Qu’est-ce qu’un brontobyte ? Tout savoir sur la quantité de données du futur

Le légendaire Nokia 3310 vert a débarqué sur le marché en l’an 2000, avec une mémoire de 1 MB. À titre de comparaison, une photo numérique prise avec un appareil de 12 mégapixels pèse déjà 2 à 4,5 MB. Les temps changent, et avec eux les quantités de données. Comme les ordinateurs traitent de plus en plus de données, il est normal que leurs unités de mesure évoluent. La plus grande quantité de données officielle est actuellement le yottabyte. Au-dessus se trouve le brontobyte, ce que l’on appelle communément le big data. Découvrez ici de quoi il s’agit.

Note

En français, on traduit le terme « Byte » par « octet ». Il serait donc logique de parler de brontooctet (Bo). Cependant, cette unité de mesure est si récente que la version anglaise reste encore privilégiée pour l’instant.

Domaine Internet pas cher

Bien plus qu'un simple domaine !

Personnalisez votre présence en ligne avec un nom de domaine pertinent.

Email
Certificat SSL
Assistance 24/7

Brontobyte et big data

Bientôt, plus personne ne se souviendra des disquettes. Pareillement, tôt ou tard, seule une poignée de personnes sauront encore à quoi servaient des supports de stockage tels que les disques compacts et les DVD. Nous nous demanderons également pourquoi il existait des clés USB de « seulement » 128 GB, alors qu’il est désormais possible de stocker une quantité presque illimitée de données dans le Cloud.

Comme tous les aspects de la vie quotidienne, les supports de stockage s’adaptent à nos besoins. Plus le marché des technologies numériques s’étend, plus nous produisons de données et plus nous avons besoin d’espace de stockage.

Alors que les appareils numériques sont de plus en plus légers, les géants de la technologie que sont Apple, Alphabet (Google), Microsoft et Amazon construisent de leur côté des centres de données toujours plus vastes aux capacités de stockage croissantes. Les masses de données qu’ils y traitent sont connues sous le nom de big data. Les données sont trop nombreuses et volumineuses pour être gérées par des systèmes informatiques classiques. Les grandeurs telles que le brontobyte n’ont aucune place dans notre vie quotidienne pour l’instant. Mais pour Apple, Tesla ou Google, elles devraient bientôt être la norme.

Cela ne change rien au fait que tout commence par la plus petite unité de données, le bit. Un bit ne connaît que deux états d’information : 0 et 1. Même dans le monde du big data, les bits sont la base du traitement et de la transmission des données numériques.

Cependant, comme le volume de données échangées ne cesse de croître, les bits ne suffisent plus à décrire les quantités de données en jeu. Même le Byte (également appelé octet), la plus petite quantité de données usuelle constituée de 8 bits, est trop petit pour décrire les capacités de stockage actuelles. C’est pourquoi on emploie désormais des puissances de Bytes, et il y en a pas mal.

Le brontobyte comme quantité de données

Actuellement, il existe deux normes de codification pour chacune des huit quantités de données et unités de mesure informatique reconnues : les préfixes binaires et les préfixes SI. Les préfixes binaires désignent des multiples de puissances de deux, les préfixes SI désignent des multiples de puissances de dix. Ce sont les deux normes qui définissent les grandeurs de données courantes :

Préfixes binaires (CEI)

Préfixes SI (décimaux)

Kibibyte (KiB) ou kibioctet (Kio)

Kilobyte (KB) ou kilooctet (ko)

Mébibyte (MiB) ou mébioctet (Moi)

Mégabyte (MB) ou mégaoctet (Mo)

Gibibyte (GiB) ou gibioctet (Gio)

Gigabyte (GB) ou gigaoctet (Go)

Tébibyte (TiB) ou tébioctet (Tio)

Térabyte (TB) ou téraoctet (To)

Pébibyte (PiB) ou pébioctet (Pio)

Pétabyte (PB) ou pétaoctet (Po)

Exbibyte (EiB) ou exbioctet (Eio)

Exabyte (EB) ou exaoctet (Eo)

Zébibyte (ZiB) ou zébioctet (Zio)

Zettabyte (ZB) ou zettaoctet (Zo)

Yobibyte (YiB) ou yobioctet (Yio)

Yottabyte (YB) ou yottaoctet (Yo)

Brobibyte (BiB) ou brobioctet (Bio) - pas encore officialisé

Brontobyte (BB) ou brontooctet (Bo)

Les préfixes de la Commission électrotechnique internationale (CEI) n’ayant pas réussi à s’imposer, ce sont les abréviations du Système international d’unités (SI) qui sont employées aujourd’hui pour la grande majorité des supports de stockage. Même dans l’industrie informatique, on utilise surtout les termes méga-/giga-/térabytes. Cependant, comme les ordinateurs travaillent avec des nombres binaires, les préfixes binaires indiquent plus précisément la capacité de stockage réelle en puissances de deux.

