreprises telles que Lufthansa, Airbnb et le Huffington Post. Ce marché à l’image est ainsi en concurrence directe avec les prestataires de stockage de photos tels que Fotolia – une véritable alternative au modèle commercial de l’influenceur.

Vero : souhaite tout bousculer

Si Vero existe déjà depuis 2015, il n’était alors qu’un secret bien gardé. Une situation qui changea début 2018 : alors que plusieurs influenceurs ont ouvert un compte sur ce réseau de photographie jusqu’alors peu connu, le nombre d’utilisateurs est soudainement monté à un million et a même entraîné des pannes du service du fait de cette augmentation fulgurante du trafic. Vero est assez similaire à ses concurrents : le réseau utilise des hashtags, dispose d'une fonction de messagerie et permet de partager des contenus avec une sélection de groupes d’utilisateurs uniquement.

La vision des développeurs a certainement séduit les influenceurs puisqu’ils souhaitent offrir avec Vero une véritable alternative au maître incontesté Instagram et aux autres plateformes de réseaux sociaux depuis longtemps établies : conformément à son nom (en italien, « Vero » signifie « vérité ») et à son slogan « True Social », les développeurs souhaitent aborder de front les abus typiques du secteur. Cela signifie : aucune publicité, aucune collecte de données et aucun algorithme agaçant qui administre les contenus au préalable. Cette promesse a fait que Vero est déjà perçu comme « le prochain Instagram » dans certains endroits. Mais cette application peut-elle satisfaire ses ambitions ?

Le fait est que même les plus grands réseaux sociaux comme Facebook et Twitter faisaient l’impasse sur la publicité et les algorithmes à leurs débuts. Les détracteurs de Vero trouvent par ailleurs quelque peu hypocrite que l’on doive impérativement renseigner son numéro de téléphone pour créer un nouveau compte. Par ailleurs, Vero n’entend pas rester gratuit ad vitam aeternam : même si c’est à un prix avantageux, des abonnements payants doivent assurer le financement de l’application à l’avenir. Le prix exact ainsi que la date d’introduction de l’abonnement ne sont pas connus à l’heure actuelle. Au vu des vastes problèmes techniques rencontrés, les développeurs ont décidé de prolonger jusqu’à nouvel ordre leur offre « Free for Life » qui devait uniquement s’appliquer au premier million d’utilisateurs. Il peut donc s’avérer « payant » de prendre le train en marche et de devenir l’un des « early adopters » de ce nouveau réseau de photos en devenir.

Comparatif des cinq meilleures alternatives à Instagram

La vue d’ensemble suivante résume l’ensemble des points communs et des différences entre les cinq meilleures alternatives à Instagram :

 

Instagram

Tumblr

Pinterest

Flickr

EyeEm

Vero

Création

2010

2007

2010

2004

2011

2015

Propriétaire

Facebook

Yahoo!

Cold Brew Labs, Inc.

SmugMug

EyeEm

Vero Labs, Inc.

Utilisateurs

1 milliard (06/2018)

335 millions (04/2017)

250 millions (09/2018)

90 millions (09/2018)

22 millions (11/2018)

1 million (02/2018)

Mémoire

illimitée

illimitée

illimitée

1 000 photos / vidéos (le compte pro avec une mémoire illimitée coûte env. 50 $ US/an)

illimitée

illimitée

Publicité ?

Gratuit ?

✔ (dans un premier temps, à l’avenir : abonnements payants)

Application Web ?

Version Android ?

Version iOS ?


Attendez ! Nous avons quelque chose pour vous !
Votre messagerie professionnelle

Créez une adresse personnalisée
Affichez votre sérieux sur Internet
Nom de domaine inclus
À partir d' 1 € TTC/mois
Conseiller personnel inclus !