Binaire (nombre en Byte) Décimal (nombre en Byte)
Kibibyte (KiB) = 1024 (210) Kilobyte (KB) = 1000 (103)
Mébibyte (MiB) = 1 048 576 (220) Mégabyte (MB) = 1 000 000 (106)
Gibibyte (GiB) = 1 073 741 824 (230) Gigabyte (GB) = 1 000 000 000 (109)
Tébibyte (TiB) = 1 099 511 627 776 (240) Térabyte (TB) = 1 000 000 000 000 (1012)
Pébibyte (PiB) = 1 125 899 906 842 624 (250) Pétabyte (PB) = 1 000 000 000 000 000 (1015)
Exbibyte (EiB) = 1 152 921 504 606 846 976 (260) Exabyte (EB) = 1 000 000 000 000 000 000 (1018)
Zébibyte (ZiB) = 1 180 591 620 717 411 303 424 (270) Zettabyte (ZB) = 1 000 000 000 000 000 000 000 (1021)
Yobibyte (YiB) = 1 208 925 819 614 629 174 706 176 (280) Yottabyte (YB) = 1 000 000 000 000 000 000 000 000 (1024)

La raison pour laquelle le brontobyte n’apparait pas dans la plupart des listes est qu’il n’a pas encore été normalisé. Mais de la même manière que le yottabyte est aujourd’hui une quantité de données théorique officielle, ce n’est qu’une question de temps avant que le brontobyte ne soit officialisé. Théoriquement, le niveau immédiatement supérieur au brontobyte pourrait être le gegobyte ou geopbyte, qui correspondrait à 1 000 brontobyte ou 1030 Bytes.

Dans tous les cas, l’échelle est vertigineuse.

Décimal :

1 brontobyte correspond à environ 1 000 000 000 000 000 000 000 000 000 (1027) Bytes

Binaire :

1 « brobibyte » (pas encore officialisé) correspond à 1 237 940 039 285 380 274 899 124 224 (290) Bytes

La plus grande quantité de données non théorique est actuellement le zettabyte. Depuis que le volume annuel mondial de données a dépassé 1 zettabyte en 2016, nous sommes entrés dans l’èredu zettabyte. 1 brontobyte correspond à 1 000 000, ou plus précisément à 1 048 576 zettabytes. L’ère du brontobyte est donc encore loin de nous en l’état actuel des choses.

Remarque

Pour vous donner un ordre d’idée, la plus grande quantité de données qu’un géant comme Google stocke actuellement se situe entre 10 et 15 exabytes. Un exabyte remplit un centre de données de la taille d’un pâté de maisons. Tout ce qui a été écrit par la main de l’homme occuperait 50 pétabytes, soit moins que la capacité de stockage de Google. Un zettabyte occupe déjà 1000 centres de données. Autre exemple : si la Terre représente 1 gigabyte, alors 1 exabyte représente le soleil. Un brontobyte par rapport à un exabyte ou un zettabyte ? Des milliers de soleils. En comparaison, un nibble de 4 minuscules bits est aussi petit qu’une bactérie.

Depuis combien de temps le brontobyte existe-t-il ?

La racine « bronto » fait penser à un dinosaure, et cela n’a rien d’un hasard. Le brontosaure est un des plus grands êtres vivants à avoir vécu sur notre planète. Nul ne sait quand exactement le terme « brontobyte » est apparu. Ce que l’on sait avec certitude, en revanche, c’est que le terme « Byte » est né en 1956 quand Werner Buchholz, ingénieur chez IBM, l’a inventé pour décrire la plus petite unité de données, composée de 8 bits.

L’avenir se nomme brontobyte

Actuellement, il n’existe aucun support qui puisse stocker des données de la taille d’un brontobyte. Les disques durs et les ordinateurs de grande capacité disponibles dans le commerce ne vont pas au-delà du térabyte. En fait, tous les disques durs du monde réunis ne parviendraient pas à stocker 1 brontobyte. Évidemment, cette situation est appelée à changer. Les champs d’application les plus probables du brontobyte sont l’internet des objets, l’intelligence artificielle, l’informatique quantique et les données de capteurs. Les maisons intelligentes et les voitures autonomes feront certainement partie des premières technologies du quotidien à traiter des volumes de données de l’ordre du yotta et du brontobyte.

Conseil

Plus les technologies numériques progressent, plus il faut d’espace de stockage. Or, un traitement rapide des données n’est guère possible avec un espace de stockage plein. Le stockage dans le Cloud permet d’y remédier. La solution de stockage dans le Cloud HiDrive de IONOS vous donne la possibilité de stocker vos données dans le Cloud de manière sécurisée et centralisée. Ainsi, vous gardez toujours accès à vos données, même en déplacement, et depuis les appareils de votre choix. Plusieurs forfaits de stockage dans le Cloud sont proposés, allant de 100 à 2000 GB.


Attendez ! Nous avons quelque chose pour vous !
Votre messagerie professionnelle

Créez une adresse personnalisée
Affichez votre sérieux sur Internet
Nom de domaine inclus
À partir d' 1 € HT/mois (1,20 € TTC)
Conseiller personnel inclus